Navigation – Plan du site

Élodie Lecuppre-Desjardin, Le Royaume inachevé des ducs de Bourgogne (XIe-XVe siècles)

Jan Burzlaff
Référence(s) :

Élodie Lecuppre-Desjardin, Le Royaume inachevé des ducs de Bourgogne (XIe-XVe siècles), Paris, Belin, 2016, 432 p.

ISBN 978-2-7011-9666-4

Texte intégral

1Si Italo Calvino avait, de son vivant, mis la main sur le récent livre d’Élodie Lecuppre-Desjardin, il l’aurait sans aucun doute qualifié de classique. Pour parler avec l’écrivain italien, Le Royaume inachevé devient ainsi un livre dont les discussions s’annoncent pour longtemps inachevées. En se proposant de relire la société bourguignonne entre 1369 et 1477 en termes d’expérience politique, la médiéviste de Lille 3 pose ici bien davantage que les fondements de toute future analyse sur l’espace bourguignon à la fin du Moyen Âge. La prémisse majeure consiste à réfuter la notion d’État qui courait dans les études bourguignonnes jusqu’au garant de ce dossier d’habilitation, Bertrand Schnerb. Loin d’être le cuisant échec d’un État-nation, ni même d’être un État fondé sur une capitale, une langue, un roi, un temps stable et un nom, le terme proposé de Grande Principauté de Bourgogne caractériserait une société politique fondée sur une « incomplétude chronique  » (p. 14), par ses divergences entre le prince et ses sujets, les distorsions entre territoires et le manque d’une culture commune.

2L’auteure approche cette société tardo-médiévale par les fondements de ce qui pouvait fédérer les rapports entre ducs et sujets. Si la mise en scène du prince était essentielle dans ce qu’elle avait qualifié précédemment de communication multimédia (p. 43), définie par une chatoyante propagande fondée sur le luxe et le paraître, l’idéal de croisade, le faste, la majesté des fêtes ou encore les rumeurs, elle se révèle néanmoins fragile par l’écart entre l’honneur du prince et l’horizon de ses sujets, tiraillés entre idéaux universels et pratiques locales, entre temps long et besoins immédiats. Envisageant la loyauté comme indicateur de ce qui fait lien dans cette société politique, entre intrigues, malaises et jeux des factions souvent en faveur de la France, l’auteure analyse avec brio la mosaïque changeante des loyautés calculées selon les privilèges à obtenir, un système de pensions, gratifications et cadeaux offerts par le prince. S’éloignant avec force d’une modélisation étatique qui prévalait jusqu’ici, et analysant avec justesse ce qui est bien davantage qu’une simpliste opposition entre dons et État, l’auteure s’efforce d’écouter les voix du XVe siècle qui révèlent combien les liens d’homme à homme, leurs réseaux et le programme politique importent – soit aussi par crainte de la brutalité de Charles le Téméraire, que les historiographes comme Molinet peinent à excuser. Les émotions sont aussi convoquées – et ce fort heureusement dans une perspective non uniquement fonctionnaliste – pour relever la coupure en grande partie décidée en 1477 entre les nobles, dont les terres relèvent de l’autorité royale française et qui se reconnaissant dans les valeurs du lignage et du patrimoine, et le dernier duc de Bourgogne. Son règne voit en effet la lente disparition d’une culture de la négociation en faveur de la dépersonnalisation des fonctions, une évolution qui fragilise encore plus les colonnes d’une Chose Publique viable.

3Il faut alors se tourner vers la pensée politique et ses fondements, ce que l’auteure fait par ce que l’on appelle le manifeste de 1405. Celui-ci montre, à l’instar d’autres moments de crise comme la grande Vauderie d’Arras en 1459-1461, l’ordonnance de Calfvel de Bruges en 1407 ou l’affaire des coquillards dijonnais, la grande versatilité du duc en termes de justice et les divergences de traitement entre les régions du nord et du sud. Le manque d’une doctrine politique cohérente (« parole sans doctrine », dit l’auteure p. 126) devient tout aussi visible que le paradoxe d’imposer – en vain – l’impôt à des nobles flamands aux forts liens avec le royaume de France. Précisément, l’attachement à la France est double : l’attrait qu’il exerce sur les aristocrates par des alliances s’accompagne des efforts des ducs pour bénéficier du prestige de la Maison, de la dynastie, de la famille et de l’honneur royal des Valois. Le couronnement que Charles recherche en vain auprès de l’empereur Frédéric III montre bien l’ambition personnelle et le « désir d’empire » (p. 224), ayant toujours la France en ligne de mire.

