Navigation – Plan du site

L’Historia regum Britannie et les « Bruts » en Europe, Tome I, sous la direction d’Hélène Tétrel et de Géraldine Veysseyre

Françoise Laurent
Référence(s) :

L’Historia regum Britannie et les « Bruts » en Europe, Tome I, sous la direction d’Hélène Tétrel et de Géraldine Veysseyre, Paris, Classiques Garnier, 2015, 368 p.

ISBN 978-2-8124-3318-4

Texte intégral

1Le recueil d’articles publié sous la direction d’Hélène Tétrel et Géraldine Veysseyre constitue les actes du colloque que les deux auteures ont organisé en septembre 2012 à l’Université de Bretagne occidentale, et représente le premier tome d’une étude à long terme des réécritures médiévales en latin et dans la plupart des langues occidentales auxquelles a donné lieu l’Historia regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth.

2Ouvert sur une copieuse introduction de près de trente pages, l’ouvrage se compose de quatorze articles, répartis en six parties, elles-mêmes suivies d’une brève conclusion, d’une riche bibliographie, d’un index nominum et d’un index des manuscrits.

  • 1 Voir par exemple : « Le sens de l’Histoire de Wace à Laȝamon », éd. P. Chastang, L’Écriture du pass (...)

3Comme H. Tétrel et G. Veysseyre le rappellent dans l’introduction, l’Historia regum Britanniae a connu un succès immense : l’œuvre de Geoffroy de Monmouth a servi de source aux historiens et aux chroniqueurs, et a été traduite et adaptée en anglo-normand, en anglais, en gallois, en français, en islandais et en castillan. Ces traductions, dont les plus connues et les mieux étudiées sont celles de Wace et de Laȝamon, ont été conservées dans des manuscrits à caractère historique ou ont circulé seules sous le titre de « Bruts ». Dans ce vaste champ d’investigation, le premier volume répond au dessein de faire découvrir des « Bruts » et de donner un état des traductions à l’échelle européenne afin d’établir des comparaisons entre les différentes versions et les différentes aires géographiques, linguistiques et culturelles, à partir desquelles peut être menée une étude de la réception des œuvres et des circonstances qui ont présidé à leur composition. Telle était déjà la démarche suivie par Erik Kooper dans The Medieval Chronicle, par Fiona Tolhurst dans deux monographies et dans le volume d’Arthuriana qu’elle a coordonné, ou encore par Marie-Françoise Alamichel1.

4Les articles, regroupés par domaine linguistique, s’intéressent successivement aux premières réécritures latines de Geoffroy de Monmouth, aux premières versions galloises de l’Historia regum Britannie, au Brut de Wace et à ses versions insulaires, aux compilations françaises et anglo-normandes en prose de l’Historia, puis aux « Bruts » islandais, pour se conclure sur une adaptation castillane des Prophéties de Merlin. Tous remplissent le projet à vocation comparative des deux directrices du volume, depuis les précises études comparées touchant aux variations lexicales entre l’Historia et différents « Bruts », jusqu’aux fines analyses des transpositions inventives du matériau galfridien, celles qu’offrent, par exemple, une Geste des Bretuns anglo-normande, écrite au XIIe siècle en alexandrins, ou le Traité des Neuf Preux et des Neuf Preuses composé par Sébastien Mamerot, ou ces récits d’enfance arthurienne des XVe et XVIe siècles.

5Il est fort utile et commode que les références bibliographiques données en note dans chaque article soient regroupées aussi dans une bibliographie générale. Dans cet inventaire final manquent néanmoins des ouvrages comme la traduction de R. Allen (1992), citée p. 12, ainsi que la version électronique de l’édition du Brut en moyen anglais due à David Burnley et Alison Wiggins (2003), assortie de sa traduction en français par Marie-Françoise Alamichel (2013). La mention de cette lacune est l’occasion de regretter que la production en moyen anglais n’ait pas été suffisamment exploitée par les deux responsables du volume, alors que des « Bruts » sont conservés dans près de 200 manuscrits, répartis en quatre familles.

6Mais le vaste champ d’investigation que se sont donné les deux auteures les a contraintes inévitablement à faire des choix que le second volume annoncé leur donnera sans doute l’occasion d’enrichir. Inscrit dans la continuité de cette première publication, il rassemblera les communications présentées lors du colloque international qui s’est tenu à Paris les 15 et 16 octobre 2013 et où ont été abordées la question de la réception de Geoffroy de Monmouth et celle du contexte de production et de circulation des « Bruts » européens. Cette seconde rencontre est une nouvelle occasion de saluer le travail d’Hélène Tétrel et de Géraldine Veysseyre qui ont été à l’initiative d’une entreprise dont l’apport aux études galfridiennes est de première importance et qui favorise la connaissance d’un domaine encore peu familier aux chercheurs francophones.

Notes

1 Voir par exemple : « Le sens de l’Histoire de Wace à Laȝamon », éd. P. Chastang, L’Écriture du passé : entre autorité et invention / Le passé à l’épreuve du présent, Paris, PUPS, 2008, p. 327-344 ; et « Brutus and the Trojans : a European (hi)story », éd. M.-F. Alamichel, Laȝamon’s Brut and other Medieval Chronicles, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 233-266.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Laurent, « L’Historia regum Britannie et les « Bruts » en Europe, Tome I, sous la direction d’Hélène Tétrel et de Géraldine Veysseyre  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 28 septembre 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/13982

Haut de page

Auteur

Françoise Laurent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org