Navigation – Plan du site

Anne Lunven, Du diocèse à la paroisse. Évêchés de Rennes, Dol et Alet/Saint-Malo (Ve-XIIIe siècle)

Marie-Céline Isaïa
Référence(s) :

Anne Lunven, Du diocèse à la paroisse. Évêchés de Rennes, Dol et Alet/Saint-Malo (Ve-XIIIe siècle), Rennes, PUR, 2014, 432 p.

ISBN 978-2-7535-3299-1

Texte intégral

1La thèse d’Anne Lunven est une magistrale application aux diocèses de Rennes, Dol et Alet, des concepts novateurs les plus opérants sur la lente territorialisation de l’Église au cours du Moyen Âge. Depuis les travaux d’E. Zadora-Rio et de Fl. Mazel notamment, on s’est habitué à penser la paroisse et le diocèse comme des institutions avant d’être des espaces, et comme des points focaux isolés avant d’être des surfaces contrôlées : il faut toute l’histoire de la christianisation tardo-antique puis carolingienne, pour que l’Église grégorienne puisse commencer à cartographier son territoire autrement qu’en énumérant des noms de cités ou des titres de paroisses. Anne Lunven s’empare de ces idées et de cette chronologie longue pour les soumettre à l’épreuve d’un espace particulièrement bien choisi, car soi-disant soustrait par nature à ces tendances générales de l’Occident romanisé : depuis A. de la Borderie au moins, l’Église d’Armorique est réputée tenir de ses origines insulaires une telle structure communautaire (monastique et brittone) plutôt que territoriale (épiscopale et romaine) qu’elle pourrait servir de modèle pour penser une Église non-territorialisée, voire par nature imperméable à l’évolution observée ailleurs. Le choix du diocèse de Rennes, sous influence franque et où dominent les églises Saint-Martin, et des diocèses voisins de Dol et Alet, où un tiers des églises ont des saints patrons bretons, s’explique donc par la volonté de l’auteur de comparer l’organisation spatiale de deux Églises aux histoires apparemment distinctes, et son évolution.

2À la lecture de cette thèse, on s’aperçoit très vite que de la territorialisation précoce n’existe pas plus en Bretagne qu’ailleurs : jusqu’au XIIe siècle, les trois diocèses étudiés ont des marges mal définies, comme les systèmes de datation des actes du cartulaire de Redon permettent de le constater (figures 10 et 11). Leur centre de gravité peut varier : les évêques, plutôt originaires des marges sud du diocèse (Porhoët) au IXsiècle, font d’Alet à l’extrême nord le symbole de leur autonomie face à Dol. L’auteur a tiré là-dessus le meilleur profit du véritable aggiornamento de la recherche en hagiographie bretonne mené par Joseph-Claude Poulin (2009), en dialogue avec les travaux de B. Merdrignac. Elle regarde donc avec un scepticisme certain l’existence historique d’un saint Malo évêque d’Alet, qui ne serait qu’une figure récupérée par l’hagiographe Bili vers 870 pour promouvoir une cité qui manquait d’allure et que la concurrence de Dol menaçait. Le déplacement physique du siège épiscopal, d’Alet vers Saint-Malo (1142-1146) sous Jean de Châtillon est donc le point d’arrivée d’une histoire qui a commencé à s’écrire à la fin du IXe siècle : avec l’appui du pape Eugène III, l’évêque accordait en somme la réalité topographique avec la légende devenue vérité sur les origines. Parmi les résultats marquants de cette recherche, on retiendra d’ailleurs la réduction de Dol à un cas exceptionnel plutôt que typique d’abbaye-évêché : contestant que Saint-Méen ait jamais été le centre institutionnel du diocèse d’Alet, A. Lunven conclut que seul Dol peut avoir été en Bretagne à la fois siège de l’évêque Samson et son monastère ; et que cette exception résulte d’une politique franque jouant sur les immunités monastiques pour s’assurer la fidélité de quelques grands, plutôt que l’héritage d’une fondation bretonne. À l’échelle paroissiale, il n’y a pas plus d’originalité locale que de révolution : un semis d’églises plus dense au sud qu’au nord peut être restitué avant le XIe siècle. Les chapelles castrales ou domaniales se multiplient ensuite dans les sources, mais sans bouleverser une organisation paroissiale fondée sur des églises majoritairement altimédiévales. C’est seulement entre le XIe et le XIIe siècle qu’un glissement sémantique affectant plebs et parochia révélerait une spatialisation de la paroisse en cours : plebs désignant aussi bien la communauté que l’espace où elle réside et où elle fréquente une église, parochia vient alors le remplacer pour désigner l’espace vécu qu’une église polarise.

