Navigation – Plan du site

Patrick Gautier Dalché, L’espace géographique au Moyen Âge

Nathalie Bouloux
Référence(s) :

Patrick Gautier Dalché, L’espace géographique au Moyen Âge, Florence, Sismel Edizioni del Galluzzo, 2013 (Micrologus’ Library, 57), 464 p., 6 planches noir et blanc, index des auteurs et des œuvres, index des manuscrits.

ISBN : 978-88-8450-501-9

Texte intégral

1L’espace géographique au Moyen Âge rassemble vingt articles de Patrick Gautier Dalché, parus entre 1982 et 2010. L’auteur y traite principalement des représentations de l’espace par les textes et ne s’occupe que marginalement des cartes – mappemondes et cartes marines – et de leurs usages, autre domaine notable de ses recherches. L’ensemble est présenté dans une préface où l’auteur explique sa méthode et sa démarche critique. L’histoire des représentations de l’espace est définie comme histoire intellectuelle et culturelle dont l’objet principal est de restituer l’histoire et les significations des textes « géographiques » et des cartes dans le contexte spécifique où ils ont été élaborés. Ce principe a deux conséquences. La première est que tout texte traitant de l’espace nécessite la mise en œuvre des disciplines de l’érudition (histoire des textes, codicologie, ecdotique, etc.), et la prise en compte des autres domaines de l’histoire culturelle et de l’histoire des sciences. L’autre principe énoncé avec force est un « historicisme » refusant en particulier les généralisations faciles et brillantes et replaçant principalement les sources et les problèmes qu’elles posent (ici les textes) au cœur de la démarche de l’historien. La probité de l’auteur l’entraîne par ailleurs à signaler lui-même les quelques rares erreurs ponctuelles commises lors de la rédaction (et corrigées dans le présent volume), et à indiquer les idées énoncées au début de sa carrière qui ne sont plus les siennes aujourd’hui (par exemple, l’opposition entre tradition et renouvellement, la prétendue rupture entre Moyen Âge et Renaissance).

2Les articles sont classés en quatre parties qui ne suivent pas l’ordre chronologique de leur écriture : caractères généraux ; textes ; espaces ; savoirs. Le temps considéré s’étend de l’Antiquité tardive au XVe siècle. Les cinq articles de la première partie relèvent d’une réflexion générale sur les modalités de représentation de l’espace et sur les usages qu’en faisaient les sociétés médiévales, entre le haut Moyen Âge et le début du XIVe siècle. La « géographie » médiévale est l’héritière de la géographie antique, en particulier de l’Antiquité tardive, c’est-à-dire de textes et de cartes qui décrivent un monde disparu. Pour autant, les représentations médiévales de l’espace n’en sont pas moins « originales » en ce qu’elles adaptent et réélaborent en permanence l’héritage antique aux réalités modernes (il convient cependant de se méfier de ce concept d’originalité qui perd de son efficacité quand il s’agit d’étudier les méthodes de la compilation et de prendre en compte la tendance générale à utiliser les travaux des contemporains sans toujours les citer). La nécessité de ces adaptations se fait sentir avec plus d’acuité à partir de la fin du XIIIe siècle, sans pour autant rendre obsolète le recours aux descriptions antiques encore considérées utiles par les savants et qui tendent à se banaliser.

3La deuxième partie rassemble quatre articles d’érudition concernant des textes. Le premier s’intéresse à la connaissance qu’eut Cassiodore de la Géographie de Ptolémée, qu’il utilisa probablement dans ses Historia Gothorum (perdues) mais qui servit ensuite à Jordanès dans ses Getica. Le deuxième article est consacré à l’édition d’un des rares textes de la géographie arabe à avoir été traduit en latin. La géographie arabe, en effet, n’influença que très marginalement les productions savantes latines. L’Epistola fratum sincerorum in Cosmographia, une description de la terre et ses sept climata accompagnée d’une liste de coordonnées de villes, est identifiée comme étant un extrait des Rasa’il Ihwan al-Safa, une encyclopédie produite par une société d’érudits de Basra, les Frères de la Pureté. Le troisième article démontre que le texte contenu dans le manuscrit latin 6556 de la Bibliothèque nationale de France, faussement attribué au Pseudo-Asaph, un médecin juif, est en réalité une traduction latine de passages du Trésor de Brunetto Latini consacrés à la philosophie naturelle et à la géographie. Le dernier article de cette partie est dédié à l’édition et à l’étude d’une géographie datant du XIVe siècle, provenant du milieu des marchands toscans.

4La troisième partie, plus thématique, est constituée de quatre articles relatifs aux modes de conception de l’espace. Dans les Libri miraculorum de Grégoire de Tours, l’espace est discontinu et essentiellement perçu comme un ensemble de signes et de valeurs (mode de représentation qui est souvent pris comme l’idéal-type de l’espace médiéval, alors qu’il n’est qu’un « type » parmi d’autres). Un deuxième article s’intéresse aux manières de penser les confins océaniques du Nord-Ouest de l’Europe, caractérisées par une intégration progressive de ces régions dans les représentations traditionnelles. Les deux articles suivants sont relatifs aux portulans. Ces textes techniques issus du savoir des marins décrivent l’espace littoral, la succession de ses ports, ses dangers et des itinéraires maritimes. Le premier montre que les portulans, qui eurent une influence plus grande que ne le laisse penser le faible nombre de manuscrits, furent utilisés en dehors de leur milieu d’origine et servirent à caractériser les connaissances géographiques relatives aux espaces maritimes et insulaires. Le deuxième article montre qu’ils donnent aussi des informations sur les ports méditerranéens (y compris sur les simples mouillages).

