Navigation – Plan du site

Martina Di Febo, « Mirabilia » e « merveille » : le trasformazioni del meraviglioso nei secoli XII-XV

Myriam White-Le Goff
Référence(s) :

Martina Di Febo, « Mirabilia » e « merveille » : le trasformazioni del meraviglioso nei secoli XII-XV, Macerata, Edizioni Università di Macerata, 2015, 291 p. 

ISBN 978-88-6056-444-3

Texte intégral

1L’ouvrage, en italien, constitue une synthèse admirable concernant la définition, les formes et les enjeux de la merveille et du merveilleux médiéval entre le XIIe et le XVe siècle, avec des explorations dans les périodes proches, quand cela s’avère utile.

2L’introduction s’intéresse au passage du statut illusoire des merveilles à leur statut de faits réels. Cela passe par différents processus, comme la dissociation progressive des vérités physique et métaphysique de la nature ou par la réutilisation de matériaux folkloriques dans les textes savants, par exemple. Dès cette introduction, on comprend que l’influence de la cour Plantagenêt est décisive, notamment par le développement de la littérature arthurienne.

3Le chapitre premier traite de l’évolution sémantique et conceptuelle des termes phantasia et mirabilia et de l’abondant vocabulaire diversement associé au merveilleux, selon les auteurs et les périodes. Différentes références sont mobilisées depuis Isidore de Séville, jusqu’à Gervais de Tilbury, en passant par l’influence de l’école de Chartres. La mobilisation des mirabilia peut répondre à une véritable libido sciendi, tant les mirabilia revêtent une fonction cognitive ou gnoséologique. On apprend dans ce chapitre le rôle essentiel de la vue dans ce processus. Progressivement, la phantasia, de faculté de l’âme, devient une entité propre, souvent incarnée sous une forme démoniaque féminine (p. 33). De fait, il est également question dans ce chapitre de l’origine du phénomène surnaturel : divine ou démoniaque. Les conséquences plus spécifiquement littéraires de la question sont par ailleurs évoquées, notamment autour de l’importance de la subjectivité dans l’appréhension des phénomènes merveilleux ou dans le rôle esthétique de la merveille romanesque, mais aussi au plan du passage du latin à l’ancien français.

4Le deuxième chapitre se concentre sur la reconfiguration de l’imaginaire merveilleux à la cour Plantagenêt, en lien avec une refondation du pouvoir royal. Un développement approfondi est consacré au De nugis curialium de Gautier Map (p. 67 et suivantes). Martina Di Febo met en lumière la préoccupation de la véridicité et du témoignage oculaire. Elle évoque également les créatures féminines méridiennes qu’on retrouvera dans la suite du volume avec la femme serpent. Gautier Map s’intéresse au surnaturel présent dans l’espace ordinaire mais Martina Di Febo montre que le merveilleux extérieur ou étranger n’est pas absent puisqu’on le trouve abordé par Giraud de Cambrie, dans sa description ethno-géographique de l’Irlande, basée sur la certification du témoignage visuel. L’œuvre de Giraud implique un rapport à l’altérité en lien avec la pensée expansionniste anglo-normande contemporaine. Non seulement l’Orient est un réservoir de merveilles, mais encore l’extrême Occident. Le domaine politique joue de la polymorphie de la merveille : le soupçon touche ainsi le lignage d’Aliénor d’Aquitaine, par exemple.

5Le troisième chapitre s’intéresse aux influences et à l’hérédité de la réélaboration des mirabilia au XIIIe siècle. Il est y abondamment question des Otia imperialia de Gervais de Tilbury, replacés dans leur contexte politique et religieux, et finement commentés par Martina Di Febo.

6Le chapitre IV évoque le rapport au réel et au témoignage dans les récits des voyageurs en territoires imaginaires au XIVe siècle. On comprend là que les voyages fictifs ont des soubassements ou des implications théologiques ou philosophiques souvent profonds. Le propos s’appuie par exemple sur l’œuvre de Roger Bacon et ses conceptions sur la magie ou sur différentes perspectives concernant le rôle du corps. En outre, les positions des autorités religieuses ou l’appartenance chevaleresque des voyageurs mettent aussi en avant l’aspect politique et sociologique de cette expression du merveilleux, dont on perçoit l’extrême ampleur. Nous ne pouvons que nous réjouir de voir Martina Di Febo mettre en lumière l’élan cognitif sur lequel s’appuie même la littérature romanesque du temps, comme nous le pensons depuis longtemps mais comme cela est trop rarement perçu. En cette fin de Moyen Age, on retrouve, sous une forme différente, le dessein encyclopédique exprimé par le recours à la merveille qu’on observait déjà au début de la période, avec quelqu’un comme Isidore de Séville. Mais à ce moment-là de l’histoire, on se frotte de plus près à l’inconnu et s’ouvre la période des grands voyages et des explorations, ce qui conduit Martina Di Febo à interroger le cas de Christophe Colomb, par exemple (p. 191 et suivantes).

7Les conclusions sont riches et synthétiques, à l’image de l’ensemble du travail, brillant, érudit, passionnant. On apprécie que la démarche soit toujours signifiante et qu’on ne s’y perde jamais dans un propos vain. L’abondante bibliographie distingue bien les sources primaires et secondaires (elles-mêmes bien classées). En somme, le volume est remarquable et présente à la fois l’avantage d’un travail sur toute la période médiévale et sur les différents espaces du merveilleux – théologique, philosophique ou littéraire – qui ne peuvent pas toujours d’ailleurs se penser comme absolument délimités. La lecture est ainsi très stimulante.

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam White-Le Goff, « Martina Di Febo, « Mirabilia » e « merveille » : le trasformazioni del meraviglioso nei secoli XII-XV  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 22 juillet 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://crm.revues.org/13930

Haut de page

Auteur

Myriam White-Le Goff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org