Navigation – Plan du site
L'Italia bizantina: una prospettiva economica

L’économie de la Calabre de la fin du VIe au VIIIe siècle

Ghislaine Noyé
p. 323-388

Résumés

L’histoire de la Calabre de la fin du VIe au VIIIe siècle reste à écrire. L’interprétation de certains textes comme le Liber Pontificalis doit être revue à la lumière des réalités locales et les récits hagiographiques, soumis à une analyse critique, permettent de renouveler la question. L’Empire défendit l’extrémité sud de la péninsule contre les Lombards jusqu’à ce que les ambitions territoriales du duché de Bénévent se reportent vers le nord dans les années 730. Ce furent d’abord les ressources minières de la Calabre qui intéressèrent Byzance, mais d’autres industries jouèrent un rôle tout aussi important, comme la production d’amphores et l’exportation du vin. Cette activité industrielle tirait profit des importantes ressources forestières. Le contrôle de ces richesses fut l’occasion d’un bras-de-fer entre les autorités byzantines et la Papauté jusqu’à ce que Léon III transfère la juridiction des évêchés au patriarcat de Constantinople. Bien que la crise démographique et économique culmine au début du VIIIe siècle, la période qui suit se caractérise par une stabilité politique propice à une exploitation rationnelle des richesses calabraises.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Illustrations

Aperçu du texte

La Calabre byzantine de la fin du VIe au VIIIe siècle est souvent considérée par les chercheurs comme un simple chemin menant à sa riche voisine sicilienne, l’union administrative des deux provinces portant de plus à envisager les sources dans une optique strictement « insulaire ». Pourtant les récentes recherches en sigillographie, numismatique et archéologie, qui commencent à corriger l’image de cette période longtemps jugée calamiteuse et impénétrable, jettent une nouvelle lumière sur la Calabre et sur les textes, rares et en outre jusqu’ici peu exploités, qui la concernent [Fig. 1]. On peut ainsi tenter de préciser l’emprise des dominations byzantine et lombarde dans le sud de la péninsule entre la fin du VIe et le VIIIe siècle, et expliquer les fluctuations de leurs frontières communes par l’intérêt non seulement stratégique, mais aussi économique que présentait alors la région : s’il est difficile de l’étudier sans se référer à la Sicile, la même démarche devrait être adoptée ...

Pour citer cet article

Référence papier

Ghislaine Noyé, « L’économie de la Calabre de la fin du VIe au VIIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 28 | 2014, 323-388.

Référence électronique

Ghislaine Noyé, « L’économie de la Calabre de la fin du VIe au VIIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 28 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/13754 ; DOI : 10.4000/crm.13754

Haut de page

Auteur

Ghislaine Noyé

École des Chartes, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org