Navigation – Plan du site

Recueil des sotties françaises. Tome I, éd. Marie Bouhaïk-Gironès, Jelle Koopmans et Katell Lavéant

Raphaël Cappellen
Référence(s) :

Recueil des sotties françaises. Tome I, éd. Marie Bouhaïk-Gironès, Jelle Koopmans et Katell Lavéant, Paris, Classiques Garnier (« Bibliothèque du théâtre français » 19), 2014, 675 p.

ISBN 978-2-8124-3011-4

Texte intégral

1Depuis les entreprises pionnières d’Émile Picot (Recueil général des sotties, 1902-1912, 3 vol.) et d’Eugénie Droz (Les Sotties, 1935, édition des sotties du Recueil Trepperel), aucune édition critique du corpus des sotties françaises n’avait été entreprise. C’est cette lacune que le travail d’une équipe de trois spécialistes du théâtre francophone de la Renaissance, ou plutôt du théâtre d’une période qui court du xve au xvie siècle, vient heureusement pallier. Une fois publié, l’ensemble comptera trois volumes : le deuxième donnera à lire le répertoire normand, en grande partie préservé au sein du manuscrit La Vallière ; quant au dernier, il « sera centré sur Paris » (p. 37) avec les sotties contenues dans deux importants recueils, le Recueil Trepperel et le Recueil de Florence. En attendant ces deux parutions, nous pouvons déjà apprécier le premier volume, paru en 2014, qui a été pensé selon la même logique géographique. Sont ainsi regroupées les sept sotties du Recueil du British Museum, majoritairement lyonnaises (excepté deux impressions parisiennes), ainsi que deux sotties genevoises et, pour finir, le passionnant répertoire lyonnais des Plaisants devis, intégré au corpus des sotties. Ces trois parties font l’objet d’introductions séparées. Le même protocole introductif est suivi pour chacune des pièces, à savoir des remarques sur la conservation du texte, les éditions critiques antérieures, une analyse globale, avant que ne soient envisagés la mise en scène, les personnages, la question de la datation, de la situation référentielle, et enfin la versification. Le volume, qui s’ouvre sur une introduction valant pour l’ensemble du projet éditorial, est complété par un glossaire, une bibliographie, et deux index, des personnages et des noms propres, le tout formant un copieux ouvrage de 675 pages.

2La répartition des pièces sur les trois volumes telle qu’elle a été pensée est un choix par défaut, pragmatique et cohérent au vu de l’état de préservation du corpus des sotties. Il est ainsi impossible de suivre un ordre chronologique rigoureux puisque nombre de ces pièces ne sont pas datées et que l’entreprise critique de datation hypothétique est souvent mise en échec. D’ailleurs, comme l’expliquent très bien les éditeurs, il est souvent difficile de savoir ce que le chercheur est en mesure de réellement dater : une impression ? une copie manuscrite ? une époque de représentation ? l’écriture originelle du texte ? les métamorphoses et altérations successives d’un texte originel ? En outre, les exemplaires sont extrêmement rares et principalement conservés au sein de quatre grands recueils anciens : trois recueils d’imprimés (« Trepperel », « Florence » et « British Museum ») et un recueil manuscrit (« La Vallière »). Le choix de respecter l’intégrité de ces recueils tout en y adjoignant d’autres pièces isolées selon une logique de répertoire local (lyonnais et genevois ; normand ; parisien) est très convaincant. Il est bien entendu discutable (ce n’est pas parce qu’une impression est parisienne que la pièce appartient en propre à un répertoire théâtral parisien, par exemple), mais la solution adoptée semble être la meilleure. Les nombreuses difficultés qui entourent ces textes obligent à travailler en historiens du théâtre méfiants et précautionneux, ce que sont incontestablement Marie Bouhaïk-Gironès, Jelle Koopmans et Katell Lavéant. En ce sens, l’introduction d’ensemble, particulièrement stimulante, ne vise pas à offrir une définition sage et rassurante de ce qu’on appelle communément sottie mais plutôt à déconstruire un certain nombre de caractérisations antérieures insatisfaisantes de ce « genre » ou tout du moins de ce groupe de textes, puisque la notion de « genre » est mise en question : « il ne s’agit pas d’un “genre” au sens normatif, mais bien d’un groupe de textes historique, de textes qui “font groupe” » (p. 22). La critique est plus que recevable, bien qu’elle soit quelque peu aveugle sur la problématique même de la notion de « genre », qui ne se limite plus à un ensemble normé depuis bien longtemps.

