Navigation – Plan du site

De l’oral à l’écrit. Le dialogue à travers les genres romanesque et théâtral, études réunies par Corinne Denoyelle

Estelle Doudet
Référence(s) :

De l’oral à l’écrit. Le dialogue à travers les genres romanesque et théâtral, études réunies par Corinne Denoyelle, Orléans, Paradigme (« Medievalia » 80), 2013, 368 p.

ISBN 978-2-86878-299-1

Texte intégral

1Ce recueil de dix-sept articles propose un éclairage sur une question désormais habituelle des études médiévales : la convergence des expressions narratives et dramatiques dans les textes vernaculaires du XIe au XVe siècle. La complexité d’une telle articulation est notamment due, on le sait, à l’importance de la performance dans la communication « littéraire » à cette époque. On peut d’ailleurs se demander si les catégories que nous continuons à utiliser pour distinguer le « théâtre » de la « narration » ne sont tout simplement pas des obstacles pour comprendre ce qui se joue véritablement dans les textes médiévaux. La question, justement soulevée par Jelle Koopmans dans un article consacré à la forme du dialogue (« Mise en jeu, mise en scène du dialogue », p. 99-115), mérite d’être posée et on regrette un peu que l’introduction la suggère sans l’affronter réellement. Par prudence peut-être, le volume ne prétend pas aborder le problème de la validité des catégories critiques, mais, en partant d’elles, invite à découvrir de multiples approches d’un phénomène pluri-dimensionnel et complexe. Les contributions couvrent donc un large empan chronologique, du XIIe au XVIe siècle. Elles étudient des expressions diverses (roman, poésie, traités didactiques et spirituels, jeux dramatiques – avec une place curieusement peu importante laissée à l’épopée, malgré l’article de Dorothea Kullmann, « Défier l’autorité, la confrontation avec le seigneur dans l’épopée, le roman et le drame », p. 185-205) grâce aux méthodes linguistiques ou littéraires. Essentiellement dédiées au français, elles s’ouvrent cependant à d’autres langues, le néerlandais, le catalan, ou à des dialectes régionaux, en observant les relations qu’ils nouent avec le français à travers le dialogue.

2L’itinéraire du volume va globalement du questionnement des écritures inscrivant l’échange dialogué dans leurs économies narratives vers l’analyse de dialogues autonomes destinés à la scène et à leur fonctionnement lui-même dialogique. Néanmoins c’est au lecteur, guidé par l’introduction, de reconstituer ce parcours que l’absence de plan ou d’axes synthétiques explicitement donnés au volume laisse parfois assez confus. Malgré cette lacune, on peut distinguer trois lignes de force articulant les contributions.

3Un premier ensemble d’articles étudie ce que Francis Gingras nomme « l’inscription de la voix » dans des œuvres revendiquant leur statut d’écrits. L’une des questions partagées par les chercheurs est l’impact, réel ou attendu, d’un tel dispositif sur les récepteurs des textes. Les contributions d’Evelyn Birge Vitz (« Theatricality and its limits », étude des relations entre dialogue et voix narrative chez Chrétien de Troyes, p. 27-44), de Chantal Connochie-Bourgne (« Ce que la forme dialoguée fait au traité didactique », sur Placidés et Timeo, p. 45-67), de Frank Brandmas (« The Middle Dutch Lancelot translators… », p. 69-84), de Francis Gingras (« Les marques du dialogue dans la tradition manuscrite des fabliaux », p. 85-98), mais aussi, dans une certaine mesure, d’Isabelle Arseneau (« Parler pour ne rien dire. Inefficacité de la parole lyrique dans le Roman de la Violette et sa mise en prose », p. 223-239) viennent donner des points de vue variés sur ces questions.

4Le deuxième ensemble est ouvert par l’article de Jelle Koopmans, l’un des seuls à interroger l’existence d’un genre du dialogue qui subsumerait – ou, pour le moins, décalerait – les enquêtes menées par les chercheurs sur la confrontation des écritures narratives et dramatiques. Plusieurs contributions s’attachent à examiner cette rencontre à travers le double processus de dramatisation et de narrativisation : celles de Michel Rousse, qui revient ici sur son hypothèse piquante du passage du théâtre au fabliau, et non – comme il est généralement admis – l’inverse (« Le dialogue : du théâtre au fabliau », p. 118-140), de Dorothea Kullmann, déjà citée, et d’Evelyne Oppermann-Marsaux sur les modifications des interjections du récit à la scène (p. 283-300) ; l’étude inspirante de Michèle Gally sur Adam de la Halle (« La parole dramatisée d’Adam », p. 207-221) ; celle de Pierre Kunstmann sur les Miracles de Nostre Dame (« Le dialogue dans les Miracles de Nostre Dame narratifs et dramatiques », p. 241-257) ; enfin le bel article que Denis Hüe consacre au continuum des procès de Paradis, dont il montre l’étonnante permanence diachronique et géographique, et la complexité des enjeux tant théologiques que communicationnels (« Autour de l’Advocacie Nostre Dame : de la narration à la dramatisation » p. 141-168).

5Un troisième ensemble questionne enfin la polyphonie du dialogue, au sens à la fois concret et métaphorique du terme. Une des perspectives est ici d’explorer la béance sémantique que creuse dans un texte un dialogue tronqué, insignifiant ou sans objectif clair. C’est sur ce problème que se penchent tour à tour Madeleine Jeay (« La violence de la métaphore », p. 169-183), Michèle Gally et Isabelle Arseneau. Une autre voie explore des dialogues plus autonomes, associés en général à l’expression dramatique. Ils se déploient dans une pluralité : soit grâce au plurilinguisme, étudié par Chris Piuma à travers le roman catalan La Faula, utopie dont les acteurs sont dotés de miraculeuses capacités de communication polyglotte (p. 259-267), et par Juliette Valcke via le théâtre en partie dialectal de la Mère Folle de Dijon (p. 269-282) ; soit, sur scène, en expérimentant des formes particulières, tels que le chœur (Mario Longtin sur le Mystère de sainte Barbe en cinq journées, p. 301-326) ou le polylogue (Corinne Denoyelle, « La construction des dialogues à plusieurs personnages au théâtre », p. 327-349).

6Même si on aurait souhaité une présentation plus claire de cet éventail d’approches et même si les pistes frayées sont plus ou moins neuves, leur diversité et les suggestions apportées par certaines des contributions font de ce volume une lecture enrichissante.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « De l’oral à l’écrit. Le dialogue à travers les genres romanesque et théâtral, études réunies par Corinne Denoyelle  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 14 juillet 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/13496

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org