Navigation – Plan du site

Gilbert Ducher, Épigrammes, édition, traduction et notes par Sylvie Laigneau-Fontaine et Catherine Langlois-Pézeret

Guillaume Berthon
Référence(s) :

Gilbert Ducher, Épigrammes, édition, traduction et notes par Sylvie Laigneau-Fontaine et Catherine Langlois-Pézeret, Paris, Champion, 2015, 720 p.

ISBN 978-2-7453-2912-7

Texte intégral

1L’édition et la traduction par Sylvie Laigneau-Fontaine et Catherine Langlois-Pézeret des Épigrammes (1538) du poète néo-latin Gilbert Ducher sont l’occasion de faire le point de nos connaissances sur une figure importante de l’humanisme français de la première moitié du xvie siècle. La traduction proprement dite est d’ailleurs précédée d’une copieuse introduction de 140 pages qui rappelle les données biographiques dont nous disposons aujourd’hui sur le poète et présente les grands traits de son œuvre poétique tout en la restituant dans le contexte essentiellement lyonnais qui l’a vue naître.

2Ducher, peut-être né au début des années 1490, est originaire de l’Auvergne à laquelle il restera profondément attaché, ainsi qu’au milieu auvergnat – c’est un client de la puissante famille des Duprat. Selon toute probabilité, après des études de droit à l’université de Toulouse, il s’adonne à l’étude du grec à Paris ; ce goût pionnier pour l’hellénisme est confirmé par l’édition qu’il procure pour le compte de Simon de Colines des Orationes de Richard Croke, discours militant en faveur de la langue grecque de l’un des grands hellénistes anglais. Ducher enseigne au collège des Lombards puis au collège de Lisieux ; philologue, il y établit généralement les textes qu’il commente, fidèle en cela aux principes caractéristiques de l’humanisme. Il complète logiquement ses activités d’enseignement par un travail parallèle de correcteur d’imprimerie. Entre autres accomplissements, il participe au premier chef à la fin des années 1520 à la renaissance de l’intérêt pour l’œuvre de Martial dont il procure une édition qui fait date. Ducher baigne alors dans les milieux intellectuels et poétiques de la capitale et compte notamment parmi ses connaissances Marot, Nicolas Bourbon ou Pierre Danès (son collègue au collège de Lisieux). En 1536 toutefois, Ducher quitte Paris pour la Savoie, probablement afin de suivre François Lombard que le roi a nommé lieutenant du bailli pour le Bugey nouvellement conquis. Il commence à y constituer son recueil d’épigrammes à partir de ses anciennes compositions ; si l’on en croit l’épître qu’il adresse à Lombard (p. 260-261), c’est sollicité par ses amis les plus récents, désireux d’apparaître eux aussi dans le volume en préparation, qu’il décide d’écrire une série de nouveautés où personne ne manquera à l’appel. Les Epigrammaton libri duo sont donc achevés en 1538 à Lyon, au collège de la Trinité où Ducher commence alors à enseigner les humanités – ses nouveaux collègues se chargent de lui tresser des éloges versifiés. Ducher a dû continuer à évoluer dans le dense milieu intellectuel lyonnais, mais la suite de sa biographie est incertaine et l’on ignore jusqu’à la date de sa mort, probablement dans les années 1550.

3Les deux éditrices brossent ensuite un tableau vivant de la vie intellectuelle lyonnaise dans les années 1530. Elles commencent utilement par débrouiller l’écheveau des légendes qui entourent « l’Académie de Fourvière » en qui se mêlent bien souvent des éléments se rapportant au début du siècle (les évocations de Jean Lemaire, Symphorien Champier et Humbert Fournier) et d’autres qui prennent plus justement place dans les années 1530, dans les parages de la librairie-atelier de Sébastien Gryphe chez qui paraît le livre de Ducher (comme les Nugae de Nicolas Bourbon). La mise au point est l’occasion d’un salutaire retour aux sources plutôt qu’aux listes de noms grossies par plusieurs générations de critiques parfois plus enclins à dépeindre une nouvelle École d’Athènes qu’à suivre les seules données livrées par les textes et les archives.

