Navigation – Plan du site

François Rabelais, Almanach pour l’an M.D.XXXV, texte découvert et édité par Alessandro Vitale-Brovarone

Raphaël Cappellen
Référence(s) :

François Rabelais, Almanach pour l’an M.D.XXXV, texte découvert et édité par Alessandro Vitale-Brovarone, Paris, Classiques Garnier (« Les Mondes de Rabelais » 3), 2014, 157 p.

ISBN 978-2-8124-3316-0

Texte intégral

  • 1 Avec une mise en page soignée qu’Alessandro Vitale-Brovarone a raison de mettre en avant (p. 25), p (...)

1La parution de l’Almanach pour l’an 1535, texte qu’on pensait à jamais perdu, est un événement pour les études rabelaisiennes. Pour l’occasion, le livre qui renferme ce texte se pare d’atours d’une richesse qu’on trouve rarement dans les éditions scientifiques actuelles. La couverture rouge des éditions des Classiques Garnier est ornée d’une élégante jaquette blanche qui donne à voir la page de titre originale de cet Almanach paru chez l’imprimeur lyonnais François Juste, signé « par maistre Francoys Rabelais docteur en medicine & medicin du grand hospital dudict Lyon »1, et en dessous un étrange emblème qui n’est autre que le blason d’éditeur de Rabelais. L’aspect extérieur est beau, mais « fault ouvrir le livre », comme disait Alcofribas dans le prologue de Gargantua. S’y déploient une double introduction, en français puis en italien, langue naturelle d’Alessandro Vitale-Brovarone, découvreur avec deux de ses étudiantes de l’Almanach, une transcription annotée du texte respectant l’apparence bicolore (impression en noir et rouge) de l’original et reproduisant tous les signes gravés qu’on trouve dans une parution de ce genre. À la suite de la transcription se trouvent un fac-similé, puis en annexe quelques clichés des originaux de cet étrange livre, un utile glossaire, un index des saints et fêtes, ainsi qu’une brève bibliographie. Les réjouissances ne s’arrêtent cependant pas là : deux « feuilles volantes » sont adjointes à la fin du livre, l’une comprenant un fac-similé de la feuille de l’Almanach telle qu’elle se présente après passage sous la presse, avant le pliage et la découpe qui permettent d’obtenir les deux cahiers du texte, l’autre comportant les deux cahiers séparés et pliés, ne restant plus au lecteur qu’à faire l’ultime découpage pour lire l’Almanach sous sa petite forme originelle in-16°. Le lecteur a donc en main un beau livre, résultat d’un lent travail conjuguant les efforts d’un éditeur scientifique et d’une maison d’édition, que Rabelais, homme d’atelier s’il en fut, n’aurait pas renié.

2Livre rare donc, pour une découverte passionnante que l’éditeur s’attache à narrer dans les premières pages de son édition. Depuis le XVIIe siècle et les indications fournies par Antoine Le Roy et Pierre-Daniel Huet, on sait que Rabelais a donné bien des almanachs, textes dont les originaux ont presque tous disparu. Seul était conservé de manière fragmentaire un Almanach pour l’an 1541. C’est à l’occasion d’un travail de préservation et de catalogage des livres faisant suite aux inondations qui avaient touché, en 1994, la bibliothèque du Séminaire d’Alessandria, que neuf copies de l’Almanach pour 1535 ont été découvertes ; elles servaient auparavant de feuillets de garde dans les reliures de textes juridiques de Giason del Maino, volumes imprimés – et la chose n’est pas hasardeuse – à Lyon, chez Sébastien Gryphe, imprimeur attitré de Rabelais pour ses publications savantes. À partir de ces neuf copies présentant toutes des défauts, des lacunes, a pu être restaurée virtuellement une copie la plus complète possible, qui fait l’objet de l’édition des Classiques Garnier.

  • 2 Alessandro Vitale-Brovarone passe très rapidement sur le sens de ce blason et sur le travail d’édit (...)

