Navigation – Plan du site
L'Italia bizantina: una prospettiva economica

Ravenne : le déclin d’un avant-poste de Constantinople à la lumière de son monnayage (v. 540-751)

Cécile Morrisson et Bruno Callegher
p. 255-278

Résumés

L’évolution des frappes de l’atelier byzantin de Ravenne depuis la reconquête sur les Ostrogoths illustre le déclin des finances et de l’économie provinciales. En tant que siège de la préfecture d’Italie il produit pour un temps tout l’éventail de la monnaie d’or et poursuit la frappe de petites monnaies d’argent sur le modèle ostrogothique qui, comme le bronze, circulent largement au nord des Alpes et dans les ports de l’Adriatique. Les siliques donnent lieu a des imitations que l’on trouve en Ligurie byzantine et dans la plaine du Pô. Jusqu’à la fin du VIe siècle, Ravenne continue de frapper en quantités non négligeables dans les trois métaux. Son or est l’instrument des versements aux Francs et aux Lombards connus par les textes et confirmes par les trouvailles monétaires d’Europe centrale. A partir de la fin du VIe siècle, l’insécurité et la fragmentation croissantes entrainées par l’arrivée des Lombards, l’isolement et l’autonomie financière de l’atelier dans le cadre de l’exarchat expliquent l’irrégularité des émissions d’or et leur caractère limite. L’argent décline en faveur du tremissis. L’aire de diffusion se restreint. Le bronze retrouve une relative importance dans la seconde moitié du VIIIe siècle. Sa valeur différé de celle du follis de Constantinople qui ne parvient quasiment pas dans l’exarchat. Entre 650 et 751 la monnaie ravennate circule seulement dans l’hinterland naturel de la ville, la zone nord-adriatique et sa frontière alpine. Le rôle majeur est désormais tenu par la Sicile.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

L’évolution de la monnaie ravennate
De la réouverture de l’atelier jusqu’au règne de Maurice Tibère
Le VIIe siècle, de Phocas à Justinien II
Vers le contrôle Lombard (première moitié du VIIIe siècle)

Aperçu du texte

Au Ve siècle, lorsque Ravenne constituait l’ultima capitale d’Occidente, sa production monétaire connut un grand développement avec un apogée sous Valentinien III et un déclin sous ses successeurs. Le royaume ostrogoth lui redonna aux côtés de Rome un rôle de premier plan dans la frappe des trois métaux monétaires destinés au financement des dépenses publiques et principalement du coût de la guerre jusqu’en 540. De la reconquête byzantine jusqu’à la chute aux mains des Lombards en 751, la ville continua cette frappe diversifiée : l’or et l’argent dans la moneta auri dépendant du Comes Sacrarum Largitionum et probablement située près de l’église de Saint-Jean-l’Évangéliste, de Saint-Apollinaire-le-Neuf et de la Platea Maior, le bronze dans une moneta publica située au nord de la ville à proximité de la poterne d’Ovilio qu’Agnellus mentionne sous l’évêque Reparatus à la fin du VIIe siècle comme la moneta vetus. L’émission et l’usage d’un numéraire aussi divers entraînait naturellement...

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Morrisson et Bruno Callegher, « Ravenne : le déclin d’un avant-poste de Constantinople à la lumière de son monnayage (v. 540-751) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 28 | 2014, 255-278.

Référence électronique

Cécile Morrisson et Bruno Callegher, « Ravenne : le déclin d’un avant-poste de Constantinople à la lumière de son monnayage (v. 540-751) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 28 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 23 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/13747 ; DOI : 10.4000/crm.13747

Haut de page

Auteurs

Cécile Morrisson

CNRS – UMR 8167 Orient et Méditerranée, Paris Dumbarton Oaks, Washington DC

Bruno Callegher

Université de Trieste, Italie

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org