  • 1 Plutôt qu’une « mise en scène d’un non-sens absolu » (p. 14), on parlerait plus volontiers d’un non (...)

3Historiquement attestée par des documents de natures diverses (voir la captivante collection de documents des p. 27-32), la sottie ne se laisse pas aisément définir puisqu’elle est souvent mentionnée en couple – et de manière interchangeable, est-on tenté de penser – avec les termes de « farce », « moralité » ou « jeu ». D’autres difficultés historiques et théoriques posées par la sottie sont abordées, en particulier son degré de réalité, c’est-à-dire également son degré de fictionnalité. Qui jouaient les sotties et dans quelle mesure étaient-elles jouées, au sens où il y aurait par le jeu un changement d’identité ? Si ces pièces étaient représentées par des confréries joyeuses dans le cadre de programmes festifs, alors les sots de la sottie étaient peut-être plus généralement les fous de la fête et ne changeaient pas réellement d’identité en jouant la pièce. Ainsi, la sottie doit être pensée à la fois comme une unité dramatique autonome, ayant sa réalité propre, constituée comme telle par les impressions, tout en étant réintégrée au sein d’un programme festif plus général. De manière révélatrice, le thème du jeu impossible est récurrent dans ces pièces. À travers cette question du jeu possible ou impossible, c’est aussi la possibilité de la parole, autorisée ou censurée, qui se donne à voir comme un autre motif récurrent du texte et de la représentation. D’autres questions auraient pu être abordées dans une introduction générale sur la sottie, en particulier celle qui porte sur la manière dont le non-sens1 est créé, exploité par ces textes, mais le choix a été fait d’une approche du genre plus historique que théorique. Regrettons seulement que cette introduction soit écrite de manière laborieuse, la démonstration avançant de manière quelque peu hasardeuse et parfois inutilement répétitive.

4Sur le plan de l’édition des textes, les trois éditeurs ont préféré la fidélité aux sources, même lorsqu’elles présentent des déficiences, par opposition à la pratique interventionniste d’Émile Picot, qui cherchait généralement à corriger les vers hypermétriques ou hypométriques par des suppressions ou additions et proposait certaines lectures personnelles de termes potentiellement fautifs, les impressions originelles étant loin d’être exemptes de coquilles. Signalons néanmoins que la première sottie (Sottie du roi des sots) fait exception à ce choix éditorial puisque c’est le texte de Picot qui a été reproduit sans que soient indiquées les divergences avec l’original du Recueil du British Museum. La transcription du texte se veut elle aussi fidèle aux sources, en n’ajoutant que peu d’éléments de modernisation, à l’exception de certains signes communément admis pour l’édition des textes de la Renaissance. Alors que l’introduction de l’accent grave pour distinguer les homophones (ou/où et a/à) est indiquée parmi les choix éditoriaux effectués (p. 38), elle n’a malheureusement pas été appliquée au sein de l’édition, ce qui est regrettable quant à la lisibilité de ces pièces pour des non-spécialistes.

  • 2 Les deux autres volumes pourront ainsi bénéficier de la mise à jour du travail de Di Stefano avec l (...)

