Navigation – Plan du site
L’Ovide moralisé illustré

L’Ovide moralisé à l’aube de la Renaissance

De la prose brugeoise à la Bible des poëtes
Stefania Cerrito
p. 197-219

Résumés

L’article compare l’illustration des mss de l’Ovide moralisé en prose Paris, BNF fr.137; St. Pétersbourg, Bib. nat. F.v.XIV.1; Londres, BL, Royal 17.E.IV; Cambridge, Magdalene College, Old Library, F.4.34 et Pepys Collection, 2124; et les incunables de Mansion (Bruges, 1484) et Vérard (Paris, 1493), spécialement les luxueuses copies Londres BL IC41148 et Paris, BnF vél.559, peintes par Jacques de Besançon. L’illustration est fortement rattachée au texte et à sa signification allégorique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en février 2019.

Plan

Les éditions brugeoises de l’ovide moralisé en prose
Les dieux antiques
Des dieux païens au dieu chrétien
Les frontispices
La narration en image des autres mythes ovidiens

Aperçu du texte

Dans les années qui préludent à la Renaissance, les beaux livres illustrés racontant les fables d’Ovide sont surtout de nouvelles éditions de l’Ovide moralisé, qui redessinent avec soin la forme et le sens du majestueux poème en vers. Malgré le retentissement que ces réécritures eurent entre la fin du xve siècle et le début du xviie siècle, elles ne sont encore aujourd’hui que peu connues, ou décrites de manière imprécise. Dans la continuité du projet que je poursuis depuis quelques années pour sortir ces textes de l’ombre, je m’attacherai aujourd’hui à faire quelques remarques sur les jeux de sens qui se créent entre texte et image au sein des exemplaires suivants : d’une part les manuscrits conservés à Paris (BnF, manuscrit français 137), Saint-Pétersbourg (Bibliothèque nationale de Russie, manuscrit F.v.XIV.1), Londres (British Library, manuscrit Royal 17.E.IV) et Cambridge (Magdalene College, Old Library, manuscrit F.4.34 et Pepys Collection, manuscrit 2124), et d’autre part les...

Pour citer cet article

Référence papier

Stefania Cerrito, « L’Ovide moralisé à l’aube de la Renaissance », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 30 | 2015, 197-219.

Référence électronique

Stefania Cerrito, « L’Ovide moralisé à l’aube de la Renaissance », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 24 février 2019, consulté le 28 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/13889 ; DOI : 10.4000/crm.13889

Haut de page

Auteur

Stefania Cerrito

Stefania Cerrito est maître de conférences à l’Università degli studi internazionali de Rome. Ses études portent sur la réception de l’Antiquité au Moyen Âge et à la Renaissance : l’Abbregement du siege de Troyes (Paris, 2010), l’édition du livre IV de la Cité de Dieu d’Augustin traduite par Raoul de Presles (Paris, 2015) et plusieurs articles sur l’Ovide moralisé en prose dans les manuscrits et dans les imprimés. Università degli studi internazionali di Roma.
Stefania Cerrito is a lecturer at the University of International Study in Rome. Her studies focus on the reception of Antiquity in the Middle Ages and the Renaissance: the Abbregement du siege de Troyes (Paris, 2010), the edition of Book IV of Augustine’s Cité de Dieu, translated by Raoul de Presles (Paris, 2015), and several articles on the Ovide moralisé en prose in manuscript and printed forms.

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org