Navigation – Plan du site

Anglo-français : philologie et linguistique, sous la direction d’Oreste Floquet et Gabriele Giannini

Françoise Laurent
Référence(s) :

Anglo-français : philologie et linguistique, sous la direction d’Oreste Floquet et Gabriele Giannini, Paris, Classique Garnier, 2015, 162 p.

ISBN 978-2-8124-3420-4

Texte intégral

1Sont rassemblés dans ce volume les actes de la journée d’étude organisée à La Sapienza de Rome le 1er mars 2013 sous le titre « Anglo-français : philologie et linguistique », rencontre qui témoigne, à l’instar de sa publication, du regain d’intérêt porté par les linguistes et les philologues pour le français utilisé en Angleterre durant la période médiévale. Comme le signale le bref avant-propos, ce domaine de recherche connaît un intérêt renouvelé en raison de la numérisation et du traitement informatique des sources textuelles et des outils lexicographiques (l’Anglo-Norman On-Line Hub et l’Anglo-Norman Dictionary dans sa version électronique), en raison aussi du nouvel essor de l’Anglo-Norman Text Society et des vastes initiatives scientifiques qui ont vu le jour, comme le catalogue raisonné des Livres et écritures en français et en occitan au XIIe siècle, dont l’objectif, à l’initiative de Maria Careri, Christine Ruby et Ian Short, est de fournir une étude de la production manuscrite française et occitane au XIIe siècle et ainsi de permettre d’accéder aux origines de la littérature en France au Moyen Âge.

2Le présent volume fait dialoguer des philologues et des linguistes d’Outre-Manche et d’Italie suivant des approches diverses visant à analyser la spécificité de l’anglo-français, riche variété du français médiéval. Les analyses phonétiques, codicologique et linguistiques alternent avec les études de la réception des textes et de leur mode de circulation.

3Daron Burrows (p. 9-34) s’attache à l’histoire des différents manuscrits de l’Apocalypse en prose et aux rapports textuels qu’ils entretiennent, pour s’interroger sur l’identité anglo-normande du texte à partir de l’édition donnée en 1901 par Paul Meyer de son plus ancien manuscrit (BnF, fr. 403). Maria Careri et Marcella Lacanale (p. 35-44) proposent une interprétation de la présence des accents diacritiques dans les manuscrits anglo-normands d’avant 1215, dont le rôle consiste à signaler la valeur syllabique des séquences de voyelles, et dont l’incidence est forte sur la lecture à haute voix. À partir des données de l’Anglo-Norman On-Line Hub, Oreste Floquet (p. 45-61) s’intéresse à la distribution des marques graphiques des formes verbales non-standards de la P1 en -c, -k ou -g, propres aux textes insulaires, ainsi qu’à ceux du Nord et de l’Ouest, et dont l’examen engage une réinterprétation de leur valeur phonétique et phonologique, ainsi que de leur statut morphologique. Gabriele Giannini (p. 63-90) étudie la tradition manuscrite de textes procédant du guide de pèlerinage en Terre Sainte afin de mesurer leur caractérisation linguistique, dans le but d’éclairer les modifications dues à leur mode de transmission, qu’ils soient interpolés au sein d’ouvrages de large envergure, ou transcrits dans les feuillets blancs des cahiers ou en marge des textes, ou encore insérés au milieu de recueils d’œuvres hétérogènes. Richard Ingham (p. 91-100) pose la question du classement de l’œuvre en langue française de John Gower. L’analyse linguistique des traits phonétiques, morpho-phonologiques et syntaxiques de la langue de son Myrrour de l’Omme montre que le poète anglais, dernier représentant de la tradition littéraire anglo-normande, n’avait pas totalement abandonné le français d’Angleterre pour le français continental. Annalisa Landolfi (p. 101-118) montre comment les traductions d’Élisabeth Tudor entretiennent des affinités avec les œuvres produites sous Henri II Plantagenêt quant aux modalités de présentation et d’introduction des textes, celles-ci étant représentatives des intentions qui animent les auteurs en dépit de la distance temporelle et culturelle qui les séparent. Gioia Paradisi (p. 119-134) reprend l’analyse de l’histoire textuelle des Folies Tristan de façon à établir leur circulation dans le domaine anglo-français. David Trotter (p. 135-149) s’interroge sur l’avancée des connaissances lexicales actuelles en anglo-normand depuis les études fondatrices de William Rothwell et, afin de donner une vision complète du lexique, étudie, exemples à l’appui, l’élargissement des bases textuelles de l’AND suivant un programme visant à ré-analyser des textes déjà exploités, à découvrir de nouveaux textes de type non littéraire et des textes plurilingues où des lexèmes anglo-normands émaillent des textes en latin et en moyen anglais.

4On peut regretter que les responsables du volume ne fassent pas précisément état dans une introduction des recherches menées depuis ces vingt dernières années sur le français d’Angleterre, domaine linguistique négligé dont la rencontre de La Sapienza a pour ambition de relancer l’étude, notamment en Italie « où la tradition spécifique à ce secteur des études médiévales s’est sensiblement étiolée au fil du temps » (Avant-propos, p. 7). On peut regretter aussi qu’aucune organisation d’ensemble ne préside à la succession des articles, réunis simplement par ordre alphabétique au nom de leurs auteurs. Toutefois, en dépit de cette réserve, les contributions, assorties d’un index des auteurs et des œuvres (p. 151-154), sont de très grande qualité et du plus haut intérêt scientifique.

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Laurent, « Anglo-français : philologie et linguistique, sous la direction d’Oreste Floquet et Gabriele Giannini  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 28 septembre 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/13973

Haut de page

Auteur

Françoise Laurent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org