Navigation – Plan du site
L'Italia bizantina: una prospettiva economica

Un confesseur de mauvaise foi. Notes sur les exactions financières de l’empereur Léon III en Italie du Sud

Vivien Prigent
p. 279-304

Résumés

L’article s’attache à analyser le célèbre passage de la chronique de Théophane dédié à la politique fiscale de l’empereur Léon III en Italie du Sud, en se concentrant tout particulièrement sur la vexata quaestio de l’accroissement suppose de tout ou partie des taxes exigées de la population siculo-calabraise. Après un examen du cadre chronologique et des théories proposées jusqu’ici en révélant les limites ou l’incompatibilité avec ce que l’on sait par ailleurs du système byzantin du temps, l’article avance une hypothèse alternative mettant en avant les conséquences de la réforme monétaire orchestrée parallèlement par l’empereur. L’accroissement suppose des taxes ne serait que la reformulation des anciennes exigences dans le nouvel étalon monétaire de moindre valeur, d’où une hausse nominale des taxes.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

La date des mesures
La nature des réformes
Les hypothèses en présence
Objections aux interprétations précédentes
Tributa volant, scripta manent

Aperçu du texte

Il n’est guère fréquent que la numismatique, aride source auxiliaire s’il en est, puisse contribuer à éclairer la signification d’une source littéraire objet de polémiques. C’est pourtant à mon sens de l’étude de la monnaie que doit venir, contre toute attente, la lumière sur un passage aussi fameux que controversé de la chronique de Théophane le Confesseur.

Le passage en question n’est autre que celui dans lequel cet ardent défenseur de l’Orthodoxie décrit les réformes fiscales édictées par l’empereur Léon III en Sicile et en Calabre. Le ton en est très clairement polémique, l’empereur étant comparé aux pharaons, tyrans bibliques par excellence. Pour plus de clarté, je reproduis ici le texte de l’extrait :

Τότε ὁ θεομάχος ἐπὶ πλεῖον ἐκμανεὶς, Ἀραβικῷ τε φρονήματι κρατυνόμενος, φόρους κεφαλικοὺς τῷ τρίτῳ μέρει Σικελίας καὶ Καλαβρίας τοῦ λαοῦ ἐπέθηκεν. Τὰ δὲ λεγόμενα πατριμόνια τῶν ἁγίων καὶ κορυφαίων ἀποστόλων τῶν ἐν τῇ πρεσβυτέρᾳ Ῥώμῃ τιμωμένων, ταῖς ἐκκλησίαις ἔκπαλαι τελούμενα χρυσ...

Pour citer cet article

Référence papier

Vivien Prigent, « Un confesseur de mauvaise foi. Notes sur les exactions financières de l’empereur Léon III en Italie du Sud », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 28 | 2014, 279-304.

Référence électronique

Vivien Prigent, « Un confesseur de mauvaise foi. Notes sur les exactions financières de l’empereur Léon III en Italie du Sud », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 28 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/13750 ; DOI : 10.4000/crm.13750

Haut de page

Auteur

Vivien Prigent

CNRS – UMR 8167 Orient et Méditerranée, Paris Newton International fellowship Alumnus (British Academy)

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org