4Peut-être est-ce la guerre qui sert de ciment social. Si les territoires sont fréquemment exposés aux batailles et à leurs affres, et si la guerre accélère bel et bien le rythme des réformes, la désignation d’un ennemi commun fait pourtant défaut. É. Lecuppre-Desjardin montre ici de manière convaincante que la multiplication des théâtres disperse les théories d’un prince avide de chevaleresque une fois que celles-ci sont confrontées aux pratiques et aux structures (p. 259 et suivantes). L’espace et sa représentation cartographique et lexicale reflètent alors non pas une communauté mais une vision lignagère des territoires conquis, assemblés et théorisés dans une liste de droits et de pays singuliers qui ne dépasse jamais la somme de ses parties. L’inconsistance et la perméabilité caractérisent les espaces mouvants entre autorités et impératifs économiques. Le manque d’unité s’aperçoit par l’absence d’une capitale, une idée dont l’auteure expédie élégamment l’aptitude pour la Grande Principauté. Si les villes flamandes, polarisées sur les privilèges, cherchaient bien à attirer la résidence ducale dans une compétition d’ordre économique, l’auteure montre qu’elles étaient insérées, à l’encontre de l’Italie, dans des régions et ne faisaient ni obstacle à la construction d’un hypothétique État, ni ne le soutenaient, stimulées qu’elles étaient par des patriotismes urbains locaux. La question posée à une possible nation bourguignonne dans le septième chapitre est alors cruciale. Raisonnant en prudente historienne européenne qui s’interroge sur la remise au goût du jour des nationalismes, l’auteure examine la diffusion d’une culture de cour vers le reste de la population non pas dans le sens unique d’un phénomène d’acculturation, mais bien dans de multiples champs comme la langue unique – qu’il faut remplacer par les langues locales – et une histoire commune – qui est plutôt tissée d’histoires empilées ne visant jamais une entité politique et un récit cohérents. Tout amène alors au constat qu’un projet commun – une nation au sens politique, dit l’auteure – existait, mais que celui-ci se morcelait rapidement face aux particularismes locaux, comme en Gueldre, et au succès d’une conscience aigüe non pas au sein de ses propres territoires bourguignons, mais auprès du voisin impérial face à Charles vu comme « grand Turc d’Occident ».

5En refermant le livre, on ne peut que reconnaître la richesse des conclusions et une méthodologie ambitieuse qui dépasse largement le cadre bourguignon en interrogeant plus de quarante ans d’historiographie sur cet espace complexe. À commencer par la question de la dénomination : l’ample discussion que l’auteure mène p. 350-355 sur les noms modernes élaborés pour saisir les pouvoirs et la société qui les fait naître, faute d’un qualificatif médiéval, renvoie dos à dos l’État féodal, par la nature même de l’autorité suprême, et l’État princier, par la fragilité de l’amour envers le prince, le lien dynastique à la France et les caractères inhérents d’hérédité et de sang qui contredisent l’acceptation moderne d’État. Quant à l’État territorial, s’il est apte à désigner les villes italiennes fondées sur la justice, l’armée et les impôts, il rend pourtant mal compte de l’insertion des villes flamandes dans les alliances régionales et d’un Bien Commun médiatisé par l’idéologie ducale. Si l’on considère qu’É. Lecuppre-Desjardin prend ses distances avec les deux écoles jusqu’ici prépondérantes de Pirenne et Vaughan d’un côté, Bonenfant et Perroy de l’autre, sur le sens des rapports entre Bourgogne et royaume français, on reconnaît les étapes franchies pour proposer à la fois l’idée d’une Grande Principauté de Bourgogne, appelée sans aucun doute à prendre racine, et une révision de la construction de l’État moderne à partir de cet espace à la fin du Moyen Âge, que ce soit par le sens de la rationalisation (p. 86-87) ou par la confrontation entre villes et État (p. 304-306). Ce faisant, elle situe avec précision et justesse l’historiographie, évidemment volumineuse, de la Genèse de l’État moderne, virant du politique au culturel du politique, avec ses spécificités régionales, et fait chanceler le raisonnement classique de J. Strayer sur l’État médiéval dans le sens d’une loyauté ici défaillante. En montrant qu’une relecture et une sérieuse connaissance de la documentation peut s’accompagner d’une méthodologie approfondie, l’auteure s’attache à cette construction royale d’un prince et aux modalités d’un programme politique. L’une des forces majeures du livre tient à la complémentarité des chapitres qui passent en revue les liens sociaux, les temporalités et la memoria, l’espace et la guerre pour aboutir à la notion pertinente de communauté imaginée. Ce qui est en jeu n’est donc rien d’autre que la réflexivité collective pour un espace et un projet de légitimation qui manque pourtant de cohésion entre les ducs à prétention royale et leurs sujets. Le contractualisme politique se maintient par ce qu’elle appelle des « accords ponctuels » (p. 343), et l’on voudrait voir prolonger ces réflexions pour des espaces aux configurations similaires, comme le Saint Empire germanique. Car les pages comparatives entre laboratoires politiques, comme la reprise du modèle français par Charles (p. 57), la comparaison entre Louis XI et Charles (p. 91) ou les visions bourguignonne et impériale du politique (p. 184 puis p. 353), sont des plus passionnantes.

