Navigation – Plan du site

Franck Mercier et Martine Ostorero, L’énigme de la Vauderie de Lyon. Enquête sur l’essor de la chasse aux sorcières entre France et Empire (1430-1480)

Julien Véronèse
Référence(s) :

Franck Mercier et Martine Ostorero, L’énigme de la Vauderie de Lyon. Enquête sur l’essor de la chasse aux sorcières entre France et Empire (1430-1480), Florence, Sismel – Edizioni del Galluzzo (Micrologus’ Library, 72), 2015, 463 p.

ISBN : 978-88-8450-659-7

Texte intégral

  • 1 On peut extraire d’une bibliographie qui montre les avancées réalisées ces dernières années quelque (...)

1Dans ce nouveau volume de la Micrologus’ Library, Franck Mercier et Martine Ostorero, deux spécialistes accomplis des textes démonologiques du XVe siècle et de la genèse médiévale de la chasse aux sorciers et aux sorcières1, joignent leur expérience et leur talent pour lever le voile sur un épisode laissé pour compte jusqu’alors dans l’historiographie : celui de la Vauderie de Lyon, connu pendant longtemps par le biais d’une Vauderye de Lyonois en brief, un court texte latin (contrairement à ce que son titre semble indiquer) conservé dans un manuscrit de la BnF (lat. 3446) et édité par Joseph Hansen au début du XXe siècle, qui datait l’évènement des alentours de 1460. Or, au gré de leurs travaux respectifs, les deux historiens ont découvert deux autres témoins manuscrits (mss Trèves, Stadtbibliothek, 613, et Paris, BnF, Moreau n° 779) qui ont permis, avec l’aide de quelques autres documents inédits, de jeter un regard nouveau sur cette version lyonnaise de l’émergence et de la répression du sabbat et, par extension, sur les différentes formes d’action judiciaire menées contre les « sectes » de sorciers dans l’est et le nord de la France, ainsi qu’aux marges de l’Empire au cœur du XVe siècle. Irréprochables sur le plan méthodologique, les auteurs ont pris un malin plaisir à dévoiler leurs découvertes documentaires au gré des besoins de l’enquête, ménageant ainsi un suspens qui n’a de cesse de tenir en haleine un lecteur déjà passablement intrigué.

2Un premier chapitre présente dans le détail les trois témoins manuscrits dans l’ordre de leur découverte. Le manuscrit lat. 3446, qui est un recueil composite, fait cohabiter, sous l’égide d’une même main, la Vauderye avec la Recollectio sur la Vauderie d’Arras (mai-juin 1460) et des extraits du procès du prédicateur Guillaume Adeline, farouche adversaire de la réalité du sabbat (1453, Évreux). Cet ensemble codicologique, accompagné du traité de Jean Vincent contre les arts magiques (Liber adversus magicas artes), a été réuni avant ou au moment de leur entrée dans le couvent dominicain de Beaune fondé en 1477 et lié aux dominicains de Dijon et de Lyon (p. 20-21), parmi lesquels se recrutent nombre d’inquisiteurs actifs dans le royaume de France et à ses marges au XVe siècle. Le manuscrit de Trèves contient lui des textes des dominicains Nicolas Jacquier (vice-inquisiteur de Lyon) et de Jean Vinet, ainsi, évidemment, que le texte sur la Vauderie de Lyon sous le titre Articuli sub brevi compendio quorumdam modernorum infidelium apostatarum qui vulgariter Fascinarii dicuntur et dans une version augmentée ; l’ensemble a été copié en 1471. Enfin, le manuscrit Moreau 779, qui est un recueil de grands procès du XVIIe siècle, insère en son sein le texte en question sous le titre : Quedam extracta ex certis processibus […] in causa fidei super quadam horrenda et detestabili apostasia a fide seu secta, que Valdesia vulgariter seu faitturerie gallice nuncupatur […]. Quoi que la copie soit du milieu du XVIIe siècle, ce témoin s’avère en réalité, comme le révèle l’analyse interne, le plus proche de l’original (p. 52-53). Il est en outre accompagné d’une courte pièce supplémentaire inédite qui fait état des difficultés rencontrées par l’inquisition lyonnaise pour se saisir efficacement de cette affaire. Là se trouve donc le cœur du dossier.

