Navigation – Plan du site

L’Univers du livre médiéval. Substance, lettre, signe, éd. Karin Ueltschi

Pierre Levron
Référence(s) :

L’Univers du livre médiéval. Substance, lettre, signe, éd. Karin Ueltschi, Paris, Champion, 2014, 384 p.

ISBN 978-2-7453-2672-0

Texte intégral

1Le livre est pluriel au Moyen Age : il est un objet, mais aussi un univers caractérisé par une communauté d’utilisateurs et par de nombreux usages. Cet ouvrage (désormais ULM) se propose de faire le point sur l’état des recherches dans le domaine du livre au Moyen Age. Cinq axes principaux sont examinés : le livre dans la société, les translations et les réécritures, la diffusion et l’édition, le lien entre texte et image, au cœur des centres d’intérêt des chercheurs actuels, de la lettre à l’esprit. L’introduction écrite par Karin Ueltschi annonce quatre des cinq axes étudiés (à l’exception de la question de l’image) et énonce les questions ayant retenu l’attention des auteurs : l’histoire des techniques ; l’histoire du livre ; la transmission des savoirs ; la continuité des savoirs techniques et les confrontations intellectuelles entre la technique et la vie intellectuelle ; les savoirs livresques ; l’épistémologie, au cœur de laquelle le livre est un enjeu théologique et moral. Le compte-rendu traitera chacun de ces aspects successivement.

2Le livre dans la société est le premier d’entre eux. Il est représenté par les contributions de Dominique Alibert, Catherine Daniel et Florence Bayard. Le premier article décrit un livre médiéval mobilisant des compétences et des réalités techniques – véhicule de la culture classique, D. Alibert rejoignant ici les observations de Karin Ueltschi –, qui est l’instrument d’une politique de la langue, et une matrice de la littérature. La Renaissance carolingienne pose les bases de la culture, mais aussi des usages sociaux du livre que l’on pourra observer jusqu’à la fin du Moyen Âge et, en tout cas, jusqu’à l’institutionnalisation des bibliothèques royales. La seconde contribution traite des bibliothèques royales françaises et anglaises. Elle présente deux cas d’école presque parfaits : une bibliothèque centrée sur des savoirs scientifiques et politiques institutionnalisée « tôt » et s’insérant dans des politiques de constitution d’un état centralisé avec une langue royale vis-à-vis de bibliothèques personnelles à institutionnalisation tardive servant une politique spectaculaire inspirée de modèles littéraires, et appelant donc la présence de nombreux romans. La différence typologique correspond à deux modèles politiques très différents l’un de l’autre. On a une description des champs de savoir cultivés : science politique, éthique, religion, histoire, astronomie, mathématiques, astrologie, chiromancie en France ; littérature en Angleterre, et un peu en France. Cette contribution appelle deux remarques : l’auteur affirme que la science politique n’est plus l’apanage des universitaires, constat en lui-même irréfutable, mais qui aurait pu susciter l’évocation de sa présence dans le Livre du Trésor de Brunetto Latini ; il y a ensuite une différence fondamentale entre ces rois et ceux de la littérature profane (Arthur fait consigner les aventures de ses chevaliers par les clercs de sa cour, mais ne constitue pas de bibliothèque...). La troisième contribution est différente. Plus qu’un type, ou des types, de documents faisant corpus, elle décrit la constitution littéraire d’un genre, les « livres de sœurs », qu’il aurait peut-être été intéressant de comparer avec la littérature mystique « béguinale » dont le Miroir des âmes simples et anéanties de Marguerite Porete est un exemple. L’histoire de cet ordre pousse d’ailleurs à le rapprocher quelque peu des béguinages. On a donc un cas de livre « interne » à un groupe spirituel particulier, étudié en tant que genre alors que les contributions de Dominique Alibert et de Catherine Daniel concernent l’insertion institutionnelle des livres, davantage que leur rôle social.

3Les Translations constituent le second axe d’ULM. Les contributions de Myriam White-Le Goff et d’Anne Berthelot n’abordent pas les questions techniques que d’autres ouvrages traitent, mais le passage d’une matière littéraire du latin à l’ancien français. L’article de Myriam White-Le Goff porte sur la traduction du latin en vers français. Le propos est à la fois démonstratif et épistémologique : il est difficile d’évaluer l’authenticité d’un texte médiéval traduit dont l’on ne connaît pas le prototype. Cette contribution pose la question de l’existence de réseaux de textes, mais l’aborde à une échelle plus réduite que la partie consacrée au livre dans la société. Le second article est centré sur Merlin. Ce personnage est une métaphore collective de l’écriture littéraire, dont il représente plusieurs étapes essentielles : passage du latin à la langue vulgaire, moins étudié ici que chez Myriam White-Le Goff ; passage du vers à la prose ; apparition de générations successives de textes ; constitution de bibliothèques fictives qui font peut-être écho à des bibliothèques potentielles. Anne Berthelot met elle aussi en évidence l’intégration de savoirs politiques et astrologiques. Le livre devient alors un corps intellectuel.

