Navigation – Plan du site
Par le Détail. Frontières entre l'accessoire et l'essentiel

Le nez de Guillaume

Denis Hüe
p. 141-155

Résumés

L’attribut de Guillaume au cort nes apparaît dans le Couronnement de Louis. Cet article montre comment se met en place le récit étiologique qui transforme le cognomen en épithète homérique, et les inflexions et enjeux qu’il endosse : héros béni, qui expie par cette blessure symbolique sa démesure, Guillaume acquiert au travers d’elle la sagesse et la mesure qui font de lui le chevalier exemplaire par excellence

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en août 2019.

Aperçu du texte

C’est avec le Couronnement de Louis que le nez de Guillaume, de courbe qu’il était devient simplement court. On sait que cette évolution est très probablement due au fait que la consonne finale de corb ne s’entendait pas plus que celle de cort, surtout devant le n du nés qui est lui pérenne. On en conclura que Guillaume a un nez : quelle que soit sa caractéristique, c’est cet élément qui a contribué à le caractériser, avant même qu’un quelconque récit s’en soucie. Alain Corbellari rappelle à la suite de Ferdinand Lot que Bernard de Septimanie, ancêtre historique probable du héros épique avait le surnom latin de Naso, et c’est cela qui contribue à munir Guillaume d’un nez. Ce trait du visage est donc originellement, si l’on accepte la nécessaire hypothèse d’un substrat historique à la chanson de geste, une subsistance d’un des personnages modèles du héros épique.

Bernardus Naso, comme Ovidius Naso : nous sommes ici clairement dans l’emploi d’un cognomen de pure tradition latine ; le p...

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Hüe, « Le nez de Guillaume », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 31 | 2016, 141-155.

Référence électronique

Denis Hüe, « Le nez de Guillaume », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 03 août 2019, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/14019 ; DOI : 10.4000/crm.14019

Haut de page

Auteur

Denis Hüe

Denis Hüe, professeur de littérature du Moyen Âge à l’université Rennes 2, a travaillé sur la poésie lyrique, le théâtre et les encyclopédies médiévales. Son intérêt pour les questions d’oralité croise la littérature épique. Il a publié notamment Rémanences, mémoires de la forme dans la littérature médiévale (Paris, 2010), et dirigé le recueil collectif Lectures du Couronnement de Louis (Rennes, 2013). Université Rennes 2. CELLAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org