3Des données archéologiques examinées dans une deuxième partie peuvent matérialiser cet espace vécu. L’auteur synthétise d’abord ce qu’on peut connaître et comprendre des inhumations : alors que le diocèse de Dol et d’Alet maintiendraient des pratiques antiques, le diocèse de Rennes adopterait des modes barbares au cours de la période mérovingienne (sarcophages trapézoïdaux en calcaire coquillier et coffres de schiste) avant que les procédés s’uniformisent (inhumation en pleine terre, absence de mobilier) au VIIIe siècle. La double normalisation bien connue ailleurs arrive ici aussi avec le XIe siècle : quelques constructions d’églises au milieu d’anciens cimetières sans lieux de culte, et pratique majoritaire des inhumations dans des cimetières entourant les églises paroissiales. L’ensemble formé par le cimetière et son église polarise l’habitat, au point qu’on voie se créer des cimetières habités avant l’interdiction de cette pratique au XIIIe siècle. Anne Lunven examine ensuite les églises d’époque romane, c’est-à-dire celles qui ont été édifiées dans le contexte d’une monumentalisation de la présence de l’Église dans les campagnes : on assiste bien, en Ille-et-Vilaine notamment, à une intense phase de reconstruction des bâtiments, que l’auteur veut associer davantage à un contexte ecclésiologique (attestation la présence de Dieu sur terre, l’église doit échapper à l’emprise laïque et passer aux mains de moines bâtisseurs, etc.) qu’à des nécessités conjoncturelles longtemps invoquées par l’historiographie (les invasions normandes). De fait, la réforme grégorienne a des effets majeurs dans ces régions bretonnes : les dynasties épiscopales de Rennes et Dol sont interrompues à la fin du XIe siècle ; des familles sacerdotales sont moins fréquemment attestées (ou alors elles entretiennent des relations fraternelles avec les moines qui patronnent leurs églises, voir p. 228-229) ; la possession laïque des églises au nom d’un « droit héréditaire », avouée jusqu’au XIIe siècle, est graduellement perçue comme un droit injuste ou scandaleux. Il n’y a pas même de « retard breton » dans le mouvement de confiscation des biens réputés d’Église aux laïcs, le mouvement de « restitutions » des églises comme des dîmes afférentes culminant durant les années 1060-1120. Cependant la réforme grégorienne n’explique pas tout : dès la fin du Xe siècle, les ducs de Rennes ont lancé un mouvement de généreuses donations aux monastères bénédictins qui sert de modèle à leurs vassaux ‒ en fait, c’est aussi ce qu’on observe dans ce même « temps des principautés » en Bourgogne ou en Normandie ducale.