5L’annotation est discrète et judicieuse dans l’ensemble, en certains cas un peu trop parcimonieuse peut-être, même s’il va de soi que des textes de cette nature mettent toujours à un moment ou à un autre le commentateur en échec. Un effort tout particulier de relevé des locutions figées ou en cours de figement a été fait. À cette fin, le précieux travail de Giuseppe Di Stefano sur les locutions en moyen français a été très abondamment mis à contribution2, parfois en faisant primer le relevé à partir de Di Stefano sur l’éclaircissement du sens. Ainsi, on préférerait lire une note éclairant, ou tentant d’éclairer, le sens d’une expression plutôt qu’une note se contentant d’indiquer que telle locution est présente ou absente de Di Stefano, glosée ou non glosée par Di Stefano. Pour prendre un exemple précis, on doute que la note « Di Stefano p. 538 » (n. 3, p. 255) soit la plus appropriée pour aider à la compréhension du vers « Or ne faisons plus de sejour », alors que le terme « sejour » ne figure pas dans le glossaire. Idem à propos de l’expression « ni croix ni pile » (v. 260 et n. 1, p. 556).

6Les différentes introductions des groupes de textes ou des pièces en elles-mêmes sont très commodes et mettent en évidence les éléments récurrents d’une pièce à l’autre tout en s’attachant à faire ressortir les particularités propres à chacune en particulier. Cependant, et la remarque vaut comme un regret pour l’ensemble du volume, la rédaction manque régulièrement de soin. On lit, entre autres travers, l’emploi récurrent de l’expression « de la manière » pour « de la sorte » ou « de cette manière » (p. 8, 12, 49, 50, 55, 59, etc.), l’emploi de « plus en général » au lieu de « plus généralement » (n. 1 de la p. 63, p. 377), ou de procédés emphatiques étranges (p. 8 : « La sottie doit être présente en librairie ; elle se doit une présence en librairie », etc.). Si l’on peut tout à fait comprendre que subsistent quelques expressions erronées sous la plume d’un universitaire néerlandais comme Jelle Koopmans, on pourrait néanmoins s’attendre à un travail éditorial plus rigoureux de relecture et de correction avant l’impression. Les maladresses d’écriture récurrentes des diverses introductions nuisent quelque peu à ce beau projet, qui se veut ambitieux, produit d’une « nouvelle école » (n. 2, p. 13) rabaissant de manière plaisamment provocatrice certains prédécesseurs au rang d’« antiquaires poussiéreux » (p. 7 ; c’est apparemment le regrettable destin des antiquaires d’être toujours poussiéreux).

7Mais ces quelques défauts sont vite oubliés quand il s’agit de découvrir ou redécouvrir les différents trésors recueillis (et parfois édités pour la première fois) dans ce volume. La matière y est particulièrement diverse. Les sotties du Recueil du British Museum sont savoureuses ; il n’est qu’à penser à la belle Sottie des cris de Paris, qui use très habilement des proverbes, des équivoques et du dialogue contrarié. Les deux sotties genevoises jouées en 1523 et 1524 sont historiquement intéressantes et montrent à quel point le genre, ancré dans une époque particulière, intéresse des époques ultérieures, puisque les deux pièces sont encore imprimées plusieurs décennies plus tard. Pour finir, les Plaisants devis des suppôts du Seigneur de la Coquille (la « Coquille » étant la compagnie des imprimeurs lyonnais) forment un corpus passionnant, qui permet de pénétrer le rôle des groupes professionnels dans la culture joyeuse et festive de la cité lyonnaise sur une durée longue, allant de 1566 à 1610.

8Que les trois éditeurs soient remerciés de nous permettre d’aborder tous ces textes, de faire revivre la réalité de ce théâtre de la parole folle. C’est donc avec impatience que nous attendons la parution des deux autres volumes !

Notes

1 Plutôt qu’une « mise en scène d’un non-sens absolu » (p. 14), on parlerait plus volontiers d’un non-sens relatif. Certaines sotties jouent d’ailleurs très peu du non-sens et représentent des sots bien peu fous.

2 Les deux autres volumes pourront ainsi bénéficier de la mise à jour du travail de Di Stefano avec la parution en 2015 du Nouveau dictionnaire historique des locutions chez Brepols. En outre, le DMF en ligne sur le site de l’ATILF mériterait peut-être d’être davantage utilisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Cappellen, « Recueil des sotties françaises. Tome I, éd. Marie Bouhaïk-Gironès, Jelle Koopmans et Katell Lavéant  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 28 septembre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/13968

Haut de page

Auteur

Raphaël Cappellen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org