Navigation – Plan du site

Adrian Armstrong, The Virtuoso Circle. Competition, Collaboration, and Complexity in Late Medieval French Poetry

Estelle Doudet
Référence(s) :

Adrian Armstrong, The Virtuoso Circle. Competition, Collaboration, and Complexity in Late Medieval French Poetry, Tempe, Arizona Press University (« Arizona Center for Medieval and Renaissance Studies » 415), 2012, 202 p.

ISBN 978-0-86698-463-8

Texte intégral

1Sous la forme enlevée d’un ouvrage de deux cents pages, Adrian Armstrong propose à la fois un essai et une somme. Un essai dans la mesure où il s’agit de reconsidérer la virtuosité souvent reprochée aux poètes de la fin du Moyen Âge et de la lire désormais non comme une superfluité ostentatoire, mais comme le signe d’un savoir, voire comme un savoir lui-même. Une somme parce que l’objectif est de renouer les fils d’une histoire littéraire longtemps disjointe, celle du XVe siècle, en montrant comment, des épigones d’Alain Chartier aux Rhétoriqueurs des guerres d’Italie en passant par la cour de Blois de Charles d’Orléans, ne se joue pas quelque obscur passage de la poésie médiévale à la lyrique renaissante. Une culture cohérente et complexe du vers se déploie au contraire, qui nourrira encore l’œuvre d’un Clément Marot.

2Une hypothèse forte soutient l’ouvrage, qu’Adrian Armstrong a défendue dans d’autres travaux, certains récemment traduits (A. Armstrong et S. Kay, Une Muse savante? Poésie et savoir, du Roman de la Rose jusqu'aux Grands Rhétoriqueurs, Paris, Classiques Garnier, 2015) : il faut prendre au sérieux les définitions, circulant en moyen français depuis au moins Machaut, de la poésie en tant que « science ». Elle est en effet un savoir expert dont les composants – mètres, rimes, métaphores, etc. – doivent être acquis, testés, maîtrisés, permettant à leurs utilisateurs de s’affirmer « auteurs », ensemble ou bien les uns contre les autres.

3Cette hypothèse est mise à l’essai, au fil du livre, par de fines lectures des structures métriques travaillées par les interlocuteurs de Charles d’Orléans par exemple, ou par une évaluation de l’efficacité en quelque sorte balistique des rimes choisies par Jean Nicolai, adversaire de Jean Molinet lors d’un échange belliqueux suscité par la bataille de Guinegatte à la fin du XVe siècle. Adrian Armstrong prend au sérieux une dimension souvent minorée des études littéraires, la versification. Il montre qu’elle n’est pas le support technique d’une signification qui lui serait extérieure, mais qu’elle signifie en tant que mode de connaissance.

4Ce que nous pourrions appeler l’approche épistémologique de la poésie, qui dépasse la dimension purement ludique qui a parfois été associée à la virtuosité et aux échanges entre poètes, n’est en rien déconnectée d’une approche socio-culturelle familière aux lecteurs de Bourdieu et aux amateurs de la notion de « champ  (que l’auteur, sans l’ignorer, utilise peu). The Virtuoso Circle interroge en effet des circulations stylistiques en les replaçant au sein des groupes d’hommes qui les ont impulsées. Les querelles qui fleurissent au XVe siècle, Querelle de la Belle Dame sans mercy autour de Chartier ou du Lion Rempant autour de Chastelain, ou encore les recueils collectifs, de l’album du duc d’Orléans au codex de Saint-Pétersbourg qui signe l’entrée de Jean Lemaire de Belges au service de la cour de France après la bataille d’Agnadel, apparaissent de ce fait comme des phénomènes cohérents. Malgré leur diversité, ils témoignent d’un mode collaboratif de production littéraire. Ce dernier s’exprime par des manuels de pratique, tels que les Arts de seconde rhétorique en cours de réédition actuellement. Sa construction à la fois codifiée et expérimentale est mise à l’essai pendant les disputes. Ses enjeux s’adaptent enfin aux circonstances de sa mise en œuvre, tantôt projet commun d’un cercle complice, tantôt terrain d’affrontement entre compétiteurs, voire entre ennemis politiques.

5Les chapitres qui testent cet argument sont au nombre de quatre. Ils s’articulent autour d’œuvres généralement bien connues mais relues à cette lumière. Les deux premiers soulignent le rôle primordial joué au début du XVe siècle par Alain Chartier. L’influence de Chartier dans la publication agonistique du savoir poétique est cruciale, que ce savoir soit associé à la courtoisie (la Querelle de la Belle Dame) ou à la morale (Lai de Paix et Bréviaire des Nobles de Chartier décalés en Lai de Guerre par Pierre de Nesson et en Psaultier des Vilains par Michault Taillevent). On pourrait d’ailleurs se demander si la culture compétitive dans laquelle évolue l’œuvre française de Chartier a un lien avec l’implication de ce dernier dans les cénacles humanistes du début du XVe siècle, qui favorisent le même fonctionnement en latin. Le chapitre 3 offre une relecture du « concours de Blois » autour de Charles d’Orléans. Son exceptionnalité ne réside pas, selon Adrian Arsmtrong, dans la mise en scène de la collaboration poétique mais dans les expérimentations stylistiques que cette dernière permet. Enfin le dernier chapitre met en perspective la permanence de ces « querelles » chez les Grands Rhétoriqueurs de la fin du XVe siècle. Les enjeux épistémologiques de la virtuosité se mêlent alors à des impératifs partisans liés aux conflits entre France et Bourgogne. Une conclusion fournie invite à lire dans la même perspective les carrières de Gringore, Lemaire ou Guillaume Crétin au début du XVIe siècle.

6On ne peut que souligner l’intérêt que présente ce petit livre riche et varié pour les spécialistes du XVe siècle. Sa problématique originale pourra toucher plus généralement tous ceux qui travaillent sur l’histoire des pratiques littéraires, entre stylistique et sociologie.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « Adrian Armstrong, The Virtuoso Circle. Competition, Collaboration, and Complexity in Late Medieval French Poetry », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2012, mis en ligne le 14 juillet 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/13522

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org