Navigation – Plan du site

Nouveaux regards sur les « Apollons de collège ». Figures du professeur humaniste dans la première moitié du XVIe siècle, éd. Mathieu Ferrand et Nathaël Istasse

Romain Menini
Référence(s) :

Nouveaux regards sur les « Apollons de collège ». Figures du professeur humaniste dans la première moitié du XVIe siècle, éd. Mathieu Ferrand et Nathaël Istasse, Genève, Droz (« Travaux d’Humanisme et Renaissance » 532), 2014, 414 p.

ISBN 978-2-600-01736-7

Texte intégral

1Mathieu Ferrand et Nathaël Istasse ont réuni les actes de dix-huit communications prononcées lors d’un colloque international qui s’est tenu à Paris, en octobre 2010, et qui mettait à l’honneur ceux que Lucien Febvre avait nommés naguère, d’un ton quelque peu caustique, les « Apollons de collège ». Prenant au mot l’auteur du Problème de l’incroyance au xvie siècle (1942) pour donner à son expression « une interprétation à la fois plus littérale et plus ouverte » (p. 13), les deux organisateurs ont cherché à en savoir davantage sur ces auteurs néo-latins de la première moitié du siècle, qui pratiquèrent souvent la poésie épigrammatique tout en entretenant avec l’institution scolaire des rapports étroits. Partagés entre la pédagogie, la philologie et la poésie, ceux que Febvre baptise encore, cum grano salis, les « chevaliers servants du distique et de l’iambe » (cité p. 11) méritent en effet certainement mieux que les moqueries de l’historien ‒ quolibets dont M. Ferrand et N. Istasse ne manquent pas de souligner qu’ils font aussi le sel de cette prose si vivante qui est celle du styliste des Annales. Or, ce volume ne se donne pas pour ‒ seul ‒ but de redorer le blason des professeurs-poètes malmenés par le critique, mais surtout de voir en eux ‒ et plus généralement dans les nombreux pédagogues des collèges que comptèrent les règnes de Louis XII, François Ier et Henri II ‒ des figures-clefs de l’humanisme français du premier xvie siècle, dont la production variée, certes plus souvent « document » que « monument », donne un incomparable aperçu sur l’esprit d’une époque en mutation. Ne pas en prendre conscience, ce serait risquer de commettre cette faute dont Febvre lui-même faisait un « péché irrémissible » : l’anachronisme. La question est donc posée : comment vouer sa vie à Apollon et à l’École ‒ ou comment ne pas le faire plutôt deux fois qu’une, à cette époque où la promotion des Belles-Lettres passe par une relecture des « classiques », fondée sur de nouvelles méthodes philologiques ?

2Le recueil présente plusieurs incarnations variées du Pédagogue : autant de figures différentes d’une autorité singulière aux multiples facettes. Le lecteur est convié à des rencontres successives lui permettant de prendre langue tantôt avec des personnalités relativement familières (Nicolas Bérauld, Marc-Antoine Muret ou Pierre de La Ramée), tantôt avec des personnages plus méconnus (Guillaume Castel, Jean des Fossés ou Robert Breton). Le volume est divisé en trois parties : « Humanisme et enseignement » ; « Les “Apollons de collège”, professeurs et poètes » ; « L’humaniste au miroir, l’humaniste au combat ».

3Jean Lecointe revient, après son travail d’habilitation (1999) ‒ dont on ne peut que souhaiter, un jour, la publication ‒, sur la figure de François Dubois dit Sylvius († c.1536), auteur d’une Poetica publiée en 1516, alors que le professeur était régent au collège de Montaigu. Nathaël Istasse embrasse dans un seul regard les ambitions pédagogiques et poétiques de Ravisius Textor (c. 1493-1522), compilateur à succès connu pour ses Epitheta et son Officina, mais aussi poète et auteur de moralités, farces et sotties, dont il fait l’archétype du « professeur-humaniste » et de l’« humaniste-pédagogue ». Marie-Françoise André s’attache à la figure importante de Nicolas Bérauld (1470-c.1550), professeur de droit humaniste dont la pédagogie se lit en filigrane de ses Prælectiones, qui laissent voir l’influence des nouvelles méthodes budéennes qui rénovent l’enseignement juridique. Marie-Dominique Couzinet se demande ce qui reste, dans la deuxième moitié du xvie siècle, de l’enseignement des « Apollons de collège » dans la pratique pédagogique de Pierre de La Ramée (1515-1572) ; promouvant une nouvelle conception de la dialectique, le professeur paraît à la fois s’inscrire dans la lignée de ses prédécesseurs et remettre en question leur héritage. Marie Madeleine Fontaine étudie un moment de l’histoire pédagogique du royaume de France qu’elle considère comme celle d’une « génération sacrifiée », l’époque des régents des années 1533-1561. On retiendra, au détour de ce panorama hexagonal, cette proposition provocante : pour M. M. Fontaine, le fameux banquet de 1537 donné en faveur de Dolet n’aurait jamais eu lieu, mais serait une « fanfaronnade » de l’humaniste à la grande gloire de sa propre libération (p. 109) ; la proposition, argumentée, mérite réflexion.

