Navigation – Plan du site

Gabriele Giannini, Un guide français de Terre sainte, entre Orient latin et Toscane occidentale

Claudio Lagomarsini
Référence(s) :

Gabriele Giannini, Un guide français de Terre sainte, entre Orient latin et Toscane occidentale, Paris, Classiques Garnier, 2016, 352 p. 

ISBN 978-2-406-05931-8

Texte intégral

1La découverte, en 2007, d’un court texte conservé par un seul manuscrit a été le point de départ pour cette recherche riche et complexe, qui nous offre un modèle exemplaire d’érudition tous-azimuts au service de la philologie.

2Le manuscrit en question (Ferrare, Biblioteca Comunale Ariostea, ii.280, siglé F) contient un guide français de Terre sainte copié en Toscane occidentale vers la fin du XIIIe siècle, qui fait suite au Tresor de Brunet Latin, transcrit par le même copiste. Le guide, tout en représentant une rédaction indépendante, montre des liens avec une constellation de textes latins, français et italiens étroitement apparentés les uns aux autres. G. prend en charge un réexamen global de cette tradition, ainsi qu’une nouvelle édition commentée des textes français.

3Le chapitre consacré aux manuscrits (p. 11-140) s’ouvre par une fiche descriptive de F, qui est exploré à fond dans tous ses aspects (histoire, contenu, décoration, écriture, la langue faisant l’objet d’un chapitre spécifique : voir infra). G. propose d’adjoindre F à un groupe de manuscrits exécutés entre Gênes et Pise qui a été très bien éclairci et étudié, dès les années 1980, par F. Avril et M.-Th. Gousset, puis par F. Cigni. De plus, G. remarque des similarités entre l’écriture de F et celle du ms. BnF fr. 1463 (le témoin le plus ancien de la Compilation arthurienne de Rusticien de Pise), « au point qu’il est légitime de s’interroger au sujet de l’identité elle-même de la main » (p. 23). À notre avis, la question reste en suspens : nonobstant d’évidentes similarités morphologiques, on remarque des différences importantes touchant à des détails petits mais significatifs, ceux qui justement permettent de distinguer entre eux des copistes travaillant dans un même atelier. Entre autres choses, on relèvera la forme de la note tironienne pour et, qui dans F est un 7 simple, alors que le copiste du ms. 1463 trace toujours un pédoncule à la fin de la barre verticale.

4Suivent les descriptions détaillées des manuscrits contenant les autres guides en français : Bruxelles, BRB, iv 1005 (=B) ; Vatican, BAV, Vat. lat. 3136 (=V) ; Paris, BnF, fr. 9082 (=P) ; Vienne, ÖNB, 2590 (=W) ; Cambridge, UL, Gg.6.28 (=C). Finalement, dans quelques pages de conclusions (p. 137-140), G. met en évidence le fil rouge qui unit les codex considérés : tous conservent des traces (portant à la fois sur le contenu et sur la langue) d’un arrière-plan situé dans l’Orient latin. Le ms. F, tout en étant d’origine toscane, renferme des traits linguistiques typiques de la scripta d’Outremer, ce qui s’avère aussi pour V (le seul ms. effectivement copié en Orient, à Rhodes, comme le dit l’explicit), P, W et B. Le ms. C, lui, contient une rédaction du guide de Terre sainte montrant « une connaissance minutieuse et de première main des établissements coloniaux et des autres lieux notables situés dans une portion restreinte du littoral syro-palestinien […] » (p. 139).

5Aux p. 143-159, G. cherche à débrouiller les rapports entre les guides français, puis les Pelerinages communes, trois guides latins (appelés Innominati v, ix et x) et deux guides italiens (l’Itinerario ai luoghi santi et les Viagi ke debbono fare li pelegrini ke vanno oltramare). Malgré des différences rédactionnelles remarquables, tous ces textes se caractérisent par « l’étonnante distinction faite entre Calvaire et Golgotha », normalement confondus dans les guides médiévaux, et par « la localisation à Safran […] du lieu de naissance des fils de Zébédée » (p. 144-145). Comme une collation mot à mot est impossible, vu la nature des divergences rédactionnelles des textes, G. cherche à classer les guides vernaculaires sur la base de quelques choix lexicaux plus ou moins fidèles « à la configuration probable de la source latine commune » (p. 151), qui reste pourtant inconnue, les Innominati n’étant que des réélaborations de cette même source. Vu l’impossibilité de dresser un vrai stemma codicum, G. se contente de dessiner un graphe montrant « le positionnement des différents spécimens de l’ensemble par rapport à la source latine commune et à son rejeton probablement vernaculaire » (p. 152). Ce « rejeton » – voilà l’hypothèse qui se rattache à l’analyse des manuscrits donnée dans le premier chapitre – aurait été rédigé dans l’Orient latin (p. 153).

