Navigation – Plan du site

Normes et hagiographie dans l’Occident latin (VIe-XVIe siècle), éd. Marie-Céline Isaïa et Thomas Granier

Giorgia Vocino
Référence(s) :

Normes et hagiographie dans l’Occident latin (VIe-XVIe siècle), Actes du colloque international de Lyon 4-6 octobre 2010, éd. Marie-Céline Isaïa et Thomas Granier, Turnhout, Brepols (« Hagiologia, Études sur la Sainteté en Occident ‒ Studies on Western Sainthood » 9), 2014, 552 p.

ISBN : 978-2-503-54835-7

Texte intégral

1« Encore un colloque sur l’hagiographie » : par cet incipit Marc Van Uytfanghe ouvre son propos liminaire aux actes du colloque international de Lyon consacré en octobre 2010 à l’exploration des relations entre l’hagiographie et ces régulateurs sociaux complexes et aux multiples facettes qu’étaient les « normes » dans l’Occident médiéval.

  • 1 Le rapport entre histoire et hagiographie, dont la distinction n’est pas le fait des auteurs et com (...)
  • 2 Il suffit de penser à l’apport fondamental de concepts clés tels que ceux d’identité, de mémoire, d (...)

2La littérature sur les saints occupe désormais de plein droit une place importante parmi les sources narratives du Moyen Âge, un statut qui n’est plus controversé. Depuis, la recherche a pu se réorienter dans de nouvelles directions, parmi lesquelles l’examen des rapports entretenus par l’hagiographie avec d’autres genres littéraires et une analyse plus réfléchie des différents contextes de production, de communication, de réception et de pratique de Vitae, Passiones, Translationes et Miracula1. De la même manière, le rapprochement des disciplines historiques et des sciences sociales, notamment avec l’adoption de concepts empruntés à l’anthropologie et à la sociologie, a profondément renouvelé l’approche des sources hagiographiques2. Le choix du sujet proposé par le colloque de Lyon fait fonds sur les acquis des dernières décennies de recherche dans les directions que l’on vient d’évoquer, mais il s’attache à un champ d’investigation qui n’avait jusque-là pas été abordé avec une approche systématique et analytique. Encore un colloque sur l’hagiographie, oui. Mais ce serait réducteur de circonscrire les résultats de cette entreprise scientifique aux seules études hagiographiques : les modalités diverses de l’intervention du discours hagiographique dans la production, l’adaptation, la diffusion et l’adoption (plus ou moins réussie) des normes entraînent la porosité avec d’autres sources et la mise à profit de formes et de registres textuels différents. Historiens du droit, diplomatistes, sociolinguistes, historiens de l’art et de la liturgie trouveront dans ce volume de nombreuses sources d’intérêt et des angles de lecture inédits pour l’analyse de leurs sources.

3Le volume est symétriquement encadré par deux pièces introductives et deux chapitres de bilan. L’abondante moisson d’articles (vingt-cinq au total) est aussi répartie de manière équilibrée dans quatre sections, chacune accompagnée par une conclusion préliminaire. Trois index (manuscrits, personnes et noms de lieux) permettent un accès rapide aux lecteurs dont l’intérêt porte sur des aspects particuliers.

