Navigation – Plan du site

Educazione linguistica di un giovane cortegiano, Camillo Castiglione

Roberto Vetrugno
p. 89-103

Résumés

Camillo Castiglione, premier-né de Baldassarre, ayant perdu sa mère Ippolita Torelli à l’âge de trois ans, a grandi à Mantoue sous la garde de sa grand-mère Aloisia Gonzaga. Son père, presque toujours absent parce qu’il s’était engagé dans une intense activité diplomatique à Rome pour le compte de la famille Gonzague, prenait soin de l’enseignement à distance de l’enfant; dans ses lettres il donnait des instructions sur les précepteurs, sur les instituteurs, sur les moniteurs d’équitation et sur les vêtements du jeune Camillo. Dans cette correspondance apparaissent les traces, domestiques et pédagogiques, de la volonté poursuivie dans Il Libro del cortegiano de former un parfait courtisan dès les premières années de la vie: des conseils sur l’élégance du vêtement, la posture à cheval, le comportement dans les occasions officielles, et surtout sur l’éducation linguistique, l’apprentissage du grec et la bonne prononciation de la langue vernaculaire. Nous publions la première lettre connue de Camillo (15 avril 1524), exemple d’écriture enfantine, déjà influencée par la phonétique et la morphologie de la Toscane.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Aperçu du texte

Propterea tibi adnitendum est ut me huiusce instituti non poeniteat: quod etsi fore non dubi<to>, volo tamen intelligas me hoc non leviter nec ut ceteri solent parentes optare, sed abs te tamquam debitum aliquod exigere. Hoc tu facile prestabis, si preceptorem quem amicorum diligentia optimum nactus es in parentis loco colueris, atque illius monitis ut par est obtemperaveris. Ego enim tam longe absens nihil habeo quod te admon<eam>, preterquam virgilianum illud, quod sine ostentatione ausim dicere: «Disce puer <virtutem> ex me verumque laborem, fortun<am e>x aliis».

Così Baldassar Castiglione si rivolgeva al primogenito Camillo nella sua epistola ai figli, otto mesi prima di morire a Toledo e a più di un anno dal sacco di Roma. Il riferimento al ruolo paterno del praeceptor è l’ultima raccomandazione e al contempo un estremo saluto di un padre che visse per lungo tempo (tam longe absens) lontano dai suoi figli. Una lontananza protratta non solo per la permanenza in Spagna degli ultim...

Pour citer cet article

Référence papier

Roberto Vetrugno, « Educazione linguistica di un giovane cortegiano, Camillo Castiglione », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 28 | 2014, 89-103.

Référence électronique

Roberto Vetrugno, « Educazione linguistica di un giovane cortegiano, Camillo Castiglione », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 28 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 27 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/13732 ; DOI : 10.4000/crm.13732

Haut de page

Auteur

Roberto Vetrugno

Nicolaus Copernicus University of Toruń

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org