Navigation – Plan du site

Signé Fébus, comte de Foix, prince de Béarn. Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus, sous la direction de Véronique Lamazou-Duplan

Concetta Cavallini
Référence(s) :

Signé Fébus, comte de Foix, prince de Béarn. Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus, sous la direction de Véronique Lamazou-Duplan, Paris-Pau, Somogy-Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2014, 224 p.

ISBN 978-2-7572-0864-9

Texte intégral

1Ce volume très beau et très riche, parsemé d’illustrations qui en font un véritable livre d’art, est l’aboutissement d’un projet de recherche ambitieux, d’une durée de deux ans, coordonné par l’Université de Pau, avec la participation du Musée du Château de Pau, des Archives nationales et d’autres institutions. De l’Ariège au Béarn, Gaston III, comte de Foix et vicomte du Béarn, créa sa propre légende, s’attribuant le nom de Fébus et le faisant graver dans la pierre des châteaux où il vécut. Ce surnom qui évoquait Apollon Phoibos, dieu de la musique et des arts, mais aussi de la chasse et du soleil, est écrit avec la graphie occitane Febus et n’est jamais utilisé dans les actes ou dans les documents officiels. Le volume publie, entre autres contributions, les actes d’un colloque et d’une journée d’étude liés au projet de recherche.

2L’ensemble, qui se conclut avec une « Bibliographie » (p. 217-221) et une table de « Généalogies » (p. 222-223), est partagé en trois sections, une première plus historique et biographique, une deuxième plus héraldique, qui analyse les signatures et les marques personnelles de Fébus, une troisième qui analyse la présence de Fébus dans les livres et, en parallèle, le rapport de Gaston de Foix avec les livres.

3Dans la première partie, « Gaston III comte de Foix, dit Fébus, Prince du xive siècle » (p. 21-73), six études approfondissent la situation de ce prince entre France, Angleterre et péninsule ibérique, mais aussi la situation de sa famille, dans les différends qui l’opposèrent aux Albret, par exemple. La place de Fébus est analysée à travers les discours politiques et les chroniques de son temps. Les textes sont enrichis des reproductions de documents rarissimes, comme celle de lettres échangées entre Gaston Fébus et les Albret pour le paiement de la rançon pour libérer les Albret prisonniers à Foix entre 1364 et 1365, après la défaite de Launac, lettres conservées aux Archives Départementales des Pyrénées-Atlantiques, ou celle de très beaux manuscrits enluminés, conservés dans des bibliothèques françaises ou étrangères.

4La deuxième partie, « Febus, Febus avant, Febus comes, Febus me fe… signatures et marques personnelles dans la pratique de l’écrit et du pouvoir » (p. 75-143), contient dix contributions, qui analysent d’abord l’origine du surnom Fébus puis son application dans le domaine de la musique et de la poésie. Car le nom Fébus est attesté vers 1357, et correspond donc à un choix précis de la part de Gaston III, au cours d’un voyage en Prussie, peut-être à la suite de son adoubement. Avant de se consacrer aux différentes signatures, le volume propose une contribution très intéressante de Claude Jeay, qui étudie en profondeur l’habitude de « Signer au Moyen Âge » (p. 86 et suiv.), soulignant comment cette pratique se répand justement au milieu du XIVe siècle. Les lettres missives, les actes notariés, les documents reproduits dans cette section sont très nombreux et tous très intéressants, surtout au plan iconographique, pour étayer et illustrer l’analyse. Cependant, le signe de Fébus n’est pas seulement analysé dans les lettres, mais aussi dans l’héraldique et les armes lignagères de Gaston de Foix, ainsi que sur les florins et d’autres monnaies qu’il a fait battre et sur les dalles héraldiques en pierre visibles au château de Moncade à Orthez, par exemple, à Pau, à Montaner ou dans les autres châteaux lui ayant appartenu.

5La troisième partie, « Pratiques personnelles de l’écrit au XIVe siècle, du comte Soleil aux paysans » (p. 145-215) contient encore huit études qui partent de la très belle analyse de Paul Mironneau (« Marques d’appropriation et stratégies de reconnaissance », p. 146 et suiv.) sur les marques de propriété et les ex-libris qui signalaient les livres constituant la bibliothèque de Gaston Fébus. Cette bibliothèque, comme beaucoup d’autres, n’a pu être reconstituée qu’en partie, car de nombreux livres n’ont pas été retrouvés. Gaston Fébus était un mécène des lettres, ce dont témoigne le Livre de la chasse (BnF, Français 619), très beau manuscrit réalisé à son intention. Il a fait traduire en occitan des textes en anglais ou en latin, notamment. Certaines de ces traductions comme l’Elucidari de las proprietatz de totas res naturals, version occitane du De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais, sont enrichies d’enluminures précieuses, dont quelques-unes sont reproduites dans le volume. Fébus a fait composer des livres de prières, comme le Livre des oraisons, un livret de prières constitué de trois pièces latines et de trente-sept pièces françaises. En effet, les documents et les actes de Fébus se caractérisent par l’emploi du latin et du français, en plus de celui de l’occitan. La dernière partie du volume concerne justement les actes émis et promulgués par Fébus, dans le domaine de la fiscalité, du servage et du paiement des contrats.

6Ce précieux volume, exceptionnel pour la quantité et la qualité de ses documents iconographiques ainsi que pour la rigueur et la richesse des études qui le constituent, éclaire la figure et la vie de Gaston III de Foix, dit Fébus, ainsi que le contexte historique et artistique. La communauté scientifique mais aussi les simples amateurs de l’art et de l’histoire de la France sauront gré à Véronique Lamazou-Duplan et à son équipe d’avoir accompli ce projet d’envergure, qui touche à la fois aux domaines de l’histoire, de l’histoire de l’art, des lettres et de la sociologie.

Pour citer cet article

Référence électronique

Concetta Cavallini, « Signé Fébus, comte de Foix, prince de Béarn. Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus, sous la direction de Véronique Lamazou-Duplan  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 28 septembre 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/13966

Haut de page

Auteur

Concetta Cavallini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org