Navigation – Plan du site

Peter von Moos, Heiden im Himmel ? Geschichte einer Aporie zwischen Mittelalter und Früher Neuzeit

Catherine König-Pralong
Référence(s) :

Peter von Moos, Heiden im Himmel ? Geschichte einer Aporie zwischen Mittelalter und Früher Neuzeit, mit einer kritischen Edition der Quaestio de salvatione Aristotelis des Lambertus de Monte (um 1500) von Philipp Roelli, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2014, 261 p.

ISBN 978-3-8253-6321-5

Texte intégral

1Ce volume comporte deux parties d’égale ampleur. La seconde (p. 139-252) livre une édition critique de la Question sur le salut d’Aristote rédigée par Lambert du Mont, maître en théologie thomiste à Cologne, dans la dernière décennie du XVe siècle. Au moyen d’une confrontation avec l’unique manuscrit disponible (ms. Nürnberg, Germanisches Museum 16 Jh. 125400 [XV]), Philipp Roelli en a établi le texte qui n’était disponible jusqu’alors que dans une édition incunable publiée par l’imprimeur Heinrich Quentell à Cologne vers 1498. L’édition ne comporte pas d’apparat critique, mais un important apparat des sources. Celui-ci révèle d’une part l’importance d’œuvres pseudo-aristotéliciennes déjà regardées comme des fictions au XVe siècle – en particulier le De pomo et le Secretum secretorum – dans la reconstruction et la défense d’Aristote par Lambert du Mont. D’autre part, les deux sources scolastiques majeures de Lambert du Mont apparaissent être la Postilla super totam Bibliam de Nicolas de Lyre et l’œuvre de Thomas d’Aquin, qui était depuis cent cinquante ans au moins un objet d’études, de discussions, de commentaires, de tabulae et de concordantiae dans l’école thomiste.

  • 1 Au sujet de ce texte, voir aussi l’étude de Silvia Negri, « La quaestioDe salvatione Aristotelis(...)

2La première partie de l’ouvrage est due quant à elle à Peter von Moos. Son introduction et son commentaire de la question consacrée par Lambert du Mont à la défense d’Aristote livrent une enquête sur un segment assez peu étudié encore de l’histoire intellectuelle du Moyen Age. À l’Université de Cologne, au XVe siècle, la question du salut ou de la damnation d’Aristote, la principale autorité philosophique dans ce milieu, donne lieu à une production littéraire spécifique. En sus de la question de Lambert du Mont, qui demande « si tous les peuples de la terre, en tous temps, pouvaient accéder au salut de la béatitude éternelle » (p. 148)1, ont été conservés un poème De vita et morte Aristotelis et une question Utrum Aristotiles sit salvatus. Comme Lambert, les auteurs de ces deux textes anonymes défendent la possibilité du salut des philosophes païens de l’Antiquité, qui furent prophétiquement illuminés par l’esprit avant l’incarnation du Christ et l’avènement de la nouvelle loi. Aristote y figure comme l’insigne représentant de la loi naturelle, que ne contredit pas la Révélation. Se livrant au jeu de l’histoire conditionnelle, le premier texte affirme même qu’Aristote, fort de son savoir naturel, eût été un défenseur de la foi chrétienne et un bon inquisiteur s’il avait vécu au temps présent.

  • 2 En 1943, le philosophe des médias Marshall McLuhan défendait la même thèse dans son travail de doct (...)

3Parmi de nombreux autres aspects, la stimulante étude de Peter von Moos met en évidence un phénomène de personnalisation des textes, qui contredit les approches de la scolastique médiévale comme procédure d’anonymisation et de mécanisation des raisonnements par autorités, et qui permet de saisir une spécificité de la philosophie d’écoles (viae), du Wegestreit. Les textes sont personnalisés, rattachés à des auteurs concrets, et le destin de ceux-ci importe : « Seit der Antike werden philosophische Schriften nicht als subjektlose Textualität studiert, sondern als Hinterlassenschaft persönlicher Aussagen von Lehrmeistern. » (p. 19) Peter von Moos fait en outre de cette personnalisation des textes et des autorités une caractéristique du Moyen Age sur la longue durée (« depuis l’Antiquité »). Tel est en effet le second trait remarquable de cette enquête que nous soulignerons ici de manière sélective. Le regard de l’historien porte loin, en amont jusqu’aux Pères de l’Église, en aval jusqu’à l’humanisme du XVIe siècle. La question du salut des païens n’est en effet pas seulement le prétexte d’une défense d’Aristote à Cologne au XVe siècle, mais un thème qui fut discuté par Tertullien, Augustin et Cyprien, et dont les réformateurs et les humanistes feront une arme contre les scolastiques, le retournant contre ceux qui ont adoré un païen damné et l’ont placé au paradis. Lorsqu’il reconstruit l’argument de la fides implicita que Lambert concède à Aristote sur le mode probable, le spécialiste d’Abélard signale l’usage semi-pélagien de ce thème chez Abélard et dans son école déjà, puis sa transmission un peu édulcorée par le biais des Sentences de Pierre Lombard (p. 61). De manière plus générale, l’enquête de Peter von Moos contribue de manière décisive à un décentrement de l’histoire de la philosophie médiévale, traditionnellement centrée sur la scolastique identifiée à la théologie spéculative des XIIIe et XIVe siècles. En montrant Lambert, un maître thomiste, défendre le raisonnement probable et l’argumentation rhétorique contre la logique de la preuve et l’argumentation dialectique, Peter von Moos met en lumière l’importance de la tradition rhétorique et des études littéraires dans la scolastique médiévale, du XIIe au XVe siècle2.

Notes

1 Au sujet de ce texte, voir aussi l’étude de Silvia Negri, « La quaestioDe salvatione Aristotelis” del tomista Lamberto di Monte », L’antichità classica nel pensiero medievale, a cura di A. Palazzo, Porto, 2011, p. 413-440.

2 En 1943, le philosophe des médias Marshall McLuhan défendait la même thèse dans son travail de doctorat à Cambridge, un texte qui ne fut publié, dans sa version non révisée, qu’en 2006 : M. McLuhan, The Classical Trivium. The Place of Thomas Nashe in the Learning of his Time, ed. by W. Terrence Gordon, Corte Madera, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine König-Pralong, « Peter von Moos, Heiden im Himmel ? Geschichte einer Aporie zwischen Mittelalter und Früher Neuzeit  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 22 juillet 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/13926

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org