Navigation – Sitemap

Estelle Doudet (dir.), La Mort écrite. Rites et rhétoriques du trépas au Moyen Âge

Silvère Menegaldo
Version(en):

La Mort écrite. Rites et rhétoriques du trépas au Moyen Âge, dir. Estelle Doudet, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne (« Cultures et civilisations médiévales », 30), 2005, 186 p.

Volltext

1Il faut préciser d’emblée (pour éclairer la négligeable mention figurant au bas de la p. 4) que le présent ouvrage rassemble les actes d’une journée d’étude organisée en 2003 par le groupe Questes, réunion à vocation interdisciplinaire de jeunes chercheurs médiévistes fondée en 2001 et qui poursuit toujours ses activités, notamment par la tenue régulière d’un séminaire, l’organisation d’une seconde journée d’étude en avril 2005 et l’entretien d’un site internet (questes.free.fr). À cet égard on pourra regretter que n’ait pas été plus franchement mise en valeur la nature avant tout collective de cette entreprise (elle bénéficiait pourtant du soutien de Mmes J. Cerquiglini-Toulet et É. Crouzet-Pavan, qui ont bien voulu respectivement honorer ce volume d’un avant-propos et d’une post-face), au profit d’une publication en quelque sorte plus standardisée. Mais passons : les contributions sont là, et c’est l’essentiel.

2Comme le note É. Crouzet-Pavant, ce ne sont pas les travaux qui manquent, depuis l’ouvrage pionnier de P. Ariès (et celui, paru quelques années plus tard, de C. Martineau-Genieys, pour le versant littéraire), pour s’intéresser à la mort au Moyen Âge. Mais il s’agit ici de s’attacher plus particulièrement aux liens qui ont pu unir mort et écriture, à la mort écrite (formule, J. Cerquiglini nous le rappelle, qui se rencontre fréquemment dans la littérature médiévale), et de réfléchir aux modalités d’inscription de la mort ainsi qu’à ses multiples supports, de la pierre tombale au texte manuscrit ou imprimé, de l’enluminure à la notation musicale.

3Les diverses contributions, dont nous nous contenterons d’évoquer brièvement l’objet, ne suivent pas d’ordre particulier. La première, celle d’A. Martignoni, s’intéresse aux différentes « stratégies funéraires » (p. 32) liées à l’écriture (statuts, livres de comptes, obituaires, mais aussi les laudi, « louanges en langue vernaculaire que les confrères chantaient lors des processions et des réunions rituelles », p. 15) dans la confrérie des Battuti, c’est-à-dire des Flagellants, d’Udine (Frioul), et montre bien l’intérêt que présentent les confréries médiévales pour étudier ce type de question. N. Labère envisage le traitement à la fois comique et macabre, aboutissant à une mise en retrait, dont est l’objet la mort de l’amant dans le cadre juridico-littéraire du 22e Arrêt d’Amour de Martiel d’Auvergne (milieu du XVe siècle). M. Cavagna s’interroge sur le sort de l’âme à l’instant de la mort dans les récits de visions extatiques (c’est-à-dire celles où l’âme du protagoniste est temporairement séparée du corps pour effectuer sous la conduite d’un ange gardien un voyage dans l’au-delà) et parvient, au terme d’un exposé fort intéressant et en faisant un recours heureux à l’iconographie (on regrettera au passages l’absence de reproductions plus nombreuses, et surtout de meilleure qualité) à montrer quelles évolutions marquent ces textes visionnaires du VIIe au XIIe siècle. À cette contribution fait utilement écho celle de F. Braida, qui s’intéresse au rôle conféré par Grégoire le Grand et Pierre le Vénérable aux différentes formes de songes liés à la mort (visions, mais aussi songes prophétiques) comme mode de dévoilement des mystères de l’au-delà. Par ailleurs J. Drobinsky étudie, à travers le texte aussi bien que l’image, les « stratégies de mise à distance de la mort » dans La Fontaine amoureuse de Guillaume de Machaut. De leur côté J.-P. Pouzet et A. Vachet unissent leurs efforts pour une fine analyse de « l’inscription comptable » et de « la dimension proprement dramaturgique [impliquée par] l’insistance portée à l’image du livre et de la trace écrite » (p. 97) dans Everyman, « moral play » de la fin du XVe siècle. L. Brun s’interroge quant à lui sur « la possibilité de recourir aux épitaphes médiévales écrites en français pour appuyer les recherches dialectologiques » (p. 120), question à laquelle, au terme d’un exposé fort riche et néanmoins déceptif, il se voit contraint de répondre par la négative, étant donné la maigreur du corpus (en comparaison de celui des chartes par exemple) et les problèmes posés par l’établissement précis du texte des épitaphes (dont beaucoup ont déjà disparu). M. Wilmart montre « l’homme face à la mort de l’animal » dans le traité de bergerie de Jean de Brie (1379), où il apparaît que face à la « perte économique lourde » que représente la mort de l’animal, l’auteur refuse de voir une fatalité et s’efforce de donner à ses lecteurs les moyens de « lutter contre la mortalité des troupeaux » (p. 153). Enfin la contribution d’A. Sultan achève l’ouvrage, qui s’intéresse à quelques exemples de « tombeaux » (quoique le terme soit anachronique) de musiciens à la fin du Moyen Âge, de Guillaume de Machaut à Érasme, et s’interroge sur le lien éventuellement paradoxal du chant et de la déploration mortuaire, qui peut trouver à s’inscrire dans la musique elle-même, ou plus subtilement dans sa notation écrite, ainsi la partition produite par Josquin Desprez pour le « tombeau » d’Ockegem, « entièrement écrite en notation noire » (p. 168).

Zitierempfehlung

Online-Version

Silvère Menegaldo, « Estelle Doudet (dir.), La Mort écrite. Rites et rhétoriques du trépas au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [Online], 2005, Online erschienen am: 29 August 2008, abgerufen am 21 November 2017. URL : http://crm.revues.org/138

Seitenanfang

Urheberrechte

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Seitenanfang
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org