Navigation – Sitemap
Par le Détail. Frontières entre l'accessoire et l'essentiel

La maisonnette, le pont et le bois de la lance

La ruine et le détail chez René d’Anjou (1455-1457)
Isabelle Fabre
p. 179-198

Zusammenfassungen

Cette contribution envisage l’écriture de René d’Anjou, du Mortifiement de vaine plaisance (1455) au Livre du cœur d’amour épris (1457) et explore le détail relevant de la description topique de la ruine. Le détail contribue non seulement à l’herméneutique de l’œuvre, mais il fonctionne aussi comme une matrice narrative. Par-delà l’écart entre les propos et les registres des deux prosimètres, le détail participe de la « senefiance » d’une œuvre qui multiplie les possibilités de lecture

Seitenanfang

Auszug aus dem Text

Dieses Dokument erscheint online im Volltext am August 2019.

Aufbau

Vanité et exemplarité du détail dans le mortifiement de vaine plaisance
Transfert et redéploiement du detail : la quête à l’épreuve de la mélancolie
Entre acédie et vaine espérance, l’éclairage du détail

Übersicht

Dans le prolongement d’un article consacré à la « duplicité du détail » dans l’œuvre de René d’Anjou, on se propose de revenir sur cette notion sous l’angle de la composition et de la chronologie scripturale. Les travaux de Daniel Poirion, la thèse d’Olivia Marancy-Ferrer et plus récemment l’essai de Barbara Newman ont fait valoir les liens étroits entre l’écriture des deux romans composés par René à peu de temps d’intervalle, le Mortifiement de vaine plaisance (1455) et le Livre du Cœur d’amour épris (1457). Par-delà la différence de « matière », religieuse ou « profane », et l’écart entre les registres, l’introspection pénitentielle d’un côté, la psychologie courtoise de l’autre, on perçoit des affinités, voire une « convergence » dans la facture et le propos de ces deux prosimètres. Qu’en est-il sur le plan de la composition ? Comment éclairer la genèse d’un diptyque qui, tout en puisant à des modèles déjà identifiés par la critique, semble déjouer les attentes du lecteur, tant s...

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Isabelle Fabre, « La maisonnette, le pont et le bois de la lance », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 31 | 2016, 179-198.

Online-Version

Isabelle Fabre, « La maisonnette, le pont et le bois de la lance », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [Online], 31 | 2016, Online erschienen am: 03 August 2019, abgerufen am 20 August 2017. URL : http://crm.revues.org/14021 ; DOI : 10.4000/crm.14021

Seitenanfang

Autor

Isabelle Fabre

Isabelle Fabre est professeur de langue et littérature françaises du Moyen Âge à l’université Paul-Valéry – Montpellier III. Auteur d’une thèse sur La Doctrine du chant du cœur de Jean Gerson (Genève, 2005), elle étudie plus particulièrement la littérature religieuse et allégorique, ainsi que les relations entre poésie et musique à la charnière entre Moyen Âge et Renaissance. Université Paul-Valéry – Montpellier III. CEMM

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Urheberrechte

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Seitenanfang
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org