Navigation – Plan du site

Transcrire et/ou traduire. Variation et changement linguistique dans la tradition manuscrite des textes médiévaux, éd. Raymund Wilhelm

Claudio Lagomarsini
Référence(s) :

Transcrire et/ou traduire. Variation et changement linguistique dans la tradition manuscrite des textes médiévaux, éd. Raymund Wilhelm, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2013, 296 p.

ISBN 978-3-8253-6246-1

Texte intégral

1Le volume recueille douze contributions présentées lors d’un colloque consacré aux phénomènes de variation linguistique concernant les procédés de transcription et de traduction de quelques textes médiévaux en langues romanes.

2La brève introduction de R. Wilhelm (p. 1-13) pose de manière efficace les bases théoriques pour une nouvelle approche des problèmes d’interférence linguistique dans les traditions manuscrites des textes vernaculaires du Moyen Âge. Après avoir repris le concept de « diasystème » formalisé par C. Segre en 1976, R. Wilhelm introduit les points majeurs touchés par une approche visant à une interaction productive entre philologie et linguistique. On peut les résumer sous les étiquettes suivantes : stratification d’innovations (formelles et substantielles) tout au long de l’histoire textuelle ; influence de l’aspect linguistique des sources sur l’usage du copiste ; opposition entre variantes « linguistiques » (portant sur la grammaire ou le lexique) et « discursives » (concernant le niveau du genre littéraire, les procédés de réécriture, glose, remaniement, etc.) ; importance de la philologie textuelle pour la linguistique diachronique ; tendances à la standardisation et/ou à la dialectalisation chez les copistes médiévaux.

3Presque tous ces points sont abordés par les contributions réunies dans le volume. Donnons-en un résumé très rapide, avant de revenir à quelques observations d’ensemble : dans une section de Généralités, P. Trovato (p. 17-27) offre un historique du traitement de la surface linguistique dans les éditions des textes vernaculaires, de l’époque de Gaston Paris à la « New Philology » ; puis S. Dörr (p. 29-37) aborde la question de l’attitude des copistes face à l’« autorité » du texte médiéval. À travers quelques exemples tirés de l’aire française, il montre que chez les scribes médiévaux, le « respect » de l’autorité d’un texte porte principalement sur son niveau substantiel, alors que la surface formelle (ou ce que les scribes conçoivent comme un fait de forme) est modifiée avec beaucoup plus de désinvolture.

4Dans la section relative aux textes français, D. Trotter (p. 41-51) compare la variation lexicale entre la première et la deuxième version de la Fille du Comte de Pontieu (les deux remontant au XIIIe siècle). Il peut ainsi conclure que la plupart des innovations ont été déterminées par les hapax dus à l’auteur de la première version. J. Gabel de Aguirre (p. 53-66) présente un schéma taxinomique des variations diatopiques et diachroniques dans les manuscrits de la Chanson de la Première Croisade, d’après Baudri de Bourgueil. La contribution de L. Šumski (p. 67-75) s’intéresse encore à la variation lexicale, étudiant trois variantes attestées dans la tradition de l’Ovide moralisé. R. Trachsler (p. 77-95) se livre à un essai de critique textuelle appliqué à la tradition de l’Histoire ancienne jusqu’à César, dont il cherche à ranger les rédactions principales sur la base de quelques loci critici.

5Les trois contributions réunies dans la section consacrée à l’occitan et au catalan portent sur les relations entre ces deux domaines linguistiques si proches au Moyen Âge et si étroitement liés du point de vue culturel et littéraire. Revenant sur la question du choix du catalan (et non de l’occitan) de la part d’Ausiàs March, I. Müller (p. 99-110) enregistre et discute quelques lexèmes du poète, qui montreraient le rôle fondamental joué par la prose scientifique catalane en faveur de la naissance d’une poésie « originale » en catalan. Dans une longue contribution, F. Zinelli (p. 111-150) se sert d’un case study particulier − celui du Cançoner Vega-Aguiló, un chansonnier de poésie occitane, catalane et française confectionné en Catalogne au XIVe siècle − pour vérifier la validité (voire l’utilité pour les études médiévales) de quelques concepts formulés par U. Weinreich et P. Trudgill à propos des « languages in contact ». S. Ventura (p. 151-189) étudie la complexe stratigraphie linguistique de la Doctrina d’Acort de Terramagnino da Pisa dans le ms. 239 de la Biblioteca Nacional de Madrid (copie catalane d’un texte occitan écrit par un italien) ; dans la seconde partie de l’essai, l’auteur analyse le réseau culturel du Pisan et discute la formation du canon de poésie lyrique occitane faisant l’objet du traité.

