Navigation – Plan du site
L'extension de la langue vernaculaire en Angleterre à la fin du moyen âge

Quelle faute l’anglais a-t-il donc commise pour qu’il soit interdit de traduire en anglais ?

Juliette Dor
p. 181-198

Résumés

Trevisa a fait précéder sa traduction du Polychronicon d’un dialogue entre le commanditaire et le clerc chargé de l’exécuter. Il reflète la controverse sur la traduction de textes scientifiques et religieux, compliquée par la présence de deux vernaculaires et de mutations socioculturelles. Le seigneur s’appuie sur le prestige de l’anglais avant la normandisation et sur l’historique de la translatio studii ; il use d’arguments souvent proches de ceux des milieux wyclifiens.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Plan

Un jeu sur la polysémie de lewed. Un paradoxe en conclusion
Une accusation de péché. La légitimation de l’anglais
Une mutation socioculturelle. Un changement de public

Aperçu du texte

Mon titre est emprunté au premier de deux petits textes, un dialogue entre un seigneur et son clerc suivi d’une épître adressée à ce seigneur, rédigés en guise de préface à la traduction anglaise du Polychronicon de Ranulph Higden, une des chroniques universelles les plus diffusées en Angleterre à la fin du Moyen Âge. Leur auteur, également traducteur de la chronique, est John Trevisa, prêtre et chapelain de Sir Thomas Berkeley. Ancien étudiant d’Oxford, Trevisa naquit vers 1342. Son nom est associé à la traduction de quelques autres grands textes latins, parmi lesquels nous retiendrons notamment le De Proprietatibus Rerum de Bartholomée l’Anglais et le De Regimine Principum de Gilles de Rome. Comme Mary Dove l’a récemment fait valoir, il a dû être un des personnages centraux de la violente polémique soulevée alors à Oxford par la traduction wyclifienne des Écritures saintes. Que Trevisa ait été impliqué ou non dans cette entreprise, il faut surtout retenir ici ses sympathies et cel...

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Dor, « Quelle faute l’anglais a-t-il donc commise pour qu’il soit interdit de traduire en anglais ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 29 | 2015, 181-198.

Référence électronique

Juliette Dor, « Quelle faute l’anglais a-t-il donc commise pour qu’il soit interdit de traduire en anglais ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 29 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2018, consulté le 20 août 2017. URL : http://crm.revues.org/13780 ; DOI : 10.4000/crm.13780

Haut de page

Auteur

Juliette Dor

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org