Navigation – Plan du site

Latinum cedens. Le français et le latin langues de spécialité au Moyen Âge, éd. Stéphane Marcotte et Christine Silvi

Pierre Levron
Référence(s) :

Latinum cedens. Le français et le latin langues de spécialité au Moyen Âge, éd. Stéphane Marcotte et Christine Silvi, Paris, Champion, 2014, 392 p.

ISBN 978-2-7453-2750-5

Texte intégral

  • 1 MS 327 de l’Inguibertine dit « Traité d’arpentage » de Betran Boysset, Montpellier, Presses Univers (...)

1Stéphane Marcotte et Christine Silvi expliquent le but de cet ouvrage (désormais LC) dans la « présentation » qui l’ouvre : examiner les liens complexes entre langues classiques et langues vernaculaires, liens définis d’entrée de jeu comme une « relation multi-paradoxale » entre un latin langue savante et un français qui veut le devenir. LC examinera deux questions fondamentales : les mouvements linguistiques et les transferts des savoirs entre le latin et le français. Il possède quatre parties : la théologie biblique, la médecine, les sciences de la nature et le droit. Le panorama proposé comprend donc les principales disciplines du savoir au Moyen Age, celles en tout cas où l’enjeu du vernaculaire est le plus important. Le présent compte-rendu les examinera successivement, non sans émettre une remarque qui constitue également un regret important : l’occitan n’est pas inclus dans l’étude, alors que le phénomène s’y constate aussi, la langue d’oc médiévale connaissant également des textes juridiques, encyclopédiques, médicaux et religieux. Il aurait été utile que l’occitan fît partie de l’enquête, la documentation subsistante le permettant. Le traité d’arpentage de Bertran Boysset1 aurait ainsi pu faire l’objet d’une étude.

  • 2 Elle n’apparaît pas en bibliographie.

2La théologie biblique est le premier domaine du savoir abordé ; il est représenté par un article de Xavier-Laurent Salvador. Il commence par un rappel historique qui commence avec Rashi (vers 1090) pour se conclure avec Lemaître de Sacy. Les deux premières Bibles en prose paraissent en France entre 1250 et 1300 ; la Bible historiale de Guyart-des-Moulins (inédite) date de 1294. L’historique de l’entreprise est plus long : les premiers balbutiements, selon le DLF, apparaissent dans les premiers glossaires du parler roman, dont le Glossaire de Reichenau vers 900 ; le DLF recense aussi une Bible du treizième siècle parue chez Droz en 1988 et éditée par Michel Quéreuil2. La Bible historiale d’oïl décrite par l’auteur concurrence des encyclopédies proprement dites dont le contenu théologique voire biblique est parfois très important, comme le montre par exemple le Breviari d’Amor ; les sources sont d’ailleurs en partie communes à ces textes. L’hypothèse d’une consignation du savoir ouverte relevant de la Bible, des encyclopédies mais aussi des récits de voyages et de la littérature (que l’on pense aux divers Romans d’Alexandre) peut donc être avancée pour l’écriture en langue vernaculaire à la fin du treizième siècle.

  • 3 L’Antidotaire de Nicolas : deux traductions françaises de l’Antidotarum Nicolai, éd. Paul Dorveaux (...)
  • 4 « Il compendio provenzale verseggiato della Chirurgia du Ruggero da Salerno », éd. Umberto Cianciòl (...)
  • 5 Paul Meyer, « Recettes médicales en provençal d’après le ms. R.14.30 de Trinity College (Cambridge) (...)

