Navigation – Plan du site

Routiers et Mercenaires pendant la guerre de Cents Ans. Hommage à Jonathan Sumption, textes réunis par G. Pépin, Fr. Lainé et Fr. Boutoulle

Vincent Challet
Référence(s) :

Routiers et Mercenaires pendant la guerre de Cents Ans. Hommage à Jonathan Sumption, textes réunis par G. Pépin, Fr. Lainé et Fr. Boutoulle, Bordeaux, Ausonius, 2016, 357 p.

ISBN 978-2-35613-149-2

Texte intégral

1Les seize contributions rassemblées au sein de ce volume et issues d’un colloque tenu au château de Berbiguières en 2013 ne constituent pas seulement un bel hommage à l’excellent connaisseur de la guerre de Cent Ans qu’est Jonathan Sumption mais témoignent également du renouveau historiographique que connaît la thématique des routiers depuis une quinzaine d’années alors qu’elle avait largement été délaissée depuis les travaux des érudits de la fin du XIXe siècle, renouveau historiographique qui vise à reconsidérer le profil des capitaines de compagnie en insistant sur la porosité entre milieu chevaleresque et routiers par le biais d’approches biographiques, prosopographiques et anthropologiques. Comme le rappelle dès l’introduction Jean-Philippe Genet, le recours à des mercenaires stipendiés au sein d’une société médiévale qui a priori ne leur laisse aucune place ne manque pas de poser un problème de légitimité, et cela dès l’époque des Plantagenets, où l’appel à des mercenaires est déjà perçu comme une anomalie tout en étant largement pratiqué notamment par Édouard Ier lors des campagnes au Pays de Galles et en Écosse à la fin du XIIIe siècle et par le biais du système de l’endenture. Dès cette période, pourtant, il importe de souligner que « la ligne de démarcation est particulièrement poreuse » (p. 19) entre un service soldé et un mercenariat pur et simple, les mêmes hommes se retrouvant alternativement d’un côté et de l’autre d’une frontière qui n’est jamais, somme toute, que virtuelle et qui apparaît en partie recomposée par les historiens plus qu’elle ne s’impose d’elle-même au regard des réalités médiévales.

2Depuis les travaux déjà anciens d’Aimé Chérest sur Arnaud de Cervole, dit l’Archiprêtre, ou de Léon Mirot sur Sylvestre Budes, le destin des grands capitaines de compagnies n’a cessé de retenir l’attention des historiens et force est de constater que cette veine biographique, même si elle est désormais sans doute moins héroïque, n’est pas près de se tarir. Ainsi Armand Jamme reconstitue-t-il, sous l’angle de la distinction sociale, la carrière d’un Bernard de la Sale qui lui permet de « dégager les voies d’une acquisition d’une honorabilité (p. 59) puisque ce natif de l’Agenais aux origines assez obscures se hissa par la force des armes jusqu’au rang de capitaine général de l’Église, qu’il occupait à sa mort en 1391. Ses débuts dans la carrière militaire sont fort modestes puisque, apparu dans l’entourage de Jean de Grailly, captal de Buch, il n’est jamais qu’un chef de bande sans véritable responsabilité politique jusqu’à la prise de Figeac en 1371, événement qui constitue un véritable accélérateur de carrière puisqu’elle lui permet de fédérer autour de lui des bandes plus modestes et que sa capacité à négocier l’évacuation de la ville pour la somme colossale de 120 000 francs or assoit sa renommée, lui assure une réelle influence sur le milieu des compagnies et permet, in fine, son passage au service du pape Grégoire XI dans le Comtat-Venaissin puis en Italie. En somme, une ascension sociale rapide construite à la fois sur la notion de visibilité et sur l’adoption de « marques ostentatoires de la reconnaissance sociale » (p. 81). De même, Loïc Cazaux s’attarde-t-il sur le parcours d’Antoine de Chabannes, ce capitaine qui alterne constamment les services au sein de l’armée royale et des activités militaires plus personnelles qualifiées d’Écorcherie, sans jamais pour autant rompre totalement les liens de sociabilité et le compagnonnage d’armes qui l’unissent à d’autres capitaines de compagnie des armées du roi ou sa proximité avec le lignage des ducs de Bourbon et avec le connétable Arthur de Richemont. Encore plus étonnante est la carrière de Perrinet Gressart dont Kelly DeVries retrace les péripéties pour montrer comment ce capitaine de basse extraction mais aux compétences militaires indéniables sut si habilement louvoyer entre les divers camps que de pénultième ennemi de Jeanne d’Arc lorsqu’il défendit contre elle la place de la Charité-sur-Loire qu’il détenait alors pour le compte du duc de Bourgogne il devint, à la fin de sa carrière, capitaine royal de cette même ville aux gages de Charles VII, non sans avoir tenu entretemps le parti anglais ! Autant de portraits hauts en couleur, auxquels il faudrait ajouter celui de Robert de Sarrebrück esquissé par Valérie Toureille, et qui témoignent à quel point le métier des armes put, tout au long de la guerre de Cent Ans, constituer un formidable outil de promotion sociale pour ceux des routiers qui surent en tirer parti au prix de changements d’allégeance et de revirements parfois aussi spectaculaires que rémunérateurs.

