Navigation – Plan du site

Didier Barrière, Francisque Michel médiéviste bibliomane romantique

Alain Corbellari
Référence(s) :

Didier Barrière, Francisque Michel médiéviste bibliomane romantique, Bassac, Plein Chant (« La petite librairie du XIXe siècle »), 2014, 173 p.

ISBN 978-2-85452-310-2

Texte intégral

1Didier Barrière est un admirateur passionné de l’érudition du XIXe siècle, et on peut le soupçonner de la pratiquer toujours dans le secret de son cabinet, bien que la minceur de sa bibliographie contraste avec celle de l’érudit dont il vient de nous offrir, en un livre aussi bref que dense, un saisissant portrait. Auteur de travaux sur l’archétype du bibliophile romantique qu’est Charles Nodier (Nodier l’homme du livre, Plein Chant, 1989) et sur l’obscur Nicolas Cirier (Un correcteur fou à l’Imprimerie royale : Nicolas Cirier [1792-1869], Éditions des Cendres, 1987), on l’imagine lui-même comme une sorte de Nerval trouvant son bonheur dans la redécouverte de quelques « illuminés » de la bibliophilie, et on se réjouit de voir sortir de sa plume le premier livre entièrement consacré à un érudit que tous les médiévistes connaissent et vénèrent comme le redécouvreur de la Chanson de Roland et des poèmes tristaniens en vers. A vrai dire, ces deux éditions, publiées dans les mêmes années 1830, que l’on peut bien dire la décennie prodigieuse de Francisque Michel, suffiraient à la gloire d’un homme dont Didier Barrière nous rappelle qu’elles ne représentent presque que deux gouttes d’eau dans un océan de publications et, surtout, qu’elles émanent d’un personnage dont l’atroce caractère découragerait sans doute tous les philologues d’aujourd’hui de vouloir lui serrer la main s’il revenait parmi nous.

2On voit assez vite que Didier Barrière n’est pas un universitaire, ce qui, empressons-nous de le préciser, n’est absolument pas à nos yeux un défaut rédhibitoire : à quiconque s’étonnera que l’ouvrage soit totalement dépourvu de notes, on commencera par préciser que le texte est suivi de quatre pages de « sources » (p. 89-92) qui, nonobstant une petite gymnastique référentielle, répondent à toutes les questions que posaient les affirmations apparemment non étayées du texte. Saluons aussi l’excellente bibliographie commentée que produit Didier Barrière (p. 93-99), et que l’auteur des présentes lignes doit, à sa grande confusion, avouer bien plus fournie que celle qu’il avait réunie lorsqu’il a réédité le premier des trois articles de Joseph Bédier sur le centenaire de la redécouverte de la Chanson de Roland (Joseph Bédier, Philologie et humanisme, Paris, Garnier, 2010, p. 433-464) : je fais en particulier ici mes excuses à Mark Burde pour ne pas avoir cité l’article de 2004 dans lequel il dénonçait les manipulations de Bédier dans le récit de la découverte du Roland d’Oxford par Francisque Michel. (Il est vrai que Didier Barrière n’en fait pas grand-chose et que je ne suis moi-même pas sûr d’avoir saisi toutes les subtilités de cet article écrit dans un anglais assez mallarméen.)

3Le caractère non universitaire de l’ouvrage de Didier Barrière se remarque aussi (et encore une fois je l’en félicite plus que je ne l’en blâme) à la franchise avec laquelle il assume sa subjectivité d’exégète. Après tout, voir dans le divorce calamiteux de ses parents et dans le fait qu’il a échoué au concours de l’entrée de l’Ecole des Chartes l’origine du caractère insupportable, de la sordide âpreté au gain et de l’orgueil démesuré de Francisque Michel dénote une confiance réjouissante dans les vertus du biographisme, même si, pour l’agrément d’un récit qui se lit comme un roman, Didier Barrière insiste parfois un tantinet lourdement sur les aspects répugnants et les insuffisances de son héros. Il nous suffira d’aligner quelques citations à charge : « On a vu quelques échantillons de son style ; les milliers de pages qu’il a laissées sont toujours d’une plume très brillante. Il avait même des intuitions remarquables, mais qu’il ne savait pas exploiter jusqu’au bout, des éclats de génie, mais disséminés au milieu de productions fastidieuses » (p. 62) ; « le résultat [de son Histoire des races maudites de la France et de l’Espagne] est une accumulation de citations interminables, de références bibliographiques assommantes, de rectifications des erreurs d’autrui, occupation qui lui tenait à cœur » (p. 67) ; « en réalité, aucune de ses études imprimées ne peut être qualifiée de livre. Car il ne savait pas faire un livre, du moins au sens intellectuel du mot » (p. 69) ; « mais il y avait toujours eu un malentendu, de sa part, car il faisait toujours plus que ce qu’on lui demandait. Il rallongeait son travail, augmentant le volume de ses éditions et réclamait pour cela des suppléments d’indemnités » (p. 79). Ce n’est pas le fond de ces jugements que l’on conteste ici, mais peut-être Didier Barrière se laisse-t-il parfois emporter par le goût de l’éreintement que Francisque Michel n’encourage, il est vrai, que trop.