4Le propos du volume est confié à Marc Van Uytfanghe qui décline en cinq points ses considérations sur le sujet du colloque et du volume « Normes et hagiographie ». Il propose d’abord une réflexion sur le rapport entre hagiographie et autorité qui doit être pris en compte tant au niveau des modèles de sainteté que des cultes. Il évoque ensuite le statut quasi scripturaire des textes hagiographiques, soulignant comme cela pouvait renforcer leur portée normative. Il enchaîne avec la vocation paradigmatique de l’hagiographie censée offrir des modèles de vie à un public dont l’ampleur pouvait varier considérablement. Le discours hagiographique repose en effet sur l’établissement d’un canal de communication dont l’efficacité affectait aussi le pouvoir des normes véhiculées par le texte. En dernier lieu, le spécialiste belge rappelle les topoï et les tropes du genre et souligne le caractère normalisant de l’hagiographie qui sublime l’homme historique dans le saint, médiateur et incarnation sur Terre du pouvoir d’un Dieu transcendant et éternel. Marie-Céline Isaïa illustre ensuite dans un long chapitre introductif les possibles pistes de recherche ouvertes par une lecture de l’hagiographie en tant que source des normes au Moyen Âge. Après avoir distingué entre modèle et norme, elle procède à la définition de la norme médiévale : celle-ci voit le jour dans une communauté au sein de laquelle elle s’affirme comme « référence partagée et pratique commune » (p. 22). Le problème des relations entre hagiographie, normes et autorité est ensuite présenté à l’aide d’exemples qui mettent en évidence la fonction normative des textes dédiés aux saints et la polysémie du terme latin norma. Le pouvoir de persuasion de l’hagiographie et son appel aux émotions en font, par ailleurs, un genre particulièrement apte à la communication des normes, son emprise étant renforcée par le consensus social. Le caractère normatif du texte hagiographique se trouve ainsi déployé au Moyen Âge dans différents domaines : la création d’une mémoire commune, la mise en place de programmes pédagogiques, la diffusion d’un énoncé dogmatique. Porteuse de normes, l’hagiographie devint aussi cible de projets visant sa normalisation : le contrôle des procédures de canonisation par l’Église romaine et la progressive institutionnalisation des Ordres mendiants entraînèrent un effort de réglementation de la littérature dédiée aux saints. Ce chapitre introductif se clôt en mettant l’accent sur la porosité des sources hagiographiques et sur l’importance capitale de l’aspect communicationnel, dont l’influence sur la force normative de l’hagiographie se révèle cruciale.

5La première partie du volume, intitulée « Hagiographie et expression des normes », est ouverte par l’étude de Jérémy Delmulle dédiée à la littérature hagiographique produite en Gaule lors de la querelle semi-pélagienne : la Vie de Césaire d’Arles est ici analysée en tant que vecteur de vulgarisation de la norme conciliaire établie à Orange en 529. Bruno Judic s’interroge sur la distinction entre modèle et norme à travers la double analyse de la Vie de saint Benoît dans les Dialogues de Grégoire le Grand et de la règle bénédictine, avec une réflexion portant notamment sur le Nachleben des deux textes qui, de manière surprenante, n’ont pas été transmis ensemble dans les manuscrits. Rémy Verdo propose une analyse sociolinguistique des réécritures carolingiennes des Vita Balthildis, Vita Richarii et Vita Galli. Il souligne que la langue hagiographique carolingienne, pourtant profondément influencée par la volonté de revenir à la norme du latin classique, aurait été en réalité moins innovante qu’on ne l’a longtemps cru. Rutger Kramer explore le rôle joué par Louis le Pieux et la cour impériale dans le mouvement réformateur ‒ pourrait-on dire normalisant ? ‒ des années 820. Son étude de la Vie de Benoît d’Aniane écrite par Ardon et de la Vie d’Adhalard de Paschase Radbert montre qu’il existait des solutions distinctes face à l’acceptation de nouvelles normes dans une communauté monastique, ainsi que des différentes représentations de l’autorité censée les imposer. Clémentine Bernard-Valette analyse l’utilisation des citations hagiographiques chez Hincmar de Reims et montre comment elles ont pu contribuer à la définition de la norme. L’archevêque fit, en effet, souvent appel à l’auctoritas des saints et des textes qui leur étaient dédiés afin d’illustrer le rôle de l’évêque à toutes les échelles de la société, et plus particulièrement lors des conflits avec d’autres puissances. La prohibition de l’inceste comme norme sociale est étudiée par Anne Lafran à la lumière des légendes de Judas et du pape Grégoire au Moyen Âge central : l’hagiographie est ici mise au service de la norme grâce à sa définition d’une pastorale de la pénitence et d’une rhétorique du pardon. Une brève conclusion reprend les points mis en évidence par les communications réunies dans cette première partie en soulignant comment l’hagiographie « fait passer la règle objective pour l’usage commun indiscutable, la norme pour le normal » (p. 147).

