Navigation – Plan du site
Adélard De Bath. Un scientifique, poète et musicien, situé dans son histoire

Adélard citharède et la Reine musicophile

Max Lejbowicz
p. 329-352

Résumés

Dans le De eodem et diverso, Adélard raconte que, scolarisé à Tours, il a joué de la cithare en présence d’une Reine : les historiens l’identifient soit à Mathilde d’Écosse, reine d’Angleterre, soit à Bertrade de Montfort, reine de France. En s’appuyant sur l’une des innovations monastiques qui ont marqué l’Europe grégorienne au tournant des XIe et XIIe siècles, on peut établir l’identité de cette reine, ce qui précise la chronologie du traité, et expliquer pourquoi l’auteur ne l’a pas nommée

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en août 2019.

Plan

Mathilde d’Écosse ou Bertrade de Montfort ?
Bertrade de Montfort et Philippe : contexte historique, social et religieux
Bertrade en Touraine

Aperçu du texte

Dans le De eodem et diverso (DEED) d’Adélard de Bath, la figure allégorique de Philosophie vante les mérites des sept arts libéraux en les présentant successivement. Le passage consacré à Musique est illustré par un épisode qui est dit s’être produit un an avant le récit qu’en fait Philosophie, alors que l’auteur avait quitté Bath et poursuivait à Tours ses études. Pendant une réunion extrascolaire, mais en présence de leur maître de musique, ses compagnons de classe ont demandé à Adélard de jouer de la cithara. Surprise : une Reine assistait à cette séance musicale et c’est même pour l’honorer qu’Adélard a été sollicité. L’épisode est précieux, en dépit de ses approximations. À en suivre la lettre, Adélard joue d’un instrument à cordes, sans qu’il soit possible d’être plus précis, et il ne semble pas compléter son rôle d’instrumentiste par celui de chanteur : il serait dans ces circonstances un citharède, non un cithariste, pour s’en tenir, faute de mieux, à une traduction littéral...

Pour citer cet article

Référence papier

Max Lejbowicz, « Adélard citharède et la Reine musicophile », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 31 | 2016, 329-352.

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Adélard citharède et la Reine musicophile », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 03 août 2019, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/14037 ; DOI : 10.4000/crm.14037

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Max Lejbowicz était ingénieur d’étude honoraire de l’université Paris-Sorbonne, chercheur associé à l’UMR 8163 « Savoirs, textes, langages ». Titulaire d’un doctorat portant sur l’acculturation des enseignants médiévaux (Xe-XIIIe siècles), il a publié de nombreux articles sur les savoirs médiévaux (comput, astrologie) ou figures de cette période (Adélard de Bath, Thierry de Chartres, Nicole Oresme). Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org