4Mais en fin de compte, la principale raison que nous aurons de blâmer Didier Barrière de ne pas être universitaire est qu’il nous paraît quelque peu idéaliser cette institution : lorsque, alignant les titres de Michel, qui obtint tout de même un professorat à Bordeaux, et qui sut recueillir d’innombrables marques d’estime d’académies, organismes et institutions de toute l’Europe, il diagnostique chez notre érudit, qui s’en vantait, « un sens invraisemblable de l’honneur, à un point qu’on ne peut imaginer » (p. 82), il nous semble assez naïvement ignorer que c’est là un travers fort répandu dans le monde académique !

5Enfin, l’ouvrage est accompagné de la réédition de quelques pages très éclairantes de Francisque Michel lui-même, judicieusement choisies parmi « les rares textes qui ont une tonalité vraiment littéraire et un caractère de généralité suffisant pour le lecteur cultivé non spécialiste » (p. 103) ; on y découvre le goût de Michel pour la calligraphie, ainsi que quelques remarques fort intéressantes sur l’art d’éditer les textes, qui permettent de situer notre philologue du côté de ces « vieux maîtres » avec lesquels Bédier renouera lorsqu’il proposera sa propre méthode éditoriale (cf. en particulier p. 115 : « je n’entends pas changer, ajouter ou retrancher une seule lettre au Ms. 1717, à moins qu’il n’y ait erreur évidente »). L’anthologie est couronnée par une « bibliographie des œuvres de Francisque Michel rédigée par lui même (1873) », qui s’étend de la p. 153 à la p. 165, et que Didier Barrière a préféré reproduire plutôt que de proposer lui-même une bibliographie presque fatalement incomplète ; reconnaissant toutefois que celle de Michel lui-même n’est pas sans lacunes, il y ajoute (p. 167) trois items importants.

6On aura compris que cette biographie ne se veut pas définitive ; elle appelle des recherches plus exhaustives, mais aussi plus laborieuses qui risquent de ne pas reproduire la réussite littéraire de ce livre enlevé et secrètement jubilatoire. Perdant parfois en précision ce qu’il gagne en agrément, Didier Barrière a en effet l’immense mérite de nous intéresser au sort d’un érudit que, certes, il ne flatte pas, mais qu’il nous restitue dans toute son humanité bougonne et blessée, et, si l’on ose dire, dans sa crasse native. Il y a du Pierre Michon dans le récit de cette « vie minuscule » ! Mais en fin de compte, ce que les médiévistes doivent à Francisque Michel reste immense et les travers de l’homme le rapprochent de nous : très loin des hautes figures morales que la recherche récente a fait d’un Gaston Paris ou d’un Joseph Bédier, « ce crapaud de Michel », comme le disait aimablement Burnouf (cité p. 9), nous présente une face plus obscure de l’érudition du XIXe siècle, au double sens d’un objet davantage resté dans l’ombre et moins exemplaire qu’on ne le voudrait pour l’honneur de la discipline. La ferveur de Didier Barrière pour son objet ne peut cependant être mise en doute, et peut-être était-ce là en fin de compte la meilleure façon de rendre hommage à un homme dont le caractère d’« idiot savant » (Fachidiot, disent les germanophones) décevra peut-être les quêteurs de révolutions épistémologiques, mais ravira les amateurs de figures originales, car, dans le grand concert de la science, celles-ci ont tout autant droit que les autres à notre reconnaissance et à notre attention.

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Corbellari, « Didier Barrière, Francisque Michel médiéviste bibliomane romantique  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 08 mars 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/13809

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org