4Les évêques reprennent ensuite l’avantage. Ils contrôlent mieux le clergé rural. Ils utilisent des chanoines réguliers pour desservir des paroisses excentrées : dans le sud du diocèse de Rennes, quatre établissements de chanoines réguliers patronnent 20 églises paroissiales au XIIe-XIIIe siècle. À partir du XIIe siècle, les évêques dirigent à leur profit le mouvement des restitutions ; ils attribuent à des chanoines séculiers les cures restituées plutôt qu’aux moines bénédictins ; ils parviennent à faire admettre le principe d’une imposition épiscopale annuelle ; ils font reconstruire leurs cathédrales selon les nouvelles normes gothiques. L’arrivée de Marbode sur le siège de Rennes (1096) peu avant celle de Baudri de Bourgueil sur celui de Dol (1107) peuvent servir de symboles à une restauration de l’autorité épiscopale ‒ elle dépasse pourtant largement ces deux épiphénomènes. Anne Lunven en mesure la traduction territoriale à partir de 133 actes de la pratique des XIe-XIIIe siècle (figure 59, p. 289) : l’autorité épiscopale s’étend sur un territorium jusqu’à l’acmé grégorien (1075), sur son episcopatus jusqu’à la fin du XIIsiècle, puis sur son diocesis après 1200. C’est dire qu’une domination perçue comme simplement administrative et/ou aristocratique a été comprise ensuite comme typiquement épiscopale, puis fondamentalement territoriale. La fonction d’archidiacre, attestée à Rennes au milieu du XIe siècle, évolue en même temps qu’une conception spatiale de l’episcopatus apparaît : alors que les premiers archidiacres étaient, au centre du diocèse, les bras droits de l’évêque, ils exercent leurs responsabilités sur une juridiction territoriale donnée à partir du XIIe siècle, en même temps que le recours aux doyennés se généralise. Au plus près des fidèles, la paroisse rurale elle-même naît comme espace après le XIe siècle : l’expérience de la seigneurie monastique peut servir de matrice à cette nouvelle conception de la paroisse (voir les exemples précoces de Livré-sur-Changeon et Saint-Exupère de Gahard, avec cartographie p. 318-321) puisqu’on y définit un territoire en fonction de la présence en son cœur d’une église. Cependant, c’est quand apparaît un lien juridique contraignant entre lieu de résidence, droits et devoirs du fidèle chrétien, que la paroisse peut apparaître comme un espace délimité : au fil des conflits pour le partage des revenus paroissiaux, on suit ainsi à Dinan comme à Fougères le travail de tracé des frontières paroissiales au XIIe siècle. Anne Lunven en conclut avec une prudence exemplaire qu’il n’est pas nécessaire qu’il y ait délimitation rigoureuse pour qu’existe une paroisse : c’est d’une situation de concurrence pour des espaces récemment défrichés ou quand coexistent des églises aux origines disparates (églises castrale, priorale, paroissiale) que s’imposent la délimitation et sa consignation écrite. Dans la plupart des cas, la paroisse est une évidence locale dont les marges précises peuvent rester longtemps incertaines (c’est le cas de Bréal-sous-Vitré).

5Plus on lit cette somme humble et claire, plus il devient évident que l’histoire qu’écrit Anne Lunven dépasse largement l’analyse du mouvement de territorialisation : chemin faisant, elle décrit les techniques de construction des églises (dont le recours un peu inattendu à l’opus incertum en phase de monumentalisation), expose ce qu’on comprend de la formation du clergé rural, cartographie les patronages paroissiaux, observe que les partages théoriques de la dîme en trois ou quatre parties ne sont pas appliqués, répartit en graphiques les actes juridiques des évêques selon leur nature (figure 57), établit les arbres généalogiques des évêques de Dol et Rennes, photographie les églises (Arbrissel, Antrain, Bazouges-sous-Hédé, Lou-du-Lac, Tréfumel…), etc. Autant dire qu’elle écrit une véritable histoire globale des Églises de Rennes, Alet et Dol, persuadée que les vestiges physiques des églises et leur emprise terrestre parlent d’un projet de société médiévale où l’Église serait toute la trame, la norme et le lieu de toute vie humaine. Du point de vue d’une histoire de l’Église bretonne, les conclusions sont sans appel : les diocèses considérés n’ont rien d’original, rien de typique, et leur évolution institutionnelle s’analyse aisément dans un cadre théorique applicable à toute l’Église occidentale. L’avoir démontré avec une telle maîtrise sans emphase de la bibliographie, et un savoir-faire qui va des fouilles archéologiques jusqu’à la lecture des actes du cartulaire de Redon, fait de la thèse d’A. Lunven un livre exemplaire, et un jalon important dans notre compréhension de la Réforme grégorienne comme acte de naissance des sociétés d’Ancien Régime.

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Céline Isaïa, « Anne Lunven, Du diocèse à la paroisse. Évêchés de Rennes, Dol et Alet/Saint-Malo (Ve-XIIIe siècle)  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 08 mars 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/13813

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org