3Mais, au fond, le comportement de ces capitaines de compagnie n’est pas si différent de celui de nombre de nobles, plus ou moins désargentés, qui n’hésitent nullement à alterner service militaire aux gages de leur souverain et engagements mercenaires sur des théâtres d’opération plus ou moins lointains. Certes est-il toujours possible, en suivant Philippe Contamine, de trouver de notables exceptions, à l’instar de ce Jean de Blaisy, figure idéale du chevalier aux yeux de Philippe de Mézières, et qui fut chargé par la royauté des négociations devant conduire à l’évacuation par les routiers des châteaux de Carlat, Alleuze et Turlande en 1390-1391, puis joua un rôle prépondérant dans la capture et le procès d’Aymerigot Marchès, avant de trouver la mort sur le champ de bataille de Nicopolis en 1396. Mais pour un Jean de Blaisy, combien de Jean de Malestroit, pourtant issu d’une famille de bonne noblesse bretonne et partisan de Charles de Blois, partirent s’engager sur d’autres terrains d’aventure que leur pays natal – en Lorraine, au service de Robert, duc de Bar, dès 1372, avant de faire une illustre carrière en Italie au service de la papauté puis de Louis d’Anjou – et, plus encore, combien de Jean d’Acigné ou de Patry de Châteaugiron, deux capitaines bretons dont Michael Jones montre, qu’après un bref passage par le mercenariat, ils s’en revinrent en Bretagne pour reprendre « du service auprès de Jean IV, non seulement en s’acquittant des devoirs militaires obligatoires, mais en jouant tous les deux un rôle actif dans l’élaboration et l’exécution de la politique ducale » (p. 201) ! Si bien qu’au final, on ne peut que partager la conclusion de Werner Paravicini qui, interrogeant la participation de routiers avérés au voyage de Prusse, en déduit que « même le routier adhère à l’idéologie chevaleresque, veut augmenter son honneur et combattre l’infidèle » (p. 301). Rien ne montre mieux sans doute la porosité entre le monde des capitaines de compagnies et le milieu chevaleresque dont on pourrait penser, a priori, que tout les oppose.