3Après l’intéressant récit de sa découverte, Alessandro Vitale-Brovarone propose de convaincantes hypothèses permettant d’expliquer comment les volumes du juriste ont pu se retrouver en Italie. Il présente ensuite les feuilles de l’Almanach telles qu’elles ont été découvertes et explique, croquis très pédagogiques à l’appui, la manière dont doit être pliée et coupée la feuille imprimée pour qu’elle puisse devenir l’opuscule que consultaient les lecteurs du XVIe siècle. Ce petit livre comporte diverses signatures rabelaisiennes puisqu’en plus de la paternité revendiquée sur la page de titre sont imprimés sous le colophon le blason d’éditeur de Rabelais2 et sa signature gravée, obligation légale à l’époque, et ce pendant tout le siècle, pour le genre de l’almanach. À la suite des données matérielles, l’éditeur décrit et explique le contenu de l’Almanach. Cette dernière partie de l’introduction suscitera quelques réserves à la fois dans le détail et quant au projet d’ensemble.

  • 3 E. Lacore Martin, « Les marginalia du volume BnF RES-G-2108 (1) et (2) », Études rabelaisiennes, Ge (...)
  • 4 R. Menini, Rabelais altérateur, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 1034.
  • 5 Découverte rapportée par Julien-Henri L’Hermitte, « Le plus vieil Almanach manceau connu », Bulleti (...)
  • 6 Nous prenons comme exemple l’édition du Grant kalendrier et compost des Bergiers paru à Troyes chez (...)

4Commençons par une simple broutille : on peut s’étonner qu’Alessandro Vitale-Brovarone, lorsqu’il évoque les « notes autographes » (n. 2, p. 32) de Rabelais sur un exemplaire du De annis et mensibus de Giraldi, preuve selon lui de l’intérêt du Chinonais pour les détails de rédaction d’un calendrier, n’évoque pas l’étude exhaustive qu’Emmanuelle Lacore Martin a consacrée aux notes de cet exemplaire3. Surtout, il serait nécessaire d’être plus prudent car l’attribution de ces annotations à Rabelais a été récemment mise en doute par Romain Menini4. Dans ces ultimes pages de l’introduction, l’éditeur présente sobrement les indications que fournit l’Almanach et s’intéresse surtout aux saints choisis à chacune des dates du calendrier en mettant principalement en valeur les désignations inattendues, aspect sur lequel reviennent également la plupart des notes de l’édition du texte en lui-même. L’enquête est particulièrement délicate et on sait gré à Alessandro Vitale-Brovarone de pointer bien des difficultés, qu’elles proviennent de coquilles d’impression vraisemblables ou de choix plus étonnants. En revanche, on regrettera qu’il n’ait pas tiré profit de deux almanachs conservés, presque contemporains de celui de Rabelais – pour l’an 1534 –, l’un paru à Lyon et vendu chez Huguetan, également auteur du texte (exemplaire fragmentaire numérisé sur Gallica), l’autre paru à Paris chez Jacques Nyverd, dont le titre est Almanach Jehan de Lespine Docteur en medicine Cacule [sic] soubz le meridional de la cite et ville Dumans, pais et autres villes circonvoysines. Pour Lan mil cinq cens trente et quatre (exemplaire complet, numérisé sur le site de la BM du Mans, où il est conservé)5. En comparant le texte de Rabelais avec ce très – trop – léger corpus, la teneur de certaines remarques ou notes aurait pu être remise en perspective et modifiée. Ainsi, on trouve déjà « l’erreur » (mais est-ce vraiment le bon mot ?) de l’indication Salme pour Salvius (11 janvier) dans ces deux autres almanachs (et Saline confesseur dans les Calendriers des Bergers de l’époque6) ; Omer (19 janvier) est déjà chez Huguetan ; Premier (2 mars) est présent chez Jean de Lespine sous la forme s. prime ; pour Sabine à la place de Balbine (31 mars), on doute qu’il y ait un jeu de mots comme Alessandro Vitale-Brovarone l’envisage de manière hypothétique (p. 40-41 et n. 5, p. 91), puisque Sabine est également la version imprimée dans l’Almanach du Mans (et saincte Sabine vierge dans les Calendriers des Bergers) ; etc. Nous ne poursuivrons pas davantage cette entreprise de comparaisons systématiques de peur de rendre ce compte-rendu totalement indigeste. C’est en revanche un travail indispensable pour mieux distinguer les versions communes à l’époque – qui suivent des modèles antérieurs – des coquilles d’imprimerie les plus manifestes et des choix plus proprement rabelaisiens, avec tous les doutes qui s’imposent malgré tout. À défaut de pouvoir reconstituer parfaitement la manière dont Rabelais a élaboré son calendrier, tâche quasiment inenvisageable tant le corpus des almanachs est mal conservé, il est possible de s’en approcher davantage que ne l’a fait Alessandro Vitale-Brovarone.