4Le contexte de publication des Épigrammes de Ducher est celui de la floraison exceptionnelle de recueils de poésie néo-latine à Lyon entre 1536 et 1539. Le noyau essentiel de ce célèbre sodalitium lugdunense est constitué par deux couples : Bourbon et Ducher d’un côté, Dolet et Visagier de l’autre. Aucun n’est lyonnais d’origine mais tous se retrouvent entre Saône et Rhône dès 1536 (Ducher, qui n’arrive de Savoie qu’en 1538, est la seule exception, mais la publication en cette même année de son recueil poétique le montre déjà bien implanté dans le milieu lyonnais). À ce quatuor, il faut principalement ajouter les deux Scève, Guillaume et Maurice, Sébastien Gryphe lui-même, Guillaume Du Choul et Jean Des Gouttes. D’autres figures passent sans toujours s’arrêter (Hubert de Suzanne, les enseignants du collège de la Trinité, divers représentants du monde de l’imprimerie, etc.). Jean Salmon Macrin incarne enfin la figure tutélaire du sodalitium, tandis que Clément Marot en est le correspondant vernaculaire : les poètes lyonnais le fêtent lors de son retour en France fin 1536 et traduisent une série de textes de cet homonyme du grand Virgile (Maro), ses habits latins faisant ainsi accéder le « Prince des poètes français » aux champs Élysées de la littérature européenne. La librairie du grand Sébastien Gryphe et la demeure du riche Guillaume Scève constituent selon toute vraisemblance le décor de ces doctes échanges. Le large tombeau poétique réuni à l’occasion de la mort du dauphin François (1536) donne une image assez précise du sodalitium, mais sans doute aussi idéalisée. Les bruyantes querelles plus ou moins éphémères, jadis brocardées par Lucien Febvre, sont en effet un autre invariant des échanges de ces poètes si susceptibles. Bourbon et Visagier montreront la voie avant qu’ils ne se réconcilient et que Dolet ne concentre contre lui la totalité des quolibets.

  • 1 Il est néanmoins possible d’augmenter çà et là la liste des sources : l’épigramme I, 68 n’est-elle (...)

5Les deux livres d’épigrammes de Ducher sont donc publiés dans un milieu qui a appris à goûter le genre de l’épigramme grâce à la redécouverte de l’Anthologie grecque, des œuvres de Stace, de Catulle et de Martial. Les éditrices procèdent encore à quelques analyses globales du recueil. Elles mettent en évidence l’application récurrente du principe de la variatio à travers des poèmes, contigus ou non, qui illustrent l’art du poète à renouveler son écriture sur un sujet identique. Quelques motifs récurrents courants chez les épigrammatistes sont analysés dans le même esprit. Comme ses amis, Ducher distribue tour à tour les éloges et les blâmes (Dolet et un certain Cordus Volerus en sont notamment les cibles infortunées). La modestie topique des exordes, renforcée par le fait que l’épigramme est traditionnellement considérée comme relevant du genre humble, cache bien mal l’orgueil du poète et de ses confrères qui n’ont guère de complexes par rapport à leurs modèles de l’Antiquité : à les écouter, on croirait qu’ils les dépassent tous. Ducher en profite pour marchander ses vers à l’occasion auprès de ses mécènes (I, 108 : « uatem plena crumena facit », « c’est une bourse pleine qui fait le poète ») dont fait partie au premier chef Guillaume Duprat, l’évêque de Clermont. Au-delà de ces textes qui bruissent d’un confortable entre-soi, l’engagement du poète sur les enjeux religieux qui bouleversent son époque reste discret, notamment si on le compare à celui d’un Nicolas Bourbon. On trouve néanmoins quelques pièces de ton évangélique inscrites dans le sillage d’Érasme, parmi lesquelles une savoureuse saynète (I, 48) sur un moine plus respectueux de la règle de son ordre que d’une vie humaine – autre modèle pour l’anecdote de Jan Dodin et frère Adam Couscoil dans le Tiers Livre. Beaucoup d’épigrammes morales – une trentaine d’adages recueillis par Érasme se trouvent disséminés dans les Épigrammes – brossent le portrait d’un raisonnable professeur, partisan du juste milieu, plus mesuré que ne l’étaient les plus remuants Bourbon et Dolet. Les sources latines et françaises (Saint-Gelais et Marot pour l’essentiel) auxquelles puise Ducher sont relativement variées sans que Martial y occupe la place centrale que l’on aurait pu supposer1.

6En somme, la généreuse introduction de Sylvie Laigneau-Fontaine et Catherine Langlois-Pézeret constitue la meilleure porte d’entrée à l’œuvre d’un poète qui n’avait jamais été rééditée depuis le xvie siècle, et encore moins traduite. Certes, les épigrammes s’enlisent parfois dans une érudition excessive (que débrouillent valeureusement les 1718 (!) notes des éditrices) : « Doctis et bonis haec scribuntur », « c’est pour les honnêtes et les doctes que ces vers sont écrits », déclare fièrement Ducher au seuil du liber amicorum qui referme le volume (p. 388-389). D’autres montrent en revanche un trait vif et mordant : Ducher croque ainsi en II, 21 un allégorique Gnaton, à la mâchoire aiguisée, parasite qui a « divorcé de la vertu » mais veut passer pour un Diogène, quoiqu’il trouve trop frugal Aristippe l’hédoniste. Le Gnathon qu’immortalisera La Bruyère n’y est pas encore tout à fait, mais l’essai est prometteur. L’élévation réussit parfois aussi au poète latin, comme dans l’épigramme (bien connue des rabelaisants) qui célèbre dans un même geste l’auteur des mythologies pantagruéliques et la philosophie aux « plumes plus que dédaléennes » (I, 151).