3Le second chapitre livre l’édition, avec traduction française, du petit mémoire sur la Vauderie de Lyon. Fondée sur le manuscrit Moreau, elle livre une description saisissante d’une secte de sorciers se livrant à l’horrible sabbat et aux autres crimes communément imputés à ces apostats démonolâtres. Comme le souligne le chapitre 3, qui en livre une analyse serrée (notamment sur le plan lexical), ce texte, qui se borne à décrire le mal nouveau en soulignant son enormitas, appartient en réalité à la première génération des écrits sur le « fait », le « martinet », la « synagogue » ou le « sabbat » naissant, à l’instar, par exemple, des Errores gazariorum (vers 1346-1438). Son auteur affirme l’avoir rédigé en se fondant sur des enquêtes inquisitoriales, des procédures judiciaires, des dépositions et des aveux (p. 117). Si tous les éléments de l’imaginaire du sabbat s’y trouve (apostasie, sacrilège contre les sacrements, démonolâtrie, maléfices, etc.), il donne en particulier une saisissante description du diable (diabolus, p. 62-65), qui rend compte, en quelque sorte, d’une incarnation manquée. On peut conclure à ce stade que l’auteur est un clerc « soucieux d’une bonne et précoce instruction des fidèles et qui prône la nécessité de la prédication […] sans hésiter à recourir à l’ultime expérience, celle des bûchers » (p. 136-137), probablement issu, au vu de ces éléments, de l’ordre des Prêcheurs et plus particulièrement du couvent des dominicains de Lyon.

4Le chapitre 4 vise à apporter des pièces supplémentaires permettant de mieux contextualiser la rédaction. Il s’agit en premier lieu de la série d’articles qui s’ajoute au texte sur la secte dans le manuscrit Moreau, dont l’auteur se présente comme un inquisiteur qui a essayé d’œuvrer dans la région de Lyon à l’éradication du crime, mais qui s’est heurté à d’autres juridictions peu conciliantes en la matière, notamment celle de l’archevêque de Lyon, qui garde de manière générale des prérogatives importantes dans la capitale des Gaules dans la première moitié du XVe siècle. Il n’y a donc pas eu de collaboration efficace entre l’inquisition ici confiée aux dominicains et l’officialité. À tel point du reste que des jurisconsultes lyonnais (Guichard Bastier, Pierre Balarin et Jean de Bames) sont saisis pour former une commission de conciliation ‒ ce qui revient en quelque sorte à enterrer l’affaire ‒, avant que l’inquisiteur anonyme n’en appelle, sans aucun effet décisif là encore, à l’autorité royale. L’histoire de la Vauderie de Lyon serait donc plutôt celle d’un échec de l’inquisition, pour des raisons à la fois juridictionnelles, matérielles et politiques. Le texte sur la Vauderie deviendrait ainsi un moyen de le surmonter en montrant l’ampleur du péril et la nécessité de passer à l’extraordinaire sur le plan judiciaire. Reste à mieux le dater : les carrières des trois juristes, assez bien connues et dans chaque cas étroitement liées à l’Église de Lyon, le permet en partie : par recoupements, la période durant laquelle ils ont pu être consultés seraient à placer dans les années 1435/8-1446 (p. 161). À cela s’ajoute une supplique que le prieur du couvent des dominicains de Lyon, Thomas Girbelli, adresse au roi Charles VII au nom de l’inquisiteur de Lyon dont on apprend ainsi l’identité, Jean Tacot, du même coup probable auteur du mémoire sur la Vauderie, même si une rédaction plus collective est envisageable (p. 196). Celle-ci n’est pas datée, mais elle fait étroitement écho au propos de l’anonyme dans l’addendum à la Vauderie du manuscrit Moreau, comme le montre l’analyse interne (p. 180). Mieux même, en livrant le nom des deux dominicains, elle permet d’affiner la chronologie : Thomas Girbelli est prieur de 1432 à 1441, avant que Jean Tacot ne le remplace dans cette fonction. Au vu des éléments précédents, une rédaction à la fin des années 1430 se dégage donc progressivement, et elle est confirmée in fine par un réexamen de la bulle Ineffabilis summi providentia que le pape Eugène IV fulmine contre les invocateurs de démons, datée probablement de décembre 1437, dont l’original montre, ce que personne n’avait relevé auparavant, qu’elle avait un destinataire privilégié : le « très cher fils inquisiteur de la dépravation hérétique de Lyon dans le royaume de France, de l’ordre des Prêcheurs » (p. 187) ! On peut donc postuler que fort de l’appui pontifical, les dominicains ont été plus actifs sur le terrain de la répression de la sorcellerie démoniaque en terre lyonnaise, et que « la rédaction du traité de la Vauderye de Lyonois s’inscrirait alors dans le cadre d’une ultime offensive de l’inquisition lyonnaise pour essayer de renverser les derniers obstacles à l’installation de la chasse aux sorcières » (p. 191). Une dernière pièce versée au dossier le confirme peut-être : il s’agit d’une copie d’une sentence judiciaire datée du 23 mars 1439 et prononcée par la cour séculière de l’archevêque de Lyon contre quatre hérétiques, une procédure à laquelle a participé Thomas Girbelli en tant que « lieutenant de l’inquisiteur général ». Rien ne précise la nature de l’hérésie incriminée, mais ne serait-ce pas l’aboutissement d’une procédure contre la supposée « secte » sonnant comme un échec pour l’inquisition dominicaine et comme une forme de compromis pour la justice épiscopale ? Les années 1437-1439, qui correspondent peu ou prou à celles de la rédaction des premières descriptions du sabbat auxquelles la Vauderye se conforme, semblent désormais bien placées pour dater l’épisode, et les auteurs proposent même une rédaction après l’affaire de mars 1439 dans la mesure où la Vauderye et le memorandum de l’inquisiteur renvoient à une activité judiciaire concrète et manifestement en demi-teinte quant à ses résultats (p. 194-195).

