Navigation – Plan du site
Corps du roi en scène. Théâtre et représentation du pouvoir (1460-1610)

Les deux corps du monarque dans la pensée élisabéthaine

Gorboduc de Norton et Sackville
Christopher Bouix
p. 37-48

Résumés

En 1562 est représenté devant Élisabeth Ire Gorboduc, pièce historique de Norton et Sackville. À l’heure où le corps du roi est celui d’une femme et où est débattue la pérennité dynastique d’une reine non mariée, la fiction dramatique démultiplie le corps royal à travers différents dispositifs (pantomime, action, chœur). Par là est donnée à voir une réflexion sur le droit de succession, sur le sang royal et le pouvoir naturel, éclairant le statut paradoxal d’un corps à la fois unique et multiple

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Aux sources du théâtre élisabéthain : une pièce emblématique et singulière
Problématiser le corps de pouvoir : multiplication et diffraction des figures royales
Droits du sang : mettre en spectacle une succession légitime
Plaidoyer pour nature

Aperçu du texte

Au cours du xvie siècle, l’Angleterre des Tudor voit la constitution d’une véritable économie des spectacles qu’accompagne un profond renouvellement des esthétiques dramatiques. Les anciennes formes dominantes à la fin du siècle précédent, comme les moralités spirituelles illustrées par Everyman, s’infléchissent pour laisser une place de plus en plus notable à l’actualité politique. Dans la première moitié du siècle, cette tendance est déjà nette dans Magnyfycence de John Skelton en 1519 ou The Play of the Wether de John Heywood en 1533, qui commentent les bouleversements politiques du règne d’Henri VIII à travers les masques de personnifications allégorisant Vices et Vertus. Au moment où Élisabeth monte sur le trône, la restructuration renaissante des écritures scéniques et l’affirmation du goût pour les canevas historiques ou mythologiques offrent des perspectives nouvelles sur les interrogations toujours lancinantes qui entourent le pouvoir royal et ses incarnations. Car il ne va...

Pour citer cet article

Référence papier

Christopher Bouix, « Les deux corps du monarque dans la pensée élisabéthaine », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 32 | 2016, 37-48.

Référence électronique

Christopher Bouix, « Les deux corps du monarque dans la pensée élisabéthaine », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 32 | 2016, mis en ligne le 08 décembre 2019, consulté le 28 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/14079 ; DOI : 10.4000/crm.14079

Haut de page

Auteur

Christopher Bouix

Christopher Bouix est l’auteur de La Véritable histoire des Grecques (Paris, 2012) et de Hocus Pocus. À l’école des sorciers en Grèce et à Rome (Paris, 2012)

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org