Navigation – Plan du site
L'Italia bizantina: una prospettiva economica

Les plateae calabraises d’époque normande. Une source pour l’histoire économique et sociale de la Calabre byzantine ?

Annick Peters-Custot
p. 389-408

Résumés

La documentation écrite d’époque byzantine susceptible de donner accès à la connaissance de l’organisation rurale et agricole de la Calabre méridionale étant limitée, il est tentant de s’en remettre aux sources normandes, en particulier à ces inventaires nominatifs d’hommes recenses et/ou donnes par l’autorité publique appelés plateae (jarâ’id arabes ou arabo-grecques, katonoma de la Calabre hellénophone). Il convient pour cela de s’assurer qu’une continuité minimale existe entre périodes byzantine et normande, dans les statuts des hommes recensés comme dans les caractères formels de la documentation. L’enquête ne peut que générer des hypothèses, en raison des lacunes documentaires. L’analyse du parallèle sicilien montre les limites d’une transposition de l’interprétation des jarâ’id sur le cas calabrais. Pourtant, il existe une unité entre jarâ’id et katonoma, issue à la fois de l’origine de ces inventaires, l’autorité publique, comme des buts, le contrôle du territoire, la fixation des hommes et le prélèvement des charges publiques. Ainsi, les sources de la Calabre normande permettent d’éclairer le statut des parèques byzantins grâce à la permanence des principes fiscaux qui concernent les paysans calabrais, entre la domination byzantine et les débuts de l’époque normande.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Les plateae
Définition
La question de l’héritage Byzantin : aspects formels
Katonoma et jarâ’id, calabre méridionale et Sicile : un modèle sicilien ?
Calabre méridionale et Sicile : une même situation ?
Inventaires publics et autorité publique

Aperçu du texte

Pour étudier l’organisation rurale et agricole de la Calabre byzantine, ainsi que les statuts paysans de ce même territoire, on dispose pour l’époque byzantine de quelques sources calabraises, et en particulier le brébion de la métropole de Reggio, sorte d’inventaire des biens et redevances de la métropole byzantine, au milieu du XIe siècle, ainsi que des actes du cartulaire de la métropole d’Hagia Agathè (Oppido), de la même période et de quelques rares actes de la pratique privée émis dans la Calabre méridionale à l’époque byzantine. Les Vies de saints italo-grecs d’époque byzantine ne permettent guère de compléter ce tableau, dans la mesure où le type de sainteté qu’elles mettent en valeur, celui du moine errant, fondateur de monastères dont il ne devient que rarement l’higoumène, ne porte pas à décrire par le menu les structures de propriété et d’exploitation des terres agricoles. Cette documentation byzantine peut paraître assez « légère » à première vue ; toutefois, elle const...

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Peters-Custot, « Les plateae calabraises d’époque normande. Une source pour l’histoire économique et sociale de la Calabre byzantine ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 28 | 2014, 389-408.

Référence électronique

Annick Peters-Custot, « Les plateae calabraises d’époque normande. Une source pour l’histoire économique et sociale de la Calabre byzantine ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 28 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/13756 ; DOI : 10.4000/crm.13756

Haut de page

Auteur

Annick Peters-Custot

Université de Nantes C.R.H.I.A.

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org