6Aux p. 161-205 se trouve un examen de la scripta et du contexte socioculturel du ms. F. D’abord, G. analyse la stratigraphie linguistique du manuscrit. Comme on l’a déjà dit, F conserve des traces d’un arrière-plan d’Outremer, ce qui est évident surtout dans la section contenant le Tresor, où on y trouve des formes caractéristiques telles que mehler et ahnes au lieu de mesler et asnes (cf. p. 164). Le ms. de Ferrare (normalement siglé F7 au sein de la tradition du Tresor) se rattache à une famille textuelle dont les représentants plus anciens (Lyon, BM, 781, et Paris, BnF, fr. 12581) renferment le même type de phénomènes. À cette strate orientale plus ancienne se superpose celle du copiste toscan, qui se caractérise par une riche série d’italianismes à la fois graphiques, morphologiques et lexicaux (cf. surtout les p. 187-190).

7Étudiant le probable contexte de production du manuscrit, G. s’arrête en particulier sur un détail présent dans le guide de Terre sainte, à savoir « l’introduction tout à fait inattendue de la mention de la prison où saint Pierre fut jeté par Hérode Antipater […] » (p. 191). Ce détail, en outre placé dans une section incongrue du récit de voyage, est absent des autres guides considérés. G. émet alors l’hypothèse d’une interpolation faite dans une des dernières phases de la tradition du texte, c’est-à-dire en Toscane, plus précisément à Pise, où le culte de saint Pierre fut intense tout au long du Moyen Âge.

8La seconde partie de l’ouvrage (p. 207-326) accueille l’édition et le commentaire des guides français contenus dans F, B, VPW (ces trois derniers en vis-à-vis, vu leur relative proximité) et C. Compte tenu de son importance au sein du livre, il vaut la peine de s’arrêter davantage sur l’édition de F (p. 209-212). De manière tout à fait raisonnable, G. se borne à de rares corrections, conservant scrupuleusement les graphies du copiste toscan (y compris les redoublements, tels que enn Ebron, §16.1). Pour le reste, nous dit-il, « les passages problématiques, qu’ils aient ou non fait l’objet d’une intervention éditoriale, sont discutés dans le commentaire » (p. 207). Grâce à ce cortège d’informations, le lecteur est parfaitement armé pour lire le texte. Pour un seul passage, où G. a dû recourir aux cruces desperationis, on pourra éventuellement proposer une autre explication. Examinons la phrase en question (§10.1-2) : « Et soure Juçafa est mont Oliveto, dont Deu monta au ciel, et ancois hi apart li passi Deu. Et enluec a le senestre † miradois † commanda[nt] le Nostre Sire a lez disciplez que il aillessent par tot l’univers monde [etc.]. » À propos de ce passage, le commentaire n’offre que des renseignements sur une église bâtie sur le mont Olivet et sur la tradition relative à l’empreinte de Jésus à l’endroit de l’Ascension. Nous proposons la solution suivante : la leçon fautive miradois cacherait le mot miradors (« poste d’observation élevé »), emprunté au provençal (cf. E. Levy, PSW, v 284a), ce qui ne serait pas absurde dans le contexte interlinguistique caractérisant le français d’Outremer.

9Tous les textes édités sont accompagnés de riches commentaires, offrant des précisions et des approfondissements autour des lieux, des monuments et des événements évoqués dans les guides. La bibliographie (p. 327-337) est suivie d’un glossaire (p. 339-345) et d’un index des noms propres (p. 347-349) relatifs au seul guide du ms. F.

10Comme le constate G. lui-même, « bien que le guide n’occupe que six colonnes à la fin d’un volume de format moyen, son édition ne se soustrait pas au « “gigantismo […] specialistico” qui affecte de larges pans de l’édition scientifique contemporaine » (p. 9). On reste effectivement frappé – souvent de manière très positive – face au degré d’approfondissement avec lequel G. aborde presque toutes les questions (philologiques, linguistiques, paléographiques, historiques) qui intéressent, ou peuvent intéresser, les manuscrits et les textes du corpus examiné. Si une voie se montre, elle est parcourue jusqu’au bout. Juste un exemple : les feuilles de garde de F sont occupées par diverses poésies en italien de qualité inégale ; lors de la description du manuscrit, G. pouvait se contenter de faire une brève mention de ces textes, avant de revenir à sa matière. Ce n’est pas le cas : il s’arrête sur chacun d’entre eux, l’analysant, l’éditant et le confrontant avec tous les autres témoins connus (cf. p. 32-43). On aurait peut-être pu ajouter des index supplémentaires à la fin du volume (p. ex. ouvrages, auteurs et manuscrits cités) qui auraient permis de retrouver toute une série d’informations intéressantes, mais secondaires par rapport à la ligne de recherche principale, qui autrement risquent de rester cachées dans la masse des commentaires et dans la foule des notes érudites.

11Ces petites remarques n’entachent en aucune manière un travail remarquable, qui offre une contribution importante pour l’étude d’un axe de circulation des textes médiévaux – celui qui unit Terre sainte et Occident − qui reste encore à comprendre dans toute sa complexité.

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudio Lagomarsini, « Gabriele Giannini, Un guide français de Terre sainte, entre Orient latin et Toscane occidentale  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2016, mis en ligne le 11 janvier 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://crm.revues.org/14052

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org