Navigation – Plan du site

Olivier Delsaux et Tania Van Hemelryck, Les manuscrits autographes en français au Moyen Âge, guide de recherches

Estelle Doudet
Référence(s) :

Olivier Delsaux et Tania Van Hemelryck, Les manuscrits autographes en français au Moyen Âge, guide de recherches, Turnhout, Brepols (« Texte, codex et contexte » 15), 2014, 286 p.

ISBN 978-2-503-52279-1

Texte intégral

1Ce guide de recherches, souhaité par ses concepteurs comme un « incubateur » de futurs travaux, apporte un éclairage fort intéressant sur la question de l’autographie manuscrite. Ouverte notamment par les études de Gilbert Ouy, elle a été remise en débat ces dernières années par des ouvrages importants au rang desquels on compte la thèse d’Olivier Delsaux (Manuscrits et pratiques autographes chez les écrivains français de la fin du Moyen Âge. L’exemple de Christine de Pizan, Genève, Droz, 2013). Pour souligner cette continuité, l’ouvrage présente deux parties distinctes, la première consacrée aux outils actuels de la recherche sur l’autographie, la seconde à la reprise de trois articles cruciaux, en partie refondus, de Gilbert Ouy sur l’autographie et l’orthographe des écrivains aux XIVe et XVe siècles.

2La première partie entend offrir au lecteur un trivium dans la découverte de l’autographie médiévale. Celle-ci est comprise d’emblée au sens large de phénomène impliquant un auteur dans la production de son texte, soit qu’il le copie ou le corrige de sa main, soit qu’il en autorise ou en supervise la fabrication (avant-propos, p. 7). Une première voie (p. 12-29) balise, à la manière d’un « mode d’emploi », le parcours du chercheur qui souhaiterait s’engager dans les différentes formes d’enquête qu’appelle l’autographie, de l’identification des mains à l’étude littéraire. L’idée est bienvenue, dans la mesure où la pluri-dimensionnalité de ses enjeux et de ses réalisations, principal intérêt de l’autographie médiévale, est aussi son principal écueil : comment l’appréhender – à la fois ou tour à tour – en tant qu’acte matériel, geste culturel ou intellectuel, choix littéraire ? Il était sans doute délicat de donner des réponses à ces questions sous la forme d’exemples commentés ; le choix des éditeurs a donc été de proposer une sélection bibliographique des travaux les plus intéressants à leurs yeux, que le lecteur est invité à consulter. On reste néanmoins un peu sur sa faim. La deuxième partie (p. 31-51) reprend sous la forme d’une bibliographie raisonnée les travaux précités, en en ajoutant d’autres. Tout en constatant l’utilité d’un tel instrument, on regrette un peu qu’il n’ait pas été éclairé de brefs commentaires, autres que les manicules signalant en marge les travaux considérés comme importants. La troisième voie (p. 54-153), certainement la plus ambitieuse, est constituée par les répertoires de manuscrits autographes en français au Moyen Âge, classés d’abord par auteur, puis par type de manuscrits. La typologie est celle qu’Olivier Delsaux a suggérée dans sa thèse : « manuscrit autographe », entièrement transcrit par l’auteur ; « manufacture autographe », manuscrit supervisé ou corrigé par l’auteur ; « manuscrit auctorial », où la supervision présumée ne s’accompagne pas de marques d’intervention visibles de l’auteur ; « manuscrit original », en possession du dédicataire ou de l’auteur. La matière est étonnamment riche, puisqu’elle rassemble plus de quatre cents manuscrits et balaie environ 150 écrivains ou œuvres.

3Dans cette première partie du livre, l’entreprise se révèle indéniablement originale, le travail effectué colossal et son utilité évidente pour les chercheurs. Néanmoins, la matière est parfois si foisonnante que sont inévitables les chevauchements ou les répétitions (entre les références du mode d’emploi et la bibliographie raisonnée par exemple). Il semble qu’à un tel projet une présentation en ligne, utilisant les formes complémentaires du carnet de recherches et de la base de données, aurait mieux convenu.

4Le second volet de l’ouvrage propose en quelque sorte les archives de la démarche grâce à la réédition de trois articles de Gilbert Ouy. On sait gré aux éditeurs de redonner à lire ces références incontournables. Le premier article, « Manuscrits autographes en France au temps des premiers humanistes » (p. 157-193), précise les nouveaux enjeux que revêtent autographie et correction philologique lors du « premier humanisme français », de la fin du XIVe siècle à 1418. Le deuxième (« Les orthographes de divers auteurs français des XIVe et XVe siècles. Présentation et étude de quelques manuscrits autographes », p. 197-236) est une étude pionnière comparant les orthographes de plusieurs écrivains, tels qu’Évrart de Conty, Philippe de Mézières, Pierre d’Ailly, Jean Gerson et d’autres. Elle met en valeur les variations concertées des graphies en fonction de leurs usages et de leurs destinataires. Apparaît ainsi, précocement, la dimension socio-culturelle de la variabilité des usages graphiques en français, une pratique dont les enjeux ont été démontrés par ailleurs par Nina Catach pour le groupe de la Pléiade par exemple. Le troisième article de Gilbert Ouy (« Ponctuation et correction des textes au temps des premiers humanistes français », p. 237-254) interroge plus précisément l’usage de la ponctuation chez les humanistes. Ces trois contributions majeures sont illustrées d’encadrés et, pour le premier, de quelques planches. Un index des auteurs et des œuvres, ainsi qu’une bibliographie générale des ouvrages cités en abrégé dans le volume concluent ce dernier.

5Ce guide offre ainsi un accès riche et complet à un terrain de recherche en plein renouvellement. Ses quelques défauts – informations redondantes ou qu’on souhaiterait, au contraire, plus précises, informations qui appelleront vraisemblablement bientôt des amendements ou des compléments – sont en partie liés, semble-t-il, au format papier. Une éventuelle publication en ligne permettrait peut-être une restructuration et une ouverture évolutive du matériau qui en valoriserait tout l’intérêt.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « Olivier Delsaux et Tania Van Hemelryck, Les manuscrits autographes en français au Moyen Âge, guide de recherches », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 14 juillet 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/13487

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org