  • 1 Denis Lorée, Edition commentée du « Secret des Secrets » du Pseudo-Aristote, thèse sous la directio (...)
  • 2 Nous aurions apprécié de disposer en note de l’adresse Internet de l’approche proposée par l’équipe (...)

4Il est aussi, et c’est le troisième axe d’ULM, un vecteur de textes qui interrogent les modes d’édition et de diffusion. Les auteurs – Denis Lorée, Francis Gingras, Denis Hüe – ont choisi ici un parcours diachronique allant du Moyen Age aux travaux éditoriaux contemporains, même si l’ordre chronologique n’est pas respecté. Cette section commence en effet avec la contribution de Denis Lorée sur l’édition du Secret des Secrets1. C’est un article méthodologique, qui contribue concrètement au perfectionnement des techniques éditoriales ; c’est une contribution épistémologique, dans la mesure où elle interroge les finalités et les moyens d’un tel exercice. Le cas d’un témoin éloigné de son prototype mais reflétant une variante lue est très révélateur des tensions opposant les modèles « réalistes » et « idéalistes » de l’édition. La question inverse les interrogations de Myriam White-Le Goff et d’Anne Berthelot : on part d’un réseau textuel saisi alors qu’il est constitué, pour le soumettre à un examen technique2. Francis Gingras aborde l’évolution des recueils, et surtout de ceux qui pratiquent le mélange des genres. Le recueil passe d’une vocation sérieuse à une vocation polyvalente. La question des manuscrits contenant des textes édifiants et des textes distrayants, des romans et des fabliaux, incite à travailler en effet sur les liens entre les genres ; mais l’aspect économique a dû également jouer. L’auteur mentionne le manuscrit Paris, BNF fr. 19152, qui aurait pu être un élément central de son étude : il contient le Roman des Eles de Raoul de Houdenc et le Doctrinal Sauvage, mais aussi Audigier ! La troisième contribution rappelle la matérialité technique du livre médiéval, mais décrit un procédé peu connu : la xylographie. La xylographie est un mode de reproduction qui se distingue de l’imprimerie par l’absence de caractères mobiles, alors qu’elle recourt au papier, à l’encre et à la presse (pas constamment). C’est une gravure sur bois dans laquelle les contenus d’une page sont gravés, et donc non modifiables. Elle sert avant tout à reproduire des livres de piété, des danses macabres et des calendriers. La technique n’aurait donc pas été appliquée à des éditions populaires de romans ou de chansons de geste, qui feront pourtant partie du corpus éditorial de la littérature de colportage, ni à des encyclopédies. La question de la diffusion sociale des livres est donc traitée par le biais de la redécouverte d’une technologie de reproduction mécanique antérieure à l’imprimerie.

  • 3 Claude Roussel, « Le jeu des formes et des couleurs : observations sur la Beste Glatissant », Roman (...)
  • 4 L’Estoire del saint Graal, éd. Jean-Paul Ponceau, Paris, Champion, 1997.

5La quatrième section d’ULM est consacrée aux rapports entre textes et images, suivant ainsi une tendance importante de la recherche médiévistique littéraire de ces dernières années. Christine Ferlampin-Acher, Catalina Girbea et Laurent Hablot proposent chacun une contribution. La Beste Glatissant retient l’attention du premier auteur. Elle n’est pas une inconnue des études iconographiques et littéraires : Claude Roussel, Edina Bozoky et Christine Ferlampin-Acher elle-même3 lui ont consacré des travaux antérieurs. L’hypothèse d’une rationalisation – une Bête Glatissant devenue chienne – aurait pu être avancée tout comme le caractère électif de certaines aventures. L’article de C. Girbea présente un intéressant témoin – sur le plan iconographique – d’un texte que Jean-Paul Ponceau a édité sur la base des mss Amsterdam, Bibliotheca Philosophica Hermetica (sans cote) et Rennes, BM 2554. Chez Laurent Hablot, enfin, l’enjeu est d’examiner la cohabitation entre deux institutions : celle du livre, qui s’héraldise alors même qu’il se laïcise et entre dans le jeu social, et celle de l’héraldique. L’organisation d’une complétude entre leurs deux discours respectifs explique les pratiques décrites ici. Deux questions pourraient se poser : si les armoiries apparaissent dans les romans en prose et si des préfigurations littéraires des armoriaux apparaissent dès le treizième siècle, dans quelle mesure le livre contribue-il à la vulgarisation de l’héraldique avant que la science du blason ne soit vraiment constituée ? Si les armoiries livresques s’associent aux marginalia, existe-il des situations dans lesquelles un contre-discours marginal apparaît ?