5La dernière réserve que nous pourrions avoir sur cette édition concerne la modestie revendiquée de l’introduction et des notes. Le lecteur reste sur sa faim en n’y trouvant que peu d’efforts de remise en contexte du genre de l’almanach sur le plan de l’histoire des mentalités, de la connaissance scientifique des astres ou des enjeux médicaux de la pratique astrologique par exemple. Certes, on peut comprendre qu’Alessandro Vitale-Brovarone préfère ne pas s’avancer dans un domaine qui n’est pas le sien mais le lecteur ignare en cette matière – ce qui est notre cas – referme le livre quelque peu frustré ; l’entreprise d’une édition indépendante de ce très court texte semblait être l’occasion idéale pour de telles mises au point. Le texte sur lequel se referme l’Almanach, auparavant connu par la copie manuscrite d’A. Le Roy au XVIIe, décisif quant aux idées qu’il expose (et qui s’affiche comme la seule caution « littéraire » ou « philosophique », si l’on peut dire, d’un texte essentiellement scientifique, technique et pratique) n’est en ce sens pas vraiment commenté dans l’introduction.

6Malgré ces quelques réserves, remercions Alessandro Vitale-Brovarone d’avoir édité son exceptionnelle découverte, qui prouve que l’espoir est toujours permis de voir ressurgir des textes disparus, et d’en avoir offert une présentation très honnête, un peu trop modeste sans doute, mais c’était le risque encouru face à un texte si particulier.

Notes

1 Avec une mise en page soignée qu’Alessandro Vitale-Brovarone a raison de mettre en avant (p. 25), puisqu’au titre en lui-même, imprimé en caractères gothiques (textura puis bâtarde), succèdent le nom de l’auteur et sa fonction, imprimés en lettres rondes.

2 Alessandro Vitale-Brovarone passe très rapidement sur le sens de ce blason et sur le travail d’éditeur de Rabelais à cette époque à Lyon, renvoyant à un ouvrage à paraître de Claude La Charité, qui se chargera d’étudier en détail cette partie des activités de Rabelais.

3 E. Lacore Martin, « Les marginalia du volume BnF RES-G-2108 (1) et (2) », Études rabelaisiennes, Genève, Droz, t. XLVI, 2008, p. 37-75.

4 R. Menini, Rabelais altérateur, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 1034.

5 Découverte rapportée par Julien-Henri L’Hermitte, « Le plus vieil Almanach manceau connu », Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, 1924, p. 156-165.

6 Nous prenons comme exemple l’édition du Grant kalendrier et compost des Bergiers paru à Troyes chez Nicolas Le Rouge en 1529 (exemplaire numérisé sur Gallica).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Cappellen, « François Rabelais, Almanach pour l’an M.D.XXXV, texte découvert et édité par Alessandro Vitale-Brovarone  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 14 juillet 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/13505

Haut de page

Auteur

Raphaël Cappellen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org