Navigation – Plan du site

Maud Pérez-Simon, Mise en roman et mise en image. Les manuscrits du Roman d’Alexandre en prose

Michelle Szkilnik
Référence(s) :

Maud Pérez-Simon, Mise en roman et mise en image. Les manuscrits du Roman d’Alexandre en prose, Paris, Champion (« NBMA » 108), 2015, 702 p. 

ISBN 978-2-7453-2419-1

Texte intégral

1Ce gros volume (569 pages de texte et plusieurs annexes) est la version remaniée de la thèse que M. Pérez-Simon a soutenue à l’université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle en 2008. Devenue une spécialiste du rapport texte-image dans la littérature du Moyen Âge, l’auteur offre ici un travail essentiel à qui s’intéresse au sujet. Bien qu’il porte sur un texte particulier, le Roman d’Alexandre en prose, traduction anonyme réalisée au début du XIIIe siècle de l’Historia de Preliis, elle-même composée au XIIe siècle, le livre constitue un modèle d’approche et propose une méthode qui n’est sans doute pas intégralement transposable à tout autre texte, mais qui par sa rigueur et sa précision montre la richesse et l’intérêt des études sur le rapport entre textes et images. En vérité, il s’agit bien plutôt d’une recherche sur l’objet manuscrit dans toutes ses dimensions, car si le texte et sa mise en image sont soigneusement analysés, l’est aussi la transmission manuscrite avec tout ce qu’elle nous apprend de la réception de l’Historia de Preliis et du Roman d’Alexandre en prose.

2Le corpus pris en compte est impressionnant : 15 manuscrits pour le Roman d’Alexandre en prose, répartis en 3 rédactions (décrits en annexe), 9 manuscrits illustrés pour l’Historia de Preliis et 10 non illustrés, sans compter les codices consultés à titre de comparaison : du Roman d’Alexandre d’Alexandre de Paris, des Faicts et conquestes de Jean Wauquelin et du Roman de toute chevalerie de Thomas de Kent. On mesure la connaissance intime de l’illustration de l’histoire d’Alexandre qu’a ainsi acquise M. Pérez-Simon.

3L’originalité de son étude tient à son hypothèse de départ : de même que le Roman d’Alexandre en prose est une traduction/adaptation de l’Historia de Preliis, la mise en image est une traduction/adaptation du roman en prose française. On voit que la spécificité du corpus rend en effet difficile la transposition pure et simple de la méthode à un autre texte. Néanmoins l’introduction, qui présente une synthèse simple et brève sur la question du signe et justifie les emprunts au vocabulaire rhétorique et linguistique pour comprendre les images, met en place des outils utilisables dans d’autres cas.

4Le livre est divisé en trois grandes parties. La première, « Translation », analyse la transmission des récits en prose de la vie d’Alexandre depuis l’Antiquité tardive jusqu’au Moyen Âge et s’organise en deux chapitres : un premier qui examine les récits et la tradition manuscrite, un second qui analyse les prologues. Les pages consacrées à la tradition manuscrite définissent les notions de programme iconographique et de cycle et décrivent brièvement les manuscrits latins et français. Elles s’interrogent aussi sur la légitimité du projet d’ensemble. Est-il possible, se demande l’auteur, de tenter l’interprétation d’un corpus caractérisé par son hétérogénéité, résultat d’une transmission longue et complexe ? Nourrie des travaux d’Umberto Eco sur le lecteur et sa liberté interprétative, M. Pérez-Simon rappelle que la transmission manuscrite est justement un processus qui suppose, ou même impose, une suite d’interventions plus ou moins volontaires et conscientes sur le texte et les images transmises, chaque manuscrit constituant ainsi une relecture du roman et d’un ou de plusieurs manuscrits antérieurs. C’est donc sur les théories de la réception qu’elle fonde la pertinence de ses recherches.

5Le chapitre sur les prologues comprend une analyse détaillée des quatre prologues des versions latines et de ceux des deux premières rédactions de la traduction française (ainsi que des épilogues) afin de déterminer les buts et les enjeux de la lecture. Le texte français, tout en restant fermement un roman, aspire toutefois à donner à l’histoire d’Alexandre une dimension historique qui encadre le mythe d’Alexandre. M. Pérez-Simon fournit utilement la transcription des prologues français. L’étude des prologues textuels se complète d’une analyse des images initiales dans les manuscrits qui en offrent. M. Pérez-Simon les considère comme des « images préfacielles » (le terme apparaît p. 191). De manière très intéressante, presque toutes ces images se concentrent sur le personnage de Nectanébo, le magicien, soupçonné d’être le père d’Alexandre. M. Pérez-Simon lit ce décalage entre l’image initiale et le sujet du roman, Alexandre, comme une réflexion implicite sur le rôle de l’auteur.