3La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à la médecine. Elle rassemble les contributions d’Isabelle Vedrenne-Fajolles et de Sylvie Bazin-Tachella. Le premier article appelle les conclusions suivantes : il semblerait que la capacité de lire le latin et le français caractérise les lecteurs des ouvrages de médecine savants. On pourrait dès lors avancer l’hypothèse d’un lectorat visé qui, comme pour la Bible historiale de Guyart-des-Moulins décrite par Xavier-Laurent Salvador, serait disciplinairement bilingue ; la résistance du latin pourrait s’expliquer en partie par cette situation. Le cas du poumon ambre (< pomum ambre) de la Chirurgie de l’abbé Poutrel pourrait quant à lui interroger les compétences lexicales du traducteur. Les noms des médicaments donnés en annexe paraissent résister à la traduction ; il faudrait faire des comparaisons avec les nomenclatures apparaissant dans d’autres sources comme les réceptaires ou l’Antidotaire de Nicolas3. Là encore, l’incorporation de textes médicaux d’oc dans le corpus aurait permis de mesurer ces résultats à l’aune d’observations mettant en évidence l’existence d’un titre de texte et de titres de sections latins dans la version d’oc de la Chirurgie de Roger de Salerne éditée par Umberto Cianciòlo4 et dans la collection de recettes médicales du ms. Cambridge, Trinity College R.14.30 éditée par Paul Meyer5. L’exercice eût été d’autant plus intéressant que ces textes sont contemporains de ceux qui servent de base à cette étude. Une partie des observations de fond et du corpus complémentaire valent aussi pour l’article de Sylvie Bazin-Tachella. On constate aussi la circulation générique de contenus médicaux constants, comme les remèdes. Il paraît possible d’envisager une linguistique de la littérature médicale médiévale, en tenant compte bien sûr des constatations et études concernant les textes de la période antérieure, fondée sur la notion de « réseaux » lexicaux et syntaxiques entre lesquels se produisent des échanges motivés par des compétences linguistiques allant du monolinguisme vernaculaire au bilinguisme voire au « pré-humanisme ». Nous avons là une approche méthodologique remarquable de ce que pourrait être une telle linguistique, mais peut-être faudrait-il se servir également, dans la mesure où ces énoncés le permettent, des méthodes lexicographiques saussuriennes : le critère de commutabilité entre deux lexèmes déterminant une synonymie peut-il être observé directement ou par transposition entre les énoncés latins et français ?

4La troisième partie examine ce qu’il en est dans les sciences de la nature. Cécile Cornec-Rochelois traite des dénominations latines des animaux dans les bestiaires et encyclopédies français, Christine Silvi de la question du nom de la terre en langue d’oïl et Fleur Vigneron des traductions françaises du Liber ruralium commodorum de Pietro de’Crescenzi. Le premier article appelle les observations suivantes : le lexique s’éloigne des pratiques en vigueur dans la météorologie ou dans la médecine du temps, et constitue donc une situation inverse ; le langage savant cherche à agréger le vocabulaire courant. On aurait toutefois un phénomène de « relatinisation à très long terme » post-humaniste et linnéen, qu’une étude de longue portée pourrait comparer à l’« hellénisation » de la terminologie médicale moderne et contemporaine. Celui de Christine Silvi offre deux acquis : tout d’abord, la pertinence de la lexicographie structurale pour la description de l’opération linguistique de traduction, ce qui peut servir de modèle méthodologique à une linguistique du texte encyclopédique vernaculaire médiéval et constitue donc un complément de la contribution d’Isabelle Védrenne-Fajolles. Ensuite, l’idée d’une négociation entre la langue de départ et la langue d’arrivée : elle permet tout d’abord de distinguer des cas dans lesquels la traduction est malaisée ou moins facilement acceptable, comme pour la Bible, délicate techniquement et liée aux exigences de la pratique, comme en médecine, de situations dans lesquelles elle est à la fois un désir et une nécessité, comme dans l’encyclopédie. Christine Silvi distingue implicitement un lectorat d’encyclopédies non-latiniste de praticiens partiellement latinistes de textes sacrés ou médicaux. Il semble que l’on puisse distinguer ce public-ci d’un public apprenant le latin ou le connaissant, qui peut avoir eu besoin de ces textes. La question se rencontre souvent au cours de ce volume et il serait peut-être intéressant de voir avec quoi ces textes cohabitent aussi bien dans les manuscrits que dans les inventaires de bibliothèques. La comparaison des résultats de l’étude de Fleur Vigneron avec ceux de Cécile Cornec-Rochelois aboutit aux constats suivants : une absence de « pré-texte » symbolico-savant comme le sont les Bestiaires par rapport aux prémisses de la zoologie ; une absence de souci de faire coïncider un lexique savant, et qui doit rester savant en français, avec un lexique quotidien ; une permanence relative du latin justifiée par une nomenclature utilitaire. Par-delà les limites du lexique – apprécié ici selon des catégories grammaticales, Fleur Vigneron prenant parti dans le débat implicite qui structure ces deux sections entre grammaire et linguistique – on a une limite du public : le Rustican s’adresse à des lecteurs latinistes (au moins en partie) et romanistes habitués en tous cas à des désignations latines ; il ne peut donc relever de la vulgarisation, mais de l’intégration du discours savant dans le champ vernaculaire.