6Les critiques sont, on l’aura compris, minimes face à l’ampleur des remarques stimulantes, et je m’en tiendrai à trois. D’abord la clarté sur la construction du territoire. Si l’auteure relève l’importance de la liste, concept médiéval sans doute insuffisamment exploré jusqu’ici dans les travaux sur la représentation de l’espace, chaque point de cristallisation qu’elle nomme « signe distinctif attaché à ses habitants » (p. 282) n’apparaît pas incompatible avec une (nouvelle ?) conception linéaire. On peut même se demander si ce n’est pas au cours du XVe siècle qu’émerge une nouvelle vision de l’espace qui forme autant de tentatives d’appartenance. Car voici que plusieurs strates ressortent de ce livre par la tension entre marges et centralité, donnant à lire une mosaïque chatoyante des territoires et de la construction de l’autorité. Deuxième point : où est véritablement l’importance du religieux dans la fabrication des liens ? Compte tenu de la taille du livre, qui d’ailleurs évoque la mystique étatique et les élans dévotionnels, on peut comprendre cette limite. Enfin, la réflexion sur les capitales aurait peut-être bénéficié d’une lecture plus approfondie de l’historiographie allemande, alors que les discussions et les hésitations pour une capitale, symbolique et réelle, étaient vives au même moment. Quoi qu’il en soit, le nœud critique relève à raison l’adhésion à une idéologie princière, ce temps du prince, et les réactions suscitées à de multiples niveaux qui interdisent de prendre en considération une idéologie unique. On se surprend alors à rêver à d’autres travaux comparatifs qui prolongeraient ce livre sur les cultures politiques et les rythmes du lien social à la fin du Moyen Âge par le partage des pouvoirs, la succession et l’élection.

7En définitive, ce livre très riche renouvelle les conditions de possibilité d’une société politique à la fin du Moyen Âge. Dépassant les grandes notions d’État et de féodalité, par cette non-linéarité du récit (par ailleurs illustré) qu’elle élabore, É. Lecuppre-Desjardin offre un volume dense qui n’en possède pas moins une grande clarté et une vive plume d’historienne engagée en notre temps. Pavé dans la mare, son étude clame avec force que c’est la puissance des réseaux plutôt que le cadre établi et l’absence de volonté des ducs de créer un État, plutôt qu’un échec dramatique de ce dernier, qui comptent pour apprécier pleinement l’aventure bourguignonne. C’est alors que l’on voit combien les écrits d’historiens antérieurs étaient souvent téléologiques, voire teintés de reproches envers Charles le Téméraire et d’anticipations hâtives pour un destin qui était ouvert. La Grande Principauté possède décidément une histoire plurielle.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jan Burzlaff, « Élodie Lecuppre-Desjardin, Le Royaume inachevé des ducs de Bourgogne (XIe-XVe siècles)  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2016, mis en ligne le 11 janvier 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://crm.revues.org/14056

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org