6La seconde partie du volume, particulièrement riche, s’intitule « Traduction » et analyse en deux chapitres la pragmatique du traducteur français, puis la traduction en image. Le traducteur français du XIIIe siècle ne fait pas preuve d’une originalité remarquable dans sa pratique. C’est un traducteur, non un adaptateur comme Alexandre de Paris. Il respecte donc globalement l’Historia de Preliis, mais à la manière dont ses contemporains engagés eux aussi dans des entreprises de traduction, comme par exemple Wauchier de Denain, traitent leurs sources latines. Un tableau synoptique (p. 200-206) permet de mesurer rapidement les menus changements imposés à la source. Modification des connecteurs logiques, ajouts explicatifs ou petits compléments d’information sont des moyens efficaces pour expliciter le texte latin et le rendre accessible à son nouveau public. Cependant, le traducteur anonyme, qui connaît le Roman d’Alexandre d’Alexandre de Paris, en reprend certains passages, sans doute attendus par ses lecteurs. Il atténue par ailleurs les traits négatifs de son héros et réduit la part du merveilleux. En accord avec la stratégie du prologue, il s’agit pour lui de camper un personnage historique héroïque et exemplaire, et de se distinguer d’Alexandre de Paris, de trouver en somme un point de vue nouveau à côté de celui que donne le roman en vers, bien que celui-ci ait clairement influencé le traducteur.

7Le chapitre sur la traduction en image s’inspire du plan du chapitre précédent. M. Pérez-Simon entend montrer que l’image et les rubriques ont elles aussi une fonction de régie, qu’elles peuvent servir de connecteur logique et de ponctuation, qu’elles visent également à assurer la cohérence du texte, à l’expliciter, à l’élucider, à le dramatiser. Empruntant des termes au vocabulaire rhétorique, elle consacre des pages convaincantes à de nombreuses figures de style (métaphore, répétition, prolepse, oxymore, antithèse, hyperbole, ellipse, etc.), tout en mettant en évidence les outils rhétoriques propres à l’image, ainsi les jeux sur les couleurs, les formes et le cadrage. Il est impossible de rendre compte ici d’analyses très précises qui montrent que l’image fonctionne comme le texte et que la pragmatique des enlumineurs successifs est comparable à celle du traducteur : même fidélité relative à leur « source » et même volonté de dresser un portrait positif d’Alexandre, même si dans la réalisation de ce programme, on note des divergences importantes en particulier dans le traitement de la merveille, atténuée dans le texte et au contraire dramatisée dans l’iconographie.

8La dernière partie, « Interprétation », vise à élargir la perspective en montrant que le roman est polymorphe. Un premier chapitre met en évidence les convergences, de manuscrit en manuscrit, entre l’interprétation du traducteur et les programmes iconographiques sur des points comme le regard anachronique portée sur l’Antiquité, la dimension épique du roman et le filtre chrétien à travers lequel est interprétée la vie d’Alexandre. Le dernier chapitre (« Éloge de la variante ») montre au contraire comment chaque manuscrit est un témoignage unique, une réception particulière de l’histoire d’Alexandre du fait des inflexions de son programme iconographique, mais aussi du contexte dans laquelle elle s’insère. Le Roman d’Alexandre a en effet été copié aux côtés de textes très différents : chroniques, romans, textes épiques, littérature de croisade, miroirs des princes, encyclopédies, autant de témoignages des manières diverses dont il a été lu du XIIIe au XVe siècle.

9L’étude, abondamment illustrée en noir et blanc dans le cours du texte, est accompagnée d’un beau cahier iconographique en couleurs, dans lequel figurent bon nombre des miniatures commentées.

10On le voit, le travail de M. Pérez-Simon se recommande par sa richesse. On peut certes lui reprocher d’avoir conservé le format de la thèse originelle. Peut-être certaines considérations connues auraient-elles pu être abrégées ou renvoyées en note. Le livre y aurait gagné en vigueur. L’effort d’exhaustivité, aussi louable qu’en soit l’intention, nuit parfois au rythme de l’ouvrage. Mais ce sont là des broutilles. Le livre est une ressource précieuse à la fois pour les chercheurs travaillant sur l’histoire d’Alexandre et pour ceux qui s’intéressent aux questions de transmission manuscrite et de réception et au rapport texte-image.

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Szkilnik, « Maud Pérez-Simon, Mise en roman et mise en image. Les manuscrits du Roman d’Alexandre en prose  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 28 septembre 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/13977

Haut de page

Auteur

Michelle Szkilnik

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org