  • 6 La Chanson de la croisade albigeoise, éditée par Eugène Martin-Chabot, adaptation d’Henri Gougaud, (...)

5La quatrième et dernière partie de LC se voue à l’étude de la question dans le domaine du droit. Deux auteurs interviennent alors : Hélène Biu et Stéphane Marcotte. La première interroge la capacité de l’ancien français à dire le droit. Elle utilise une terminologie structurale. On assiste en définitive à une innovation lexicale plus radicale que dans d’autres domaines du savoir. Il semble aussi, et Hélène Biu n’en parle pas, que l’on se trouve face à une autre limite : celle des capacités d’acculturation littéraire. Le droit coutumier est, avant sa mise par écrit, enseigné de trois manières : par l’observation, par la littérature, qui décrit les principales procédures (accusatoire et duel judiciaire, exécution de la sentence), et par transmission orale. Les textes littéraires contemporains de ces traductions françaises de Justinien et d’Azon restent très fidèles au modèle coutumier, et surtout à celui de la justice royale, la procédure romaine apparaissant très timidement (La Chanson de la Croisade Albigeoise est l’un des rares textes à l’évoquer)6. L’absence presque totale de modèle poétique a donc certainement contribué à l’apparition de ces textes d’enseignement ou d’appui à l’enseignement. « Droit et langue française en France au Moyen Age : essai de synthèse sur une relation multi-paradoxale » : tel est le titre du long article – ou du bref essai – de Stéphane Marcotte qui clôt LC et qui lui sert de clef de voûte. Le latin résiste ; mieux que cela, il est indispensable. Le raisonnement grammatical ou linguistique et surtout le débat entre ces deux disciplines qui sert de fil conducteur implicite à l’ensemble du livre cède le pas ici à une réflexion qui embrasse huit axes : concurrence et réciprocité ; politique et identités ; diachronie et diatopie ; circonstances juridiques et destinataires ; philosophie et histoire ; poétique et rhétorique ; magie et performativité. Le droit est polyvalent. Cette contribution le montre aussi bien comme une singularité – le latin résiste durablement – que comme un témoin d’une évolution des langages savants vers le vernaculaire. Il est également le révélateur de ce que les articles antérieurs laissent paraître : le latin est un facteur identitaire pour des savants ou des spécialistes, et correspond à une situation de plurilinguisme. Il faut donc parler de cohabitation entre deux langues davantage que de remplacement d’une langue classique par une langue moderne. Il semble aussi qu’il y ait une spécificité fondamentale résidant dans la particularité des voies de transmission. Les disciplines les plus « francisables » sont celles que l’on hérite de la translatio studii classique ou de la science arabe ; ce sont d’ailleurs celles qui pénètrent le plus facilement dans la littérature vernaculaire. Les moins « francisables » relèvent du sacré ou d’une transmission totalement académique. Rompant avec l’observation et la reproduction formatrices, le droit romain devient une réalité intellectuelle totalement autre, insaisissable ou presque par un modèle d’acclimatation littéraire fondé sur des échanges culturels entre gens de lettres et spécialistes. Cette contribution est précieuse par ses vertus explicatives et méthodologiques, mais elle appelle deux observations. On peut mettre en parallèle tout d’abord la persistance du latin juridique et la reviviscence du latin médical. Tous les deux fonctionnent sur un territoire plurilingue. Il faudrait peut-être entreprendre une étude comparative examinant le nombre de manuscrits d’oïl médicaux et juridiques copiés en pays d’oc entre le quatorzième siècle et le premiers tiers du seizième siècle. Les milieux curiaux francophones de la cour de René d’Anjou feraient une bonne base d’enquête. Il aurait en outre fallu – ou, du moins, il le faudrait pour des travaux ultérieurs – que la réflexion s’ouvrît davantage à la capacité de pénétration des savoirs dans un véhicule littéraire. Il n’était peut-être pas possible d’admettre des travaux relatifs à la lyrique ou à la fiction dans LC, mais le fait est là : le décalage entre la production juridique et la production littéraire abondante à l’époque concernée est très important. Il paraît possible de distinguer un monde littéraire qui se vernacularise rapidement sous la pression du public mondain d’une écriture sapientelle pour laquelle le mouvement est plus lent, avec les deux pôles de résistance latine majeurs que sont la religion et le droit, encore doit-on distinguer trois types de situation en littérature : la détention d’une culture classique alimentée par la lecture d’auteurs latins « dans le texte », caractéristique d’écrivains tels que les adaptateurs des romans d’antiquité ou certains troubadours ; la perpétuation de la latinité, dans le domaine de l’épopée ou de la poésie savante ; la constitution d’une culture littéraire vernaculaire moderne ou « classico-moderne ». La culture littéraire classique, une fois adaptée à un nouveau contexte social, passe assez bien en ancien français. On serait donc confronté à une limite importante du phénomène de translatio (militiae, imperii, studii), compris ici comme le passage d’une langue classique à une langue moderne : le droit romain, technique conceptuelle dotée d’une langue spécifique, ne pourrait pas être accueilli facilement par une langue vernaculaire pourtant apte à recevoir des apports classiques quitte à les transposer. Le droit romain ne suit pas les étapes propres à la culture littéraire – conservation dans les monastères et chez quelques grands laïcs – ou scientifique/philosophique – rédaction en grec, premières traductions en latin, traductions en syriaque puis en arabe et retraductions latines. Et si le motif réel de la résistance du latin se trouvait là, tant les milieux cultivés médiévaux étaient faits à cette idée ? On aurait donc une rupture technique avec les modes d’apprentissage et d’acculturation habituels pour des médiévaux, alors même que l’idée d’un passage de Rome à Paris eût été une continuation des transferts antérieurs. Le latin trouverait ensuite une justification philosophique.