5La dernière partie, constituée de sept articles, traite des « savoirs », c’est-à-dire des conceptions de l’espace et de la manière dont elles déterminent sa (ses) représentation(s) entre le XIIe et le XIVe siècle, dessinant de la sorte une histoire de l’espace géographique. Le premier aborde la connaissance des coordonnées géographiques entre le haut Moyen Âge et le XIIIe siècle. Les notions de longitude et de latitude, longtemps mal comprises, s’éclairent pour les Latins avec l’arrivée des instruments de mesure arabes, notamment l’astrolabe pour les latitudes, puis surtout par le truchement des traités astronomiques arabes au XIIe siècle. Au XIIIe siècle, les savants comme Roger Bacon, Guillaume de Saint-Cloud, Albert le Grand et Gérard de Feltre maîtrisent parfaitement les notions de longitude et de latitude, selon une conception de l’espace aristotélicienne où les lieux terrestres sont soumis aux influences célestes qui en déterminent la nature – ce qui explique aussi qu’une représentation cartographique à la manière de Ptolémée était alors inconcevable. Le deuxième article opère un retour sur le XIIe siècle. Le renouvellement des savoirs qui caractérise ce siècle concerne à l’évidence aussi les représentations spatiales. Les lettrés du XIIe siècle développent une curiosité nouvelle pour l’espace, dont la description devient plus fréquente et plus circonstanciée dans les textes historiques et encyclopédiques (par exemple dans l’Imago mundi d’Honorius Augustodunensis), sans toutefois donner naissance à des traités autonomes. La diffusion de traités astronomiques arabes entraîne de nouvelles spéculations sur la place, la forme et l’extension de l’œcumène et plus généralement des diverses possibilités d’habitation de l’ensemble de la sphère terrestre. C’est aussi au XIIe siècle qu’une profonde transformation affecte la manière de considérer les cartes : perçues comme des instruments de savoir, elles sont désormais susceptibles d’être le point de départ d’une investigation de l’espace par la description et le commentaire. Et c’est encore au XIIe siècle que l’intérêt pratique pour la navigation et pour l’espace maritime pousse les savants à s’intéresser à ces formes nouvelles de représentation du monde que sont les portulans et les cartes marines, produits du savoir technique des marins.

6L’article suivant montre que ces principaux caractères des conceptions de l’espace portent leur fruit au XIIIe siècle. La « géographie de l’habitable », c’est-à-dire les questionnements relatifs à l’extension de l’œcumène, à l’habitabilité de la zone australe et à l’existence des Antipodes, est désormais discutée avec intensité au sein des facultés des arts, sans que les savants aboutissent à des solutions définitives. Les récits de voyages des missionnaires franciscains et dominicains font prendre conscience à l’Occident de l’immensité asiatique, de la diversité et de l’altérité de ses peuples. Les instruments décrivant l’espace maritime, portulans et cartes marines, font désormais partie de l’horizon intellectuel des savants de tous ordres. Un article sur l’image du monde au XIVe siècle montre enfin comment la confrontation entre les textes hérités de l’Antiquité et les réalités modernes, notamment en Asie, commence à faire prendre conscience des discrépances entre l’image du monde antique et image du monde moderne, ce qui n’empêche pas les contemporains d’élaborer une représentation du monde opératoire, permettant d’orienter « de façon efficace leur réflexion sur les problèmes de leur temps ».

7Ces dernières parties se concluent sur des articles plus techniques, l’un consacré à la manière de traiter la question de l’habitabilité de la Terre à la fin du XIIIe siècle et au XIVe siècle par un maître parisien peu connu, Dominicus de Clavaision, l’autre à une Distinctio de situ paradisi deliciarum, qui situe, avant Dante, le paradis aux antipodes. Le dernier article s’intéresse à une figure désormais bien connue de la science de l’arpentage, Bertrand Boysset, souvent interprété comme un « patricien un peu borné » alors que son intention est de promouvoir l’arpentage, activité technique, au statut de science.

8Le résumé esquissé ici ne rend pas justice à toute la richesse des articles réunis dans ce recueil, dont la lecture est salutaire autant pour les remarques de méthode que pour les mises en garde de l’auteur à l’égard de la tendance de nombreux historiens à plaquer des idées générales brillantes toutes faites sur les réalités médiévales. Il convient aussi de souligner l’homogénéité du volume qui dessine, au-delà de la diversité des thèmes abordés, une véritable histoire des représentations de l’espace.

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Bouloux, « Patrick Gautier Dalché, L’espace géographique au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 07 mars 2017, consulté le 22 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/14073

Haut de page

Auteur

Nathalie Bouloux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org