4La deuxième partie est ouverte par une contribution de Perrine Galand qui souligne, pour les « Apollons » du premier xvie siècle, l’importance d’Orphée, modèle dont les professeurs-poètes endossent volontiers le costume mythique, dans la lignée de Politien et de sa silve Manto. Jan Pendergrass présente ensuite la figure de Guillaume Castel (né c. 1560), qu’il replace dans son cénacle d’amis et dont il analyse plusieurs échantillons ponctuels, exemplaires de cette pratique sociale que revêtent les « pages privées » des divers opuscula du Tourangeau. Arnaud Laimé porte son regard sur deux personnages apparaissant ensemble dans la République des Lettres : Nicolas Petit de Bellosane ‒ à la « poétique » duquel A. Laimé a consacré sa thèse ‒ et Jean des Fossés de Mâcon ; dans les Elegiæ de redemptione humana (1517), les deux poètes se proposent de mettre en vers les évangiles. Élise Gauthier, qui rédige une thèse de doctorat sur Nicolas Barthélemy de Loches, donne un aperçu de la vie et l’activité de ce professeur et poète qui reste bien méconnu, quoiqu’on l’ait identifié depuis longtemps comme une source de Rabelais (voir Tiers livre, ch. xxiii). Catherine Langlois-Pézeret étudie la « royauté épigrammatique » de celui que Febvre nommait assez vilainement l’« Apollon d’Aigueperse » : Gilbert Ducher, poète et principal de collège, dont les Epigrammata (1538) nous apprennent tant sur le sodalitium lugdunense. Depuis la tenue du colloque, la remarquable édition critique des Epigrammata est parue (éd. Sylvie Laigneau-Fontaine et Catherine Langlois-Pézeret, Paris, Champion, 2015 : voir le compte rendu de Guillaume Berthon dans les CRMH) ; nous sommes ici au cœur de la sociabilité poético-érudite qui constituait le ferment des cercles lettrés de la Renaissance. Du regretté Philip Ford, on peut lire ensuite une contribution consacrée à George Buchanan, poète et professeur dans les collèges les plus renommés de son temps, et dont les poèmes attestent plusieurs amitiés durables, nouées dans les milieux scolaires. Virginie Leroux, éditrice des Juvenilia de Marc-Antoine Muret, se penche sur le Julius Cæsar du professeur, tragédie composée vers 1547 et dont Charles Mazouer faisait déjà une « jolie réussite scolaire », qui allie ambition pédagogique et liberté littéraire. Enfin, John Nassischuk accorde son attention à Nicolas Chesneau, enseignant au collège de La Marche à Paris, auteur de deux recueils poétiques (1552 et 1553), dont les vers portent l’empreinte ludique des pratiques et des personnalités du monde scolaire de leur temps.

5Dans la troisième partie, Sylvie Laigneau-Fontaine, à qui l’on doit la précieuse édition des Nugæ (1533) de Nicolas Bourbon (Genève, Droz, 2008), revient à ces mêmes « Riens » moqués par Febvre pour y lire plus que de simples bagatelles, en l’occurrence l’« idéal humaniste » du poète, à la fois chaleureux et exclusif. Mathieu Ferrand étudie quant à lui l’importance des figures professorales dans le Dialogus longe facetissimus, pièce anonyme (de Philipe Boisot ?) composée, vers 1533, en vers iambiques, et qui donne un vif aperçu de la vie des collèges parisiens, à la faveur d’un duo comique opposant deux professeurs qui se voient renvoyés dos-à-dos in fine. Jean-Eudes Girot revient ensuite sur la querelle survenue entre Marot et Sagon (1534-1537), à la lumière de l’humanisme des collèges. La question des langues, dans ce différend qui s’est déployé essentiellement en français, fait l’objet d’une attention particulière ; l’absence de poètes néo-latins de premier rang s’explique certainement, nous dit J.-E. Girot, par des raisons de prudence ‒ la censure s’appliquant avec plus de tolérance, semble-t-il, à l’égard de la production en vernaculaire. Une fort utile « chronologie de la querelle » conclut l’étude. Dans un parcours lui aussi chronologique, Michel Magnien trace l’itinéraire d’une figure méconnue mais prolifique (comme le confirme le précieux inventaire bibliographique dressé en fin d’article) : celle de Robert Breton d’Arras, régent de collège à Paris puis à Bordeaux, épistolier gyrovague et helléniste aux sympathies hétérodoxes ; le parcours, remarquablement documenté, fait retour sur le jugement hâtif d’athéisme porté naguère par Henri Busson sur Breton l’humaniste. Une contribution de Mireille Huchon conclut le volume ; les visages du professeur humaniste, tels qu’ils apparaissent dans la fiction rabelaisienne, font l’objet de son étude. L’importance des figures tutélaires que sont Budé et Melanchthon dans les deux premières chroniques est particulièrement soulignée.

6Le recueil, qui ne comporte que des contributions de haute tenue scientifique, se signale par son angle d’attaque ; les analyses qu’il comporte ‒ le plus souvent des échantillons monographiques consacrés à des professeurs et écrivains que nous ne pourrons plus considérer seulement comme des minores ‒ rendront de grands services à l’étude de l’Humanisme français du premier xvie siècle. Ces études de cas dessinent, collégialement, une fresque savante où poésie, rhétorique, pédagogie et parfois religion se mêlent inextricablement, selon les linéaments de la « vie de l’esprit » d’une période marquée par ces institutions que furent les collèges, et que relayèrent les ateliers d’imprimerie. Le volume se referme utilement sur un triple index des noms, des œuvres et des collèges.

7Il faut remercier Mathieu Ferrand et Nathaël Istasse d’avoir conçu ce recueil à la fois cohérent et varié, qui redonne au monde scolaire et à la poésie de circonstance la place qui lui revient de droit ‒ car Orphée a toujours eu sa place à l’école, comme nous le rappelle le xvie siècle.

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Menini, « Nouveaux regards sur les « Apollons de collège ». Figures du professeur humaniste dans la première moitié du XVIe siècle, éd. Mathieu Ferrand et Nathaël Istasse », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 11 janvier 2017, consulté le 24 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/14048

Haut de page

Auteur

Romain Menini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org