6LC est un livre presque complet. Presque, en l’absence de la langue d’oc, que nous considérons comme une lacune, et en l’absence de la philosophie. Cette discipline est moins aisée à traduire et peut-être plus diffuse ; elle n’apparaît pas moins dans le Roman de la Rose. En dépit de ces absences, LC est un ouvrage fondamental, qui passe en revue les disciplines utilisables pour des recherches ultérieures sur la dialectique – faite d’oppositions, de complémentarités, de progrès et de résistances – reliant le français au latin en soutenant leur aptitude à se compléter : l’approche grammaticale donne des résultats tout aussi satisfaisants que l’approche structurale. Voici donc un appel et un point de départ à de futures recherches.

Notes

1 MS 327 de l’Inguibertine dit « Traité d’arpentage » de Betran Boysset, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2010.

2 Elle n’apparaît pas en bibliographie.

3 L’Antidotaire de Nicolas : deux traductions françaises de l’Antidotarum Nicolai, éd. Paul Dorveaux , Paris, H. Welter, 1896.

4 « Il compendio provenzale verseggiato della Chirurgia du Ruggero da Salerno », éd. Umberto Cianciòlo, Archivum Romanicum, 25, 1941, pp. 1-85.

5 Paul Meyer, « Recettes médicales en provençal d’après le ms. R.14.30 de Trinity College (Cambridge) », Romania, 32, 1903, pp. 268-299 ; Clovis Brunel, « Recettes médicales du treizième siècle en langue de Provence », Romania, 83, 1962, pp. 145-182.

6 La Chanson de la croisade albigeoise, éditée par Eugène Martin-Chabot, adaptation d’Henri Gougaud, préface de Georges Duby et introduction de Michel Zink, Paris, Librairie générale française, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Levron, « Latinum cedens. Le français et le latin langues de spécialité au Moyen Âge, éd. Stéphane Marcotte et Christine Silvi  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 08 mars 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/13815

Haut de page

Auteur

Pierre Levron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org