  • 2 Les éditrices sont notamment confrontées au problème de l’identification de Durus (« Ledur ») à Dol (...)
  • 3 Ducher s’y répète d’ailleurs. À chaque fois, Gryphe est comparé au libraire romain Tryphon, et Duch (...)
  • 4 Il est toujours facile de relever un oubli. Signalons l’intérêt de l’article de François Rouget par (...)
  • 5 Les travaux ponctuels sur ces auteurs se sont également multipliés, notamment grâce au colloque : N (...)

7Grâce à l’édition et à la traduction de ces textes souvent énigmatiques (références érudites, personnages désignés par des périphrases ou des surnoms2, allusions trop cryptées), les chercheurs pourront faire leur miel des 437 épigrammes de Ducher qui constituent comme une photographie du milieu intellectuel lyonnais (et même au-delà) de la décennie 1530. On y remarquera notamment la forte présence des libraires et imprimeurs : Gryphe, bien sûr (chaque livre d’épigrammes se refermant sur une pièce dédiée au maître d’œuvre de l’ouvrage de Ducher3), mais aussi les frères Frellon, Sulpice Sabon (même s’il n’a probablement encore rien publié à la date de 1538), Godefroy Beringen ou encore Balthazar et Jean-François de Gabiano. On regrettera alors que l’index de ce Who’s who humaniste porte essentiellement sur le texte de Ducher et non sur les 140 pages d’introduction et les 226 pages de notes, d’autant que l’information gargantuesque rassemblée par les éditrices est généralement excellente et à jour4. Après l’édition-traduction des Nugae de Nicolas Bourbon (2008) et des Carmina d’Étienne Dolet (2009), procurées séparément par chacune des deux éditrices, le volume de Ducher complète donc avantageusement notre connaissance du vigoureux milieu néo-latin lyonnais5, sans laquelle il est difficile de bien comprendre le contexte d’éclosion des chefs-d’œuvre français des années 1530, Marot et Rabelais au premier chef.

Notes

1 Il est néanmoins possible d’augmenter çà et là la liste des sources : l’épigramme I, 68 n’est-elle pas ainsi discrètement inspirée de la célèbre épigramme de Martial VIII, 56 (55) : « Temporibus nostris aetas cum cedat auorum » ?

2 Les éditrices sont notamment confrontées au problème de l’identification de Durus (« Ledur ») à Dolet : de ce point de vue, les notes se contentent de faire état des querelles critiques.

3 Ducher s’y répète d’ailleurs. À chaque fois, Gryphe est comparé au libraire romain Tryphon, et Ducher recourt aux mêmes termes que les traductrices rendent étrangement par des expressions françaises différentes : « aere suo ac typis » (« par son bronze et ses presses ») et « aere typisque » (« avec tes fontes et tes caractères »).

4 Il est toujours facile de relever un oubli. Signalons l’intérêt de l’article de François Rouget paru en 2014 pour la compréhension de l’épigramme I, 86 (« La Bergerie des Saules inédite de Mellin de Saint-Gelais », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 76/1 (2014), p. 79-101, notamment p. 83). Regrettons seulement le choix d’éditions modernes parfois obsolètes pour certains des auteurs cités (l’éd. Blanchemain pour Saint-Gelais et l’éd. Boulenger pour Rabelais) comme la préférence donnée à certaines formes anciennes ou incorrectes pour les noms propres (Jacques Toussain plutôt que Thouzat, Jean de Ganay plutôt que Ga(i)gny, Godefroy Beringer plutôt que Beringen, même si les notes font parfois état de l’hésitation sur la forme correcte). Les cas restent exceptionnels.

5 Les travaux ponctuels sur ces auteurs se sont également multipliés, notamment grâce au colloque : Nouveaux regards sur les « Apollons de collège ». Figures du professeur humaniste en France dans la première moitié du xvie siècle, Mathieu Ferrand et Nathaël Istasse (dir.), Genève, Droz, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Berthon, « Gilbert Ducher, Épigrammes, édition, traduction et notes par Sylvie Laigneau-Fontaine et Catherine Langlois-Pézeret », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 08 mars 2016, consulté le 22 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/13794

Haut de page

Auteur

Guillaume Berthon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org