4Toutefois, l’un des apports les plus novateurs des articles rassemblés au sein de ce volume est de montrer la possibilité pour l’historien, lorsque les sources le permettent, d’étudier dans le détail non plus seulement la carrière des capitaines mais la composition, parfois très hétéroclite, des troupes qu’ils commandent. Guilhem Pépin s’y essaie avec bonheur à partir d’une liste de 120 gens d’armes retenus par Bertrucat d’Albret en juin 1378 au service du roi de Navarre Charles II dont il parvient à déterminer avec quelque précision l’origine géographique – 85% étant originaires du duché d’Aquitaine et 11,6% étant Anglais. C’est à une entreprise du même type que se livrent aussi bien Françoise Lainé que Bertrand Schnerb. S’interrogeant sur les engagements de gens d’armes « savoyards » au service du roi de France pour ses guerres de Gascogne entre 1338 et 1341, la première note qu’ils y agissent plus à titre d’alliés que de mercenaires et que ces troupes « savoyardes » intègrent dans leurs rangs des écuyers et des sergents à pied issus du royaume de France, si bien qu’elles n’ont « rien d’un véritable corps étranger combattant entre soi » (p. 250) mais qu’elles ressemblent fortement aux troupes royales. Organisés le plus souvent en micro-unités de trois combattants au plus à forte cohésion familiale, les hommes qui viennent guerroyer en Gascogne – et dont beaucoup ne sont que pauvrement montés – ne constituent cependant pas des professionnels mais bien plutôt des intermittents de la guerre qui voient dans le service royal une manière d’accroître ponctuellement leurs revenus. Scrutant les précises comptabilités des ducs de Bourgogne, Bertrand Schnerb, quant à lui, montre parfaitement l’hétérogénéité de certaines compagnies – ainsi de ces arbalétriers « génois » dont le recrutement ne se limite ni à Gênes ni à la Ligurie mais englobe la totalité de la péninsule italienne, la Sicile, la péninsule ibérique et même l’aire byzantine – et met en évidence l’existence d’un « flux de gens de guerre, simples hommes d’armes et simples hommes de trait qui venaient grossir les armées ducales » (p. 276) lorsque le besoin s’en faisait sentir. Mais la palme en ce domaine revient incontestablement au très vaste projet (www.medievalsoldier.org) conduit par Anne Curry sur les soldats étrangers recrutés dans les armées anglaises entre 1417 et 1450 à partir d’une base de données comprenant 128 526 individus ayant servi dans les rangs des troupes anglaises et dont elle livre ici les premières tendances, notant que le recours à des mercenaires s’inscrit dans trois cas de figure principaux : la défense d’un territoire local (des Gascons en Gascogne, des Bretons en Bretagne et de nombreux Normands au sein des garnisons anglaises du duché de Normandie), la spécialisation militaire (des arbalétriers génois) et enfin des situations d’urgence (par exemple pour renforcer la garnison de Calais). Anne Curry met également en évidence l’existence ponctuelle de restrictions de recrutement, ainsi en Irlande où l’on ne retient parfois que des soldats nés en Angleterre, ou au pays de Galles où les Gallois sont écartés du service au moment de la grande rébellion galloise du début du XVe siècle. Toutefois, quelle que soit la nationalité des soldats, la force des armées anglaises repose sur un sentiment d’unité qui se manifeste par l’appartenance des soldats à la couronne anglaise – tout soldat servant dans les armées anglaises devient de facto un sujet du roi d’Angleterre – et par le port obligatoire de la croix de Saint-Georges, ce qui donne une unité visuelle immédiate tout en créant une solidarité interne et en projetant vers l’extérieur l’image de cette unité. C’est ainsi que l’on peut caractériser l’armée anglaise des années 1420 de « multinationale » (p. 310), même si dans la décennie suivante le recrutement se fait plus restrictif, sans doute sous l’influence du comte de Warwick et des revers anglais qui conduisent à s’interroger sur la loyauté des soldats français ou normands retenus aux gages de la couronne d’Angleterre, sans pour autant que cela mette un terme définitif à l’emploi de mercenaires, comme l’atteste l’activité de la compagnie de François de Surienne dans les années 1440. Une étude stimulante qui laisse également entrevoir toutes les possibilités d’analyse ouvertes par la constitution de cette énorme base de données.