6Nous en arrivons au cinquième et dernier axe d’ULM : le passage de la lettre à l’esprit. Florence Bouchet, Claude Lecouteux et Jan Herman sont les trois contributeurs. Le premier article examine les modes d’appréhension psychologiques et cognitifs du livre par les lecteurs médiévaux. Souligné pour la fin du Moyen Age, l’effet psychosomatique est aussi développé au cours de la période précédente. Le Breviari d’Amor de Matfre Ermengaud y est très sensible dans son perilhos tractat d’amor ; l’ouvrage, qui unifie les savoirs sous l’égide du salut, aurait été un bon objet d’étude. La contribution de Claude Lecouteux va plus loin que son objet premier. Elle permet de travailler sur les mécanismes d’attribution des ouvrages et sur les concepts d’organisation du savoir au Moyen Age. Elle décrit aussi un savoir passant du monde savant à des milieux plus ésotériques demeurant stables pendant une période très longue. La magie occupe donc une place singulière dans l’histoire des savoirs médiévaux et devrait certainement tenir une position très particulière dans une épistémologie qui tiendrait compte de l’ensemble des disciplines savantes du Moyen Age, dans la mesure tout d’abord où il ne se produit pas chez elle de « révolution copernicienne » comparable à celles que connaîtront ultérieurement les branches de la physique ou la médecine, et dans la mesure aussi où ce n’est pas un art que l’on vulgarise à l’intention d’un public de praticiens non spécialisés. Le Grand et le Petit Albert devenant des objets d’histoire et de recherches épistémologiques sont la meilleure prévention d’un ésotérisme manipulateur et obscurantiste. Voici enfin le dernier article de cette section et de l’ouvrage : celui de Jan Herman. La thèse d’une unité de concept et de sens à restaurer développée dans ce raisonnement consacré à la destinée et à la renommée dans le Conte du Graal et dans deux de ses continuations devrait aussi tenir compte du fait que Perceval ne sait rien de tout cela au moment où il commence sa carrière chevaleresque. Il semble bien que derrière l’hypothèse superficielle de leçons maternelles mal assimilées se cache en fait un silence originel sur sa destinée. L’enquête devrait être continuée par l’application de la grille ternaire Fata-Fatum-Fama aux continuations de Wauchier et de Gerbert, ainsi qu’au Perlesvaus, où elle se poserait dans une optique très différente : le Roi Pêcheur y meurt avant que Perlesvaus ne le revoie et les forces du mal triomphent temporairement…

7ULM a une structure presque régulière : quatre de ses sections rassemblent trois contributions chacune tandis que la seconde en réunit deux. Ce n’est pas là que son intérêt réside : son but est de proposer une synthèse épistémologique, littéraire et méthodologique sur les multiples versants du livre médiéval. La pluralité des axes est une réalité : elle correspond aux techniques de nos disciplines respectives. La pluralité des axes est une nécessité : ULM compte au nombre de ces ouvrages dont le but est de proposer une médiévistique ouverte, dans laquelle nos disciplines se nourrissent mutuellement. C’est une démarche scientifique ; c’est aussi, parfois, un défi...

Notes

1 Denis Lorée, Edition commentée du « Secret des Secrets » du Pseudo-Aristote, thèse sous la direction de D. Hüe, Université Rennes 2, 2012.

2 Nous aurions apprécié de disposer en note de l’adresse Internet de l’approche proposée par l’équipe de Rennes 2 : www.sites.univ-rennes2.fr/celam/cetm/sdspres.htm, consulté le 5 octobre 2015.

3 Claude Roussel, « Le jeu des formes et des couleurs : observations sur la Beste Glatissant », Romania, 104, 1983, pp. 49-81 ; Edina Bozoky, « La ‘Beste Glatissant’ et le Graal. Les transformations d’un thème allégorique dans quelques romans arthuriens », Le Moyen Âge miraculeux. Etudes sur les légendes et les croyances médiévales, Paris, Riveneuve, 2010, pp. 301-316 ; Christine Ferlampin-Acher, Fées, bestes et luitons. Croyances et merveilles dans les romans français en prose, treizième-quatorzième siècle, Paris, P.U.P.S, 2002 ; de la même, Merveilles et topiques merveilleuses dans les romans médiévaux, Paris, Champion, 2003.

4 L’Estoire del saint Graal, éd. Jean-Paul Ponceau, Paris, Champion, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Levron, « L’Univers du livre médiéval. Substance, lettre, signe, éd. Karin Ueltschi  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 08 mars 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/13821

Haut de page

Auteur

Pierre Levron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org