Navigation – Plan du site

La Geste de Doon de Mayence dans ses manuscrits et dans ses versions, études réunies par Dominique Boutet

Wilfrid Besnardeau
Référence(s) :

La Geste de Doon de Mayence dans ses manuscrits et dans ses versions, études réunies par Dominique Boutet, Paris, Champion (« CCCMA » 19), 2014, 295 p.

ISBN 98-2-453-297-0

Texte intégral

1Cet ouvrage en 3 parties, riche de 15 contributions précédées d’une introduction, est issu d’un colloque qui s’est tenu en 2011 à la Sorbonne. Il se clôt par une bibliographie sélective (p. 273-287) qui présente un classement thématique ; mais à l’intérieur de chaque rubrique l’ordre des références échappe, puisqu’il n’est ni alphabétique ni chronologique. Toutefois cette bibliographie donne de précieuses orientations. Enfin figure en fin d’ouvrage un index des noms qui achève de rendre le recueil très commode d’utilisation.

2Dans l’introduction, synthétique, D. Boutet rappelle que la geste de Doon de Mayence est un ensemble hétéroclite au sein duquel la chanson de Gaufrey joue un rôle-clef en créant une « unité lignagère, en énumérant les douze fils de Doon » (p. 8). La geste est également présentée dans ses manuscrits, dont certains constituent des sous-cycles ; il apparaît ainsi que la question de la geste est « complexe et même (…) problématique » (p. 10). Le volume innove en proposant un travail d’ensemble sur le cycle, alors que souvent les travaux existants portent sur des œuvres particulières.

3Dans la première partie, intitulée « Doon, Ogier, Renaut dans leurs manuscrits et leurs versions », Marie-Jeanne Pinvidic propose d’abord une « Vue synoptique des manuscrits de la chanson de Doon de Mayence ». L’auteur y examine les manuscrits pour justifier le choix d’un manuscrit de base en vue d’une nouvelle publication de la chanson. Elle décrit les 6 manuscrits dont le plus ancien est le ms. A. Se fondant sur d’autres critères (agencement narratif et économie de l’énoncé), elle établit des tableaux comparatifs. En conclusion, elle préconise une publication qui serait une présentation synoptique de A et B, puisqu’il n’y a pas de manuscrit de base satisfaisant.

4Puis, dans « Les Enfances Doon de Mayence : germanophobes et/ou judéophobes ? Réflexions sur le contexte socio-historique variable d’une œuvre partir de ses manuscrits », Beate Langenbruch, à partir de l’étude d’une variante philologique, pose la question de la judéophobie dans l’épopée. En passant de la version A à la version C, les manuscrits relatant l’épisode du meurtre des enfants lors de la trahison par Herchambaut et Salemon font évoluer une opposition : A montre une opposition entre francophones et germanophones mais C, qui présente le complot formulé en grec, oriente le texte vers une judéophobie latente, confortée par des variantes accumulant les clichés liés la représentation du juif au Moyen Age. La réflexion s’achève sur une contextualisation historique des manuscrits permettant de conclure que les textes se lisent comme témoignages de l’histoire des mentalités.

5Dans « Tradition, corruption, remaniement et désespoir du philologue. A propos des manuscrits de la Chevalerie Ogier française anonyme en décasyllabes assonancés », Muriel Ott explique sa démarche d’édition de la Chevalerie Ogier. Dans la masse de manuscrits, elle privilégie la famille BA comme étant la version la plus ancienne (preuve à l’appui, l’examen des toponymes comme éléments d’une géographie réaliste). Toutefois, dans un mouvement inverse, elle a par endroits utilisé des versions plus récentes, reposant sur des remaniements, qui donnent de la cohérence à ce qui n’en avait pas toujours, pour améliorer le texte.

6Jean-Claude Vallecalle, avec « Ogier le Danois dans l’épopée franco-italienne », examine le traitement intéressant réservé à l’image double d’Ogier par les auteurs franco-italiens. Le héros complexe est bon baron et révolté. Les auteurs franco-italiens font de lui un personnage nuancé qui permet de définir un nouvel idéal chevaleresque, mélangeant habilement modération et perfection, si bien qu’Ogier est l’image d’une forme d’aurea mediocritas.

7De son côté Sarah Michels-Baudelle (« Le prix de la révolte : l’épisode ardennais dans le manuscrit Ars. 5073 de Renaut de Montauban ») s’intéresse à une réécriture tardive, où le thème de la mesure et surtout de l’or, de l’argent et de la finance est déterminant. L’auteur y voit le reflet du temps, l’évolution de la société ainsi qu’une prise en compte des destinataires (entourés de gens d’argent). Cette intrusion matérialiste dans l’univers chevaleresque vient le désublimer.

8Enfin dans « In limine du manuscrit Hatton 59 (Oxford, Bodleian library) », Antonella Negri examine méticuleusement le codex en question. L’auteur conclut à la cohérence de son contenu, au fait que les trois parties se rattachent à diverses traditions manuscrites, que cette réécriture est d’une rédaction plutôt récente et que les innovations narratives présentent des écarts par rapport aux versions traditionnelles.

