Navigation – Plan du site

Philippe de Mézières, Songe du viel pelerin, édition critique établie par Joël Blanchard, avec la collaboration d’Antoine Calvet et de Didier Kahn

Franck Collard
Référence(s) :

Philippe de Mézières, Songe du viel pelerin, édition critique établie par Joël Blanchard, avec la collaboration d’Antoine Calvet et de Didier Kahn, Genève, Droz (« Textes littéraires français »), 2015, 2 vol., 1909 p.

ISBN : 978-2-600-01835-7

Texte intégral

1Qui mieux que Joël Blanchard, co-auteur d’une belle synthèse sur « Écriture et Pouvoir à la fin du Moyen Âge » (2002), pouvait éclairer, à la fois historiquement, intellectuellement et littérairement, le monument qu’est le Songe du viel pelerin ? À côté de son infatigable activité déployée dans l’édition et l’étude des procès politiques de la fin du Moyen Âge français, notre collègue professeur émérite de langue et littérature médiévales à l’université du Mans continue d’œuvrer à l’édition de textes littéraires de première importance. Après Commynes et Jean de Roye ‒ viendra bientôt le tour de Thomas Basin ‒, c’est un littérateur d’un autre genre, Philippe de Mézières, qui bénéficie de ses talents d’éditeur, déployés selon une procédure analogue : édition « grand public » traduite, parue en 2008, puis édition savante publiée dans la langue d’origine. Avec une impressionnante minutie philologique et historique, Joël Blanchard fournit tout ce dont les médiévistes ont besoin pour accéder à un texte majeur de la pensée politique et morale du Moyen Âge finissant. Le travail de notre collègue manceau vient remplacer celui de Coopland, établi en 1969 sur un mauvais manuscrit tardif, et tout permet de prédire qu’il fera longtemps autorité.

2Munie de 90 pages de variantes, de 160 pages de notes, d’un glossaire, d’indexes des noms propres, des allégories, des titres d’œuvres et, très précieux, des notions, l’édition vaut particulièrement par ses 160 pages d’introduction qui replace le texte dans son contexte, en rappelle la tradition manuscrite, en reconstitue les matériaux et les étapes de confection, et en dégage les grandes orientations idéologiques.

3Produit par un interlocuteur de plusieurs rois, à la vie aventureuse et à la vieillesse spéculative, pour proposer au jeune Charles VI un vaste programme de réforme générale liée à la reconquête de la Terre Sainte, le Songe est une œuvre à tous égards immense. Joël Blanchard en fonde l’édition sur les manuscrits de l’Arsenal cotés 2682 et 2683, exemplaires matrices du Songe provenant de l’auteur lui-même et peut-être destinés au roi de France. Mais il a collationné les 9 exemplaires subsistants, soigneusement décrits. Outre le rappel des conditions assez connues de rédaction de l’œuvre foisonnante et touffue, il en décrypte les sources, en livre le résumé et, apport très remarquable, montre qu’elle a sans doute été précédée d’un écrit versifié, le Pelerinage du Povre Pelerin, qu’il a dérimé, signe de l’autorité acquise par la prose. Les repères biographiques donnés sur le « chevalier de Picardie » que se dit être Mézières sont exhaustifs et montrent à la fois l’expérience politique et la culture acquise par un auteur qui a parcouru l’Europe et s’est rendu en Palestine. C’est là l’origine de sa vocation de croisade qu’il va mettre tous ses efforts à organiser en sollicitant les princes chrétiens, notamment en sa qualité de chancelier du roi de Chypre. Il fonde en 1367 un ordre de chevalerie (ordre de la Passion, sous protection mariale) qui tourne court à cause de la disparition du roi Lusignan. Venu à Paris, il fréquente les cercles du pouvoir et ceux des écoles dont le Songe met en scène plusieurs figures à peine dissimulées derrière des noms fictifs. Le roi Charles V le gratifie de dons et il participe à l’éducation de son fils. À partir de 1380, il entre aux Célestins où il écrit son œuvre tout en participant aux débats politiques. Il y meurt chargé d’ans en 1405.

4Joël Blanchard apporte aussi des éclairages sur le genre du livre qui s’inscrit dans des traditions opportunément rappelées : fruit d’un « songe » et progressant tel un « pèlerinage », c’est surtout un miroir au prince hyper-allégorisé. Le texte très dense reflète une pensée qui rappelle les positions des Marmousets. J. Blanchard explicite aussi le symbole de l’échiquier qui y figure en rappelant l’importance inspiratrice du Livre des échecs moralisés du frère (et non « moine ») dominicain Jacques de Cessoles et en expliquant que l’échiquier constitue, avec ses 64 cases, la grille des réformes à accomplir, non pour elles-mêmes, mais dans le but de la croisade que doit préparer la purification de la société : une croix figure au centre de l’échiquier, comme pour montrer quel est le cœur du projet de l’auteur.

5Reconstituant les sources d’un homme qui n’a pas mené d’études à l’université, mais qui présente pourtant un énorme bagage patristique et savant, y compris dans les arts magiques ou l’alchimie dont il recourt au langage, J. Blanchard montre bien tout ce que la vision hiérarchique du résident des Célestins doit à Denys l’Aréopagite. Mais il sait aussi s’adapter à son temps puisqu’il fait des gens de loi en plein essor une des quatre « hiérarchies », un catégorie en soi. L’éditeur dégage excellemment ce qui singularise l’auteur du Songe par rapport aux penseurs de son époque : l’expérience combattante, le vécu, l’insertion dans le temps présent qui lui vaut de connaître Pétrarque, d’introduire Dante et des mots nouveaux, d’écrire en langue vernaculaire, tout en faisant l’apologie du latin des classiques et des Pères. Sans doute celui qui affectait à la royauté française une mission exaltante et singulière a-t-il dû être accablé par le cours pris par les choses après 1392, mais l’horizon idéologique de son œuvre a sans doute contribué à consoler les esprits des perspectives lugubres du quotidien des années 1400. À cet égard, en lecteur insatiable, on peut regretter l’absence de développement un tant soit peu nourri sur la réception et la diffusion de livre de Philippe de Mézières. Neuf manuscrits, ce n’est pas rien, mais quid de la connaissance et de l’utilisation du Songe par les penseurs postérieurs ?

6Quelques coquilles ou inadvertances sont aussi à signaler, vétilles destinées à prouver seulement l’attention de la lecture. En 1345, Lucchino Visconti, qu’a servi Mézières, n’est que seigneur et non « duc » de Milan (p. LVII), titre acquis 50 ans plus tard par les maîtres de la Lombardie (la p. LXII corrige d’ailleurs l’erreur). C’est Philippe le Hardi et non le Bon qui déplore la capture de son fils Jean à Nicopolis (p. LXXV). La réputation de Tolède comme cité « famée de mauvais arts » remonte à plus haut que Gérard de Crémone, Gerbert d’Aurillac la véhicule déjà (p. CVII).

7Ces deux ou trois scories n’enlèvent rien à la qualité exemplaire de l’édition d’une œuvre prolifique, magnifiquement donnée à connaître au lecteur par un éditeur qui ne l’est pas moins.

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Collard, « Philippe de Mézières, Songe du viel pelerin, édition critique établie par Joël Blanchard, avec la collaboration d’Antoine Calvet et de Didier Kahn », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 11 juillet 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://crm.revues.org/13490

Haut de page

Auteur

Franck Collard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org