5Les dominicains de Lyon figurant en première ligne dans cette chasse aux sorcières très largement avortée, le chapitre 5 vise à mieux mesurer le rôle des Prêcheurs lyonnais dans la diffusion des idées relatives aux nouvelles sectes démonolâtres et dans l’histoire des premières poursuites judiciaires. Parmi les individus notables qu’ont sans doute côtoyé Thomas Girbelli et Jean Tacot figure le catalan Raphaël de Cardona (ou Cerdona), disciple de Vincent Ferrier, que l’on trouve à Lyon en 1417, puis surtout au début des années 1430, après un passage en Suisse romande où il a été lié à l’inquisiteur Ulric de Torrenté ; ce prédicateur a par ailleurs été présent au concile de Bâle, où il a pu rencontrer Jean Nider, Martin Le Franc ou encore l’évêque Georges de Saluces, autant d’individus dont on connaît le rôle dans la diffusion de l’imaginaire du sabbat. Au-delà de son rôle probable d’informateur auprès des inquisiteurs lyonnais, a-t-il contribué à diffuser les traités de l’inquisiteur catalan Nicolas Eymerich défendant la juridiction de l’inquisition dominicaine, notamment en matière de poursuite des invocateurs de démons, face aux officialités et aux pouvoirs séculiers ? Il faut compter aussi avec d’autres dominicains lyonnais tels que Pierre Barre et surtout Jacques Mercier, présent au concile de Bâle entre 1431 et 1434, qui a peut-être été l’un des informateurs de Jean Nider, l’auteur du célèbre Formicarius (1436-1438), avec lequel il partageait des vues réformatrices. Quoi qu’il en soit, les dominicains lyonnais apparaissent au cœur d’un réseau qui a contribué à diffuser l’imaginaire du sabbat dans des espaces où différentes juridictions et différents pouvoirs se livraient une forte concurrence sur le terrain de la défense de l’orthodoxie. Si l’archevêque de Lyon Amédée de Talaru, avec l’aide du duc de Bourbon, défend ses prérogatives en la matière en s’en prenant aux juifs de Trévoux, puis en luttant contre les blasphémateurs (après 1437), les inquisiteurs dominicains auraient de leur côté tenté, en « fabriquant » le crime de sorcellerie démoniaque, de « conquérir [une] position centrale » dans ce jeu local et régional d’influence : « Nouvel objet criminel, nouveau terrain d’enquête, la sorcellerie démoniaque et sectaire devient, entre les mains de l’inquisition lyonnaise, un puissant levier pour déstabiliser l’ordre juridictionnel établi et surtout affirmer son autorité » (p. 257). Mais, en dépit de l’appel au roi dont l’autorité souveraine se renforce alors dans la région, l’échec est patent et l’inquisition lyonnaise se trouve pour longtemps marginalisée. La conjonction entre les intérêts de l’État monarchique et ceux de l’inquisition ne se réalise pas. On est ainsi loin de l’image d’Épinal d’une inquisition toute-puissante à la fin du Moyen Âge.