9La deuxième partie, « Manuscrits et perspectives cycliques », s’ouvre sur une contribution de Marianne J. Ailes : « Témoins fragmentaires de la geste de Mayence et réception du cycle en Angleterre ». L’auteur y présente successivement les trois fragments trouvés en Angleterre (Doon de Mayence, Maugis d’Aigremont et Renaut de Montauban). Chacun révèle l’intérêt éprouvé en Angleterre pour les chansons de geste dans des manuscrits français. Il n’y en a pas en revanche de trace en moyen anglais, peut-être parce que des chansons de geste opposant des rois à des vassaux auraient pu remettre en cause le bien-fondé de la rébellion lors de la guerre des Deux Roses.

10Beatrice Weiffenbach, dans « Renaut de Montauban ou le cycle dans le cycle ; les manuscrits en vers et en prose », explique sa démarche de thèse autour du cycle ; elle voit en Renaut de Montauban une chanson cyclique car « certains épisodes sont conçus et racontés comme des propres chansons appartenant à un cycle qui est devenu plus tard une chanson cyclique » (p. 145).

11Avec Maria-Luisa Meneghetti, « Le traître et son lignage. Quelques considérations sur la séquence des textes du ms. BnF, fr. 860 », le thème de la trahison est étudié dans le manuscrit fr. 860, contenant la Chanson de Roland, Gaydon, Ami et Amile, Jourdain de Blaye et Auberi le Bourgoin. La disposition des lettrines suggère que le concepteur du manuscrit l’a scandé en quatre unités. Le cycle repose par ailleurs sur la généalogie (d’où un arbre établi en fin d’article) ; les chansons, ajoute l’auteur, se ressemblent sur le point que le roi y soutient des gens qui ne le méritent pas, ce qui entraîne souvent la rébellion des bons vassaux (p. 163).

12Dans « Mise en texte, mise en page et mise en livre du cycle de Doon de Mayence dans le ms. H 247 de la bibliothèque interuniversitaire de Montpellier », Keith Busby examine le manuscrit en question et montre que le texte présente des lacunes, qu’il est incomplet et, finalement, « pas très convivial ». Peut-être s’agirait alors, conclut-il, d’un exemplaire d’atelier, destiné à servir de « modèle à un manuscrit plus accueillant » (p. 174).

13Bernard Guidot, avec « Dans quelle mesure peut-on considérer Gaufrey comme une réécriture ? », inaugure une troisième partie consacrée au « recyclage » et aux « récritures ». Dans cette première contribution, l’auteur se propose de montrer comment l’œuvre s’inscrit dans une filiation littéraire épique. Si la tradition épique est maintenue, le texte met néanmoins en relief des personnages secondaires et des comparses (deux maçons) tirant le texte vers le romanesque. La conduite du récit est proprement épique mais terne. Enfin l’article évoque de nouvelles tonalités faisant de cette œuvre une chanson qui fait évoluer le genre épique, par l’importance du pathétique, le traitement du religieux, l’influence du roman sur le traitement de l’amour, le fantastique et le surnaturel et enfin un humour noir exacerbé.

14Claude Roussel, dans « Le système des personnages dans Meurvin », travaille sur une version en prose du XVIe siècle (1540) dont il est vraisemblable qu’a existé une version en vers composée avant 1385. Le système des personnages est conforme aux codes de la suite : on retrouve en effet des personnages connus mais on note que ceux-ci évoluent dans un « monde dur, hostile, déserté par la grâce » (p. 215), avec une incursion dans l’univers de la féerie.

15Dans « Lier la tradition de Huon de Bordeaux à celle de Doon de Mayence : exemples manuscrits, exemples imprimés », Caroline Cazanave examine, à partir de deux chansons séparées, les différentes relations entre elles. Elle note ainsi qu’existent des relations de complémentarité entre les deux et que des points de relations se tissent entre les deux univers quand on passe de la tradition manuscrite à celle de l’imprimé.

16Dominique Boutet, avec « La geste de Doon de Mayence chez Jean d’Outremeuse, ou le recyclage du cycle : du débris à la mise en prose », montre que le Myreur des Histors emprunte à la geste de Doon à des degrés divers afin de mettre en relief le personnage d’Ogier. Des chansons ne laissent aucune trace ou quasiment aucune ; d’autres sont mentionnées succinctement ; l’essentiel de la Chevalerie Ogier est repris et Doon de Mayence est repris intégralement. Jean dOutremeuse utilise ainsi sciemment le matériau épique pour agencer son récit et réfléchir sur la notion de lignage.

17Enfin, dans « En guise de conclusion : que peut-on entendre par cycle de Doon de Mayence ? », François Suard recense les arguments en faveur du cycle : les vers célèbres de Bertrand de Bar-sur-Aube, le ms. H 247 et les allusions de Tristan de Nanteuil. Il apparaît en somme que la notion d’une geste héroïque est présente à l’esprit des auteurs mais que cette famille a des contours flottants. C’est pourquoi François Suard qualifie finalement Doon de Mayence de « cycle épique flottant » (p. 272).

Pour citer cet article

Référence électronique

Wilfrid Besnardeau, « La Geste de Doon de Mayence dans ses manuscrits et dans ses versions, études réunies par Dominique Boutet  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 11 janvier 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/14046

Haut de page

Auteur

Wilfrid Besnardeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org