5Enfin, last but not least, deux articles s’intéressent, sous l’angle conflictuel, à la thématique des relations entretenues entre routiers et mercenaires, d’une part, et populations soumises à leur pression constante, d’autre part : des relations complexes qui auraient sans doute mérité une plus large place permettant d’aborder, aux côtés des prises d’armes, la question des négociations, du ravitaillement, du recel, ou encore des complicités et autres accommodements qui purent également se faire jour tout au long de la guerre de Cent Ans. Revenant sur la Jacquerie des paysans d’Île-de-France en 1358, Justine Firnhaber-Baker remet en cause l’idée bien établie d’une relation directe entre violences de guerre et réaction paysanne en montrant, cartes à l’appui, que les communautés les plus actives au sein de cette rébellion ne sont pas celles qui furent les plus durement touchées par les dévastations des compagnies. La destruction des châteaux et autres manoirs qui caractérise, bien mieux que les meurtres de nobles, la Jacquerie résulterait donc d’une vague d’actions préventives visant à éviter que des gens de guerre puissent s’emparer et s’établir au sein de châteaux mal défendus. Elle serait donc à mettre sur le compte, non pas d’une réaction aux pillages opérés, mais sur celui d’une anxiété suscitée par la possibilité de tels pillages dont les communautés paysannes encore épargnées chercheraient à se prémunir. L’auteure note en outre que de telles destructions se concentrent dans des zones qui relèvent d’un intérêt stratégique particulier pour les Parisiens et y voit le signe d’une forte implication d’Étienne Marcel dans la désignation des cibles visées par les Jacques. Si l’on ne peut qu’être séduit par la première grille de lecture – celle qui fait de la Jacquerie une action préventive plutôt qu’une réponse aux pillages des gens de guerre –, il convient néanmoins de rester prudent quant à l’influence d’Étienne Marcel sur la Jacquerie. Les liens avérés entre le prévôt des marchands de Paris et les paysans révoltés ne doivent en effet pas nécessairement conduire à une analyse à sens unique des rapports de force et la destruction des châteaux du Beauvaisis peut correspondre à l’intérêt conjoint et commun des Parisiens et des communautés paysannes. Ce renversement de perspective – étudier non plus les violences commises par les gens de guerre mais celles commises sur les gens de guerre – est aussi à l’œuvre dans l’article de Pierre Prétou qui sonde avec brio les comportements et les réactions des communautés gasconnes à la lueur de certaines ouvertures documentaires. Les exemples ainsi mis au jour témoignent de la capacité de réaction de ces communautés de voisins lorsqu’elles se sentent menacées et que la violence est loin d’être l’apanage des gens de guerre, les populations ne constituant pas, loin s’en faut, les victimes passives des exactions qu’elles subissent. Même si les archives ne permettent que rarement de mettre en lumière ces violences villageoises, Pierre Prétou invite à ne pas les minorer et, a contrario, à reconsidérer avec une grande prudence les longs enregistrements cathartiques des violences commises par les routiers – à l’instar du fameux Livre de vie de Bergerac – que l’on se doit d’interroger en tenant compte des conditions et des objectifs de leur rédaction.

6Au final, un volume qui ne se contente pas d’établir le bilan des recherches passées – ce qui, en soi, n’eût pas été négligeable puisque de telles recherches permettent de mieux resituer l’action des routiers dans la société militaire et chevaleresque qui était la leur – mais qui ouvre également de belles perspectives, qu’il s’agisse d’une étude au raz-du-sol des simples routiers ou hommes d’armes opérant comme mercenaires dans les armées royales et princières ou d’une analyse plus poussée des relations – qu’elles soient conflictuelles ou pas – entre ces compagnies militaires et les populations qui eurent à les subir et, aussi, à s’en défendre.

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « Routiers et Mercenaires pendant la guerre de Cents Ans. Hommage à Jonathan Sumption, textes réunis par G. Pépin, Fr. Lainé et Fr. Boutoulle  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2016, mis en ligne le 11 janvier 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/14061

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org