6Fort de tous ces apports nouveaux, l’enquête aurait pu être close à ce stade. Mais les auteurs mettent pour une part à profit leurs travaux antérieurs et pour une autre les acquis de l’historiographie pour dessiner une histoire comparée de la répression de la sorcellerie au XVe siècle permettant de mieux comprendre les facteurs qui expliquent la réussite ou l’échec des poursuites pour appartenance à la nouvelle secte des sorciers. Le magnifique chapitre 6 analyse différents cas d’espèce qui permettent d’élargir la perspective et de mieux mesurer l’échec manifeste de l’inquisition lyonnaise. À un office d’inquisition entravé sur la rive droite du Rhône répond à l’inverse une inquisition efficace dans le duché de Savoie. Y sévissent notamment les inquisiteurs franciscains Ponce Feugeyron et Bérard Trémey, ou encore le dominicain Ulric de Torrenté qui, chacun en leur temps et dans leur juridiction, obtiennent le plein soutien d’Amédée VIII/Félix V, dont, de manière générale, la souveraineté émergente s’appuie sur une volonté de purification rigoureuse de ses terres, dont témoigne la législation ducale (p. 297) ; « le combat contre l’hétérodoxie est un moyen pour le duc de Savoie d’affirmer un pouvoir souverain, en prétendant lutter pour l’intégrité de la majesté divine et humaine » (p. 299). Le contraste avec Lyon et le royaume de France est à cet égard saisissant. C’est également vrai avec le Dauphiné, notamment entre 1424 et 1445, où l’on assiste à une répression féroce dominée par le juge-mage Claude Tholosan, auteur vers 1436 du Ut magorum et maleficiorum errores. C’est ici la justice delphinale, et donc séculière, qui se trouve en position de force, assimilant la nouvelle hérésie au crime de lèse-majesté. Comment ne pas y voir une volonté d’accélérer l’intégration de cette ancienne terre d’Empire en marge du royaume « très chrétien », une nécessité qui, par comparaison, n’avait pas lieu d’être à Lyon et du « bon » côté du Rhône, comme du reste ailleurs dans le royaume, où la répression du délit de vauderie semble mise sous l’éteignoir ? Dans tous les cas, la volonté dont fait montre (ou non) le pouvoir politique apparaît comme un facteur déterminant de l’activité judiciaire, notamment des inquisiteurs.

7Enfin, le volume s’achève par un 7e chapitre qui revient aux manuscrits de la Vauderie de Lyon pour mieux inscrire les versions qu’ils transmettent dans le contexte local de rédaction et ainsi comprendre les infléchissements progressifs du texte. Le poids de la Vauderie d’Arras se fait sentir dans le cas du manuscrit de Paris lat. 3446 (d’où le titre français Vauderye en Lyonois donné au texte), que l’on peut rattacher à la région de Lyon et à la Bourgogne, quand la version quelque peu augmentée du manuscrit de Trèves, qui insiste notamment sur la participation de clercs à la secte (p. 74-77) et sur le démon familier que possèderait chacun des membres de la secte (p. 78-79), témoigne de la réception en terre d’Empire, une vingtaine d’années avant une flambée locale de la répression.

8Il faut encore compter avec la publication en annexes, avec traduction française, de toutes les pièces du dossier, ce qui achève de faire de ce livre une pièce maîtresse de l’historiographie sur la répression de la sorcellerie démoniaque au XVe siècle. Si l’inquisition joue son rôle, « l’inégale intensité de la persécution dans tout l’espace qui s’articule autour du vaste diocèse de Lyon procède prioritairement d’une logique politique. Étroitement liée à la défense d’une puissance souveraine, la répression de la sorcellerie comme crime de majesté ne se développe vraiment que dans les territoires où de nouveaux pouvoirs, de type souvent princier ou séculier, doivent encore lutter pour imposer leur autorité » (p. 392). Les cas du Dauphiné ou de la Savoie, selon des modalités différentes, le montrent d’autant mieux que l’échec de dominicains lyonnais sans véritable soutien politique est patent et que la Vauderie de Lyon a bien failli de ce fait passer aux oubliettes de l’histoire.

Notes

1 On peut extraire d’une bibliographie qui montre les avancées réalisées ces dernières années quelques études essentielles : F. Mercier, La Vauderie d’Arras. Une chasse aux sorcières à l’Automne du Moyen Âge, Rennes, 2006 ; M. Ostorero, « Folâtrer avec les démons ». Sabbat et chasse aux sorciers à Vevey (1448), Lausanne, 1995 ; Ead., Le diable au sabbat. Littérature démonologique et sorcellerie (1440-1460), Florence, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Véronèse, « Franck Mercier et Martine Ostorero, L’énigme de la Vauderie de Lyon. Enquête sur l’essor de la chasse aux sorcières entre France et Empire (1430-1480) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 06 octobre 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/13544

Haut de page

Auteur

Julien Véronèse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org