Navigation – Plan du site

Matthieu Paris, Le Moine et le Hasard. Bodleian Library, MS Ashmole 304, Texte présenté par Allegra Iafrate

Julien Véronèse
Référence(s) :

Matthieu Paris, Le Moine et le Hasard. Bodleian Library, MS Ashmole 304, Texte présenté par Allegra Iafrate, Paris, Classiques Garnier (« Textes littéraires du Moyen Âge », 39 ; Série Divinatoria, 5), 2015, 274 p.

ISBN : 978-2-8124-4945-1

Texte intégral

1Le livre qu’Allegra Iafrate fait paraître dans la série Divinatoria des éditions Garnier donne une occasion à un public élargi de découvrir un pan supplémentaire de la culture divinatoire médiévale en proposant un fac-similé du manuscrit Ashmole 304 de la Bodleian Library d’Oxford précédé d’une introduction substantielle. Ce manuscrit de petite dimension datable des alentours de 1240 (p. 89-103 pour la notice codicologique), bien qu’amputé de quelques feuillets (73), mérite d’être mis en exergue dans la mesure où il propose un recueil de textes latins de divination dont, une fois n’est pas coutume, l’on connait le maître d’œuvre, à savoir le moine de Saint-Albans Matthieu Paris (v. 1200-1259), célèbre pour son importante œuvre historiographique (notamment sa Chronica majora) et hagiographique (p. 14), mais aussi des qualités d’artiste dont attestent ses manuscrits (ou ceux produits par son « atelier »). Ce codex propose en effet des illustrations qui viennent agrémenter un genre qui en est en général dépourvu au Moyen Âge et qui ont été attribuées au moine dès le milieu du XXe siècle. La main de Matthieu Paris a par ailleurs été identifiée dans le texte en dépit des variations de l’écriture et de diverses interventions (p. 17-18). Le ms. Ashmole 304 a connu en outre une certaine fortune, puisque trois manuscrits le reproduisent totalement ou en partie (notamment les illustrations dans le ms. de Cambridge, Madgalene College Library, Pepys 911 (XIIIe s. ; p. 69)).

2D’emblée, la première page invite le lecteur à ne pas attacher de crédit aux « bagatelles » ainsi offertes à sa curiosité (p. 20-21), tout en insistant sur la nécessité d’en avoir une idée pour mieux débusquer l’Ennemi toujours soucieux de tromper les chrétiens par de vaines révélations. L’ambiguïté est donc de mise. Plus loin, au fol. 40v, une mention supplémentaire vient opportunément rappeler que rien ne saurait jamais arriver par nécessité à une « conscience bien avertie » ou à une « âme prudente ». Voilà pour la préservation du libre-arbitre... La collection regroupe quant à elle des textes de divination bien identifiés par la critique. Elle préserve un fragment (fol. 1v) d’un genre (Le Vainqueur et le vaincu) reposant sur la valeur numérique attribuée aux lettres du nom du consultant (p. 54), notamment pour savoir s’il vivra ou mourra (dans le cadre d’un duel par exemple), dont la plus ancienne attestation latine se trouve dans le fameux Psautier d’Ædwine (ms. Cambridge, Trinity College, R.17.1) probablement employé par l’archevêque de Canterbury Thomas Beckett et dont l’usage, dans le milieu de Saint-Albans, a pu être médical et thérapeutique (p. 50-51). Mais elle offre surtout un accès à divers livres de sort, issus pour certains de la traduction de traditions arabes ou hébraïques plus anciennes (p. 34), et qui proposent, après qu’un numéro a été tiré (par le biais de dés ou d’autres procédés comme des roulettes appelées volvellae ou rotuli ; p. 59-64), d’aboutir à une réponse concernant une question précise sur l’avenir au terme d’un parcours (faussement) labyrinthique opéré par différents jeux de renvois. On peut mentionner notamment deux versions de l’Experimentarius attribué au philosophe du XIIe siècle Bernard Silvestre (p. 54-55), les Prenostica Socratis Basilei (p. 56-57) qui nécessitent notamment l’usage de magnifiques sphères (p. 84-85 ; fol. 32v-38v) ou encore les Prenostica pitagorice consideracionis (p. 57).

  • 1 Pour les Prenostica Socratis Basilei, voir notamment l’édition avec traduction française de différe (...)

3Au-delà des textes, dont on ne trouvera pas d’édition ni de traduction ici1, le manuscrit vaut pour son ornementation, ce qui fait l’intérêt de la reproduction fac-similée. Chaque opuscule est introduit par un portrait de son « auteur ». Celui-ci, à la manière des évangélistes, est doté des attributs et des outils du scriptor (Pythagore par exemple fol. 42r), mais il porte également un couvre-chef à l’oriental, sans doute pour marquer le caractère exotique du savoir en question, ce qui vient redoubler le cas échéant un stock onomastique lui-même marqueur d’étrangeté au sein du texte latin (p. 36). Le lecteur retrouvait sans doute ainsi « l’image rassurante des écrivains canoniques », « empreints [toutefois] d’une altérité culturelle » constitutive du genre (p. 79). On mentionnera encore le double portrait du fol. 2v, qui représente d’un côté Euclide, une sphère armillaire dans une main tandis qu’il observe le ciel nocturne à l’aide d’une dioptre placée dans l’autre, et de l’autre, un certain Hermannus tenant un astrolabe (Hermann de Carinthie, le traducteur d’Euclide ? ; Hermann de Reichenau, auquel était attribué un traité sur cet instrument ? ; p. 81), une iconographie que le texte de l’Experimentarius de Bernard Silvestre ne réclame nullement, même si les allusions à l’astrologie et à son lexique sont présentes. Enfin, les nombreuses représentations d’animaux qui parsèment le manuscrit, dans un veine qui n’est pas uniquement symbolique et pour lesquelles Matthieu Paris ne semble pas avoir eu de modèle préétabli, en font pour une bonne part l’originalité et lui donne, comme pour d’autres productions du moine, le caractère d’un « véritable cabinet de curiosités » (p. 16).

Notes

1 Pour les Prenostica Socratis Basilei, voir notamment l’édition avec traduction française de différentes versions publiée par Alberto Alonso Guardo en 2015 dans la même collection chez Garnier, notamment p. 173-208 pour le texte issu du ms. Ashmole 304.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Véronèse, « Matthieu Paris, Le Moine et le Hasard. Bodleian Library, MS Ashmole 304, Texte présenté par Allegra Iafrate », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 30 mai 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/13907

Haut de page

Auteur

Julien Véronèse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org