Navigation – Plan du site

Brînduşa Grigoriu, « Amor » sans « desonor » : une pragmatique pour Tristan et Yseut

Mathilde Grodet
Référence(s) :

Brînduşa Grigoriu, « Amor » sans « desonor » : une pragmatique pour Tristan et Yseut, Craiova, Editura universitaria, 2013, 303 p.

ISBN 978-606-14-0580-0

Texte intégral

1Cet ouvrage est l’édition d’une thèse préparée par Brînduşa Grigoriu à l’université de Poitiers en cotutelle avec l’université « Alexandru Ioan Cuza » de Iaşi et soutenue en 2010. Il propose de renouveler la lecture des romans tristaniens par le biais de la pragmatique. Le titre de l’ouvrage annonce le double objectif de l’auteur : interroger la résolution d’une tension entre amour et déshonneur dans les romans tristaniens et étudier ces derniers selon une méthode pragmatique héritée de la sociologie.

2L’auteur applique aux récits tristaniens le concept de face-work, c’est-à-dire de figuration, mis au point par le sociologue américain Erving Goffman dans les années soixante et transposé dans le domaine de la linguistique par Penelope Brown et Stephen Levinson, puis par Catherine Kerbrat-Orecchioni. Il s’agit de considérer l’intérêt d’image des amants de Cornouailles, la façon dont ils ménagent leur « face positive », à savoir l’image de soi publique et construite, et leur « face négative », qui correspond, pour faire simple, aux territoires personnels de chacun (l’intimité, l’autonomie…). Ces faces sont constamment menacées par des face threatening acts, mais aussi valorisées par des face flattering acts. Le travail de Brînduşa Grigoriu porte sur un corpus cohérent de trois romans français des XIIe et XIIIe siècles, ceux de Béroul, de Thomas et la Vulgate du Tristan en prose. L’auteur a choisi d’étudier successivement les trois œuvres, offrant de fait trois monographies. Cette construction permet de dégager les spécificités de chaque œuvre, mais ne met pas clairement en évidence les permanences et les dissemblances entre les versions de la légende. À charge pour le lecteur de confronter les textes, aidé par la structure parallèle de chacune de ces monographies, l’auteur offrant d’abord un aperçu rapide des faces des héros, avant de porter son attention essentiellement sur deux épisodes majeurs de leur histoire, ceux de l’absorption du philtre et de la mort des amants. La première partie consacrée au roman de Béroul insiste sur l’importance des faces positives des héros, en particulier d’Yseut, mais aussi de Marc, ce qui est plus original, et sur les efforts des amants pour les sauvegarder. Les passages sur le retour à la cour d’Yseut donnent lieu à des analyses pertinentes de la vie sociale (p. 104-109). En revanche nous ont semblé moins convaincantes les pages consacrées au philtre (p. 50-58), presque absent de l’unique manuscrit du roman qui nous soit parvenu et dont la fonction nous paraît sur-interprétée. Dans le roman de Thomas, l’accent est mis sur les faces négatives des personnages, parfois difficiles à concilier entre elles. La question du désir et du plaisir érotiques est notamment posée d’intéressante façon (p. 135-145). C’est dans la dernière partie de son ouvrage, portant sur le Tristan en prose, qu’apparaît le plus clairement le point de vue de Brînduşa Grigoriu selon lequel l’amour est une figuration, peut-être parce que dans ce roman, bien plus que dans les autres, la satisfaction de la face négative des héros ne contrarie pas l’épanouissement de leur face positive ; bien au contraire, elle la valorise. Dans ce dernier chapitre, la démonstration de l’évolution du personnage d’Yseut qui s’affirme au fil du roman a notamment retenu notre attention.

3Le propos de l’auteur repose sur une documentation rigoureuse et une excellente connaissance des œuvres. Il gagne en clarté et en pertinence au fil des pages pour se révéler tout à fait convaincant dans la troisième partie. Toutefois le postulat de départ de Brînduşa Grigoriu selon lequel Tristan et Yseut « aspirent, avant tout, à l’amor sans desonor, autrement dit, à s’aimer dans perdre la face, sur toutes les scènes du roman » (p. 23) aurait mérité d’être discuté. Affirmer que « la présentation de soi est un impératif tristanien » (p. 23) nous paraît quelque peu rapide. Le fait que les amants tentent de ménager à la fois leur amour pour l’autre et leur amour-propre aux yeux du monde n’est pas spécifique à Tristan et Yseut. Quelle différence sur ce point entre les amants de Cornouailles et les amants adultères des œuvres de la même époque ? S’il y a une particularité propre aux romans de Tristan dans le traitement de l’antagonisme supposé entre amor et desonor, elle pourrait peut-être se situer davantage au sein même du couple dans les moments où les héros, justement, ne parviennent plus à « faire bonne figure », à ménager leur honneur public et leurs sentiments intimes. À ce niveau nous ne parlerions pas d’amor sans desonor, mais plutôt d’amour malgré le déshonneur pour ces amants qui continuent de s’adorer bannis et amaigris dans la forêt ou défigurés par de vils déguisements. Cette divergence dans l’appréciation des œuvres, très subjective au demeurant, ne nous a pas empêchée de lire avec curiosité et intérêt l’ouvrage de Brînduşa Grigoriu, dont le principal mérite tient à l’originalité de l’approche pragmatique dans le champ des études médiévales où cette démarche demeure rare. Enfin nous avons été sensible à l’enthousiasme avec lequel elle a travaillé : son plaisir d’étudier les romans de Tristan, son plaisir d’écrire aussi, même si son style très particulier peut déconcerter. Malgré quelques réserves concernant l’interprétation des œuvres, qui relèvent, répétons-le, d’une lecture personnelle des romans, nous saluons l’audace de Brînduşa Grigoriu et partageons avec elle le plaisir de « conter de Tristan ».

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Grodet, « Brînduşa Grigoriu, « Amor » sans « desonor » : une pragmatique pour Tristan et Yseut  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 06 octobre 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/13541

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org