6Pour le domaine italien, M. Barbato (p. 193-211) aborde la question des confins entre transcription et traduction, proposant un schéma fondé sur le concept de « commutation linguistique » formulé par A. Varvaro. Dans son analyse de quelques textes de l’Italie du Sud, l’auteur valorise, en particulier, l’utilité des études linguistiques pour l’examen de la stratigraphie textuelle dans certaines traditions. E. De Roberto (p. 213-257) discute les problèmes méthodologiques posés par l’édition des textes médiévaux réunis dans des recueils (un ensemble textuel qu’elle propose d’appeler « pluritesto ») : l’analyse s’applique au « zibaldone » de Giovanni de’ Dazi (Milan, ms. Trivulziano 92), un recueil de textes pieux provenant d’aires linguistiques différentes. La contribution conclusive de R. Wilhelm (p. 259-294) se concentre sur un texte hagiographique transmis dans le même recueil (Vita di San Rocco), pour lequel on dispose de la source directe copiée par Giovanni de’ Dazi, ce qui permet d’évaluer le changement linguistique de la copie face à son modèle.

7Une première observation générale tient au contenu des contributions par rapport au titre et au thème des Actes : les auteurs se sont concentrés particulièrement sur les questions relatives aux procédés de transcription (copie de textes et « commutation linguistique » au sein d’un même domaine), alors qu’aucune contribution n’est totalement consacrée aux problèmes de la traduction interlinguale au Moyen Âge (la seule exception partielle étant l’article d’I. Müller). Dans sa contribution, S. Dörr étudie la question du respect du copiste face à l’autorité de l’original : il serait intéressant d’approfondir ce même problème pour ce qui concerne les traductions. Par exemple, quel type d’autorité était en jeu lors de la traduction d’un texte ? Est-ce qu’un ouvrage littéraire de la latinité classique implique une traduction plus fidèle que celle d’un texte vernaculaire traduit dans une autre langue romane ? Est-ce que cette fidélité est une question de genre littéraire ou bien de langue de l’original ?

8De manière indépendante, plusieurs auteurs (R. Wilhelm, S. Dörr, M. Barbato) ont cité ou utilisé des textes dont on conserve à la fois une copie et son modèle direct. À notre avis, il s’agit d’un terrain prometteur pour les recherches touchant à la variation linguistique et textuelle : des études plus approfondies des codices descripti – normalement négligés et condamnés à l’eliminatio – pourraient apporter des données intéressantes pour la compréhension du « fonctionnement » des copistes médiévaux aux niveaux de la variation « linguistique » et « discursive ».

9Un autre approfondissement pourrait concerner l’étude de quelques cas plus rares et pourtant attestés dans l’histoire littéraire. Comme le remarque S. Dörr, « il n’y avait pas de norme graphique au Moyen Âge, même pas au niveau individuel » (p. 31) : à ce propos, on pourrait revenir − dans la même perspective que celle de ce volume – sur les variations linguistiques observables chez des auteurs médiévaux dont on conserve des copies autographes, soit de leurs propres ouvrages, soit de quelques textes d’autres auteurs. Pour l’Italie on a par exemple le cas de Boccace (auteur et scribe de ses œuvres, mais aussi copiste, p. ex., de Dante), qui est pourtant assez particulier et qui a été étudié surtout par des paléographes et par des philologues.

10En conclusion, les études réunies dans ce volume ont plusieurs mérites : d’abord elles remettent en cause quelques idées reçues, en proposant de nouvelles explications plus convaincantes ou des solutions alternatives. De plus, elles montrent la vitalité inattendue de quelques concepts des sciences humaines (par exemple celui de « diasystème »), qui après une phase d’obsolescence apparente se révèlent encore productifs de nouvelles connaissances. Finalement – comme nous l’avons dit dans nos remarques – ces contributions ont la capacité de stimuler et suggérer des approfondissements possibles, qui, comme nous l’espérons, devront être pris en charge par les philologues et par les linguistes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudio Lagomarsini, « Transcrire et/ou traduire. Variation et changement linguistique dans la tradition manuscrite des textes médiévaux, éd. Raymund Wilhelm  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 22 juillet 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/13919

Haut de page

Auteur

Claudio Lagomarsini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org