6La deuxième section du volume qui porte le titre « Hagiographie et régulation des communautés » s’ouvre avec l’étude de Thomas Granier dédiée au cartulaire-chronique de Saint-Vincent du Vulturne. Son analyse se concentre sur les trois versions de la Vita des fondateurs du monastère : faute d’une règle laissée par ces pères fondateurs, leurs vies acquirent une valeur normative et le placement des textes dans leur contexte codicologique confirme à quel point l’hagiographie participait du discours normatif sous-jacent dans la compilation du cartulaire-chronique. Anne-Marie Helvétius présente un bel exemple de contamination entre genres, d’un côté l’hagiographie et de l’autre les règles monastiques, à la lumière des deux versions de la Passion de sainte Maxellende. La comparaison entre les deux textes dévoile l’échec du programme de réforme envisagé par la première Passio adressée aux chanoinesses de Caudry. Eliana Magnani aborde des questions de transtextualité et d’intertextualité à partir de l’exemple offert par le livret hagio-liturgique de saint Jean de Réôme (fin Xe-début XIe siècle) dans le manuscrit 1 de la Bibliothèque municipale de Semur-en-Auxois, dont six images sont publiées en annexe à la fin du volume. Pierluigi Licciardello offre une étude systématique des différents aspects du discours normatif véhiculé par l’hagiographie monastique de l’Italie centrale entre Xe et XIIe siècle. La porosité du genre, qui ne montre pas un caractère normatif du point de vue littéraire, la propension à une dimension historiographique ou documentaire, la fonction normative dans le domaine de la morale, la défense des droits et l’apport fondamental de l’hagiographie dans la construction de l’identité monastique sont rappelés à l’aide de plusieurs exemples. Le rapport entre hagiographie et image est étudié par Alessia Trivellone à travers la présentation des manuscrits enluminés produits dans le scriptorium de Cîteaux sous l’abbatiat d’Étienne Harding au début du XIIe siècle. L’analyse des représentations de saint Jérôme, que l’on peut admirer à l’aide du beau dossier d’images inséré en fin de volume, révèle que l’abbé cistercien considérait le Père de l’Église comme un modèle et une source d’inspiration pour son propre programme de promotion de la culture et du monachisme féminin. Sophie Delmas décrypte le texte d’une oraison à saint François écrite par l’érudit franciscain Nicolas de Lyre et s’interroge sur le caractère plus ou moins normatif de l’hagiographie au sein de l’Ordre fondé par le Poverello d’Assise. L’Oratio aurait en effet contribué à la diffusion de la norme de vie promue par les Légendes de saint Bonaventure et elle doit être comprise dans le cadre des stratégies d’apaisement de la querelle entre Conventuels et Spirituels. La conclusion à cette deuxième partie dédiée aux communautés régulières souligne le caractère évolutif de la norme hagiographique : elle fait preuve d’une grande souplesse en s’adaptant aux différents contextes historiques, ce qui en fait un vecteur privilégié du discours réformateur.

7Le premier article de la troisième section, intitulée « Hagiographie et normes : le problème générique », est signé par Gordon Blennemann. Il se concentre sur l’adaptation du modèle hagiographique dans le cadre de la prédication avec une analyse portant sur les sermons de Césaire d’Arles. Les martyrs sont présentés par l’évêque gaulois comme des « exempla historiques d’enjeux moraux intemporels » et participent ainsi à une « herméneutique chrétienne du passé » (p. 263). L’accent mis sur la valeur exemplaire du martyr et l’imitation par le croyant du modèle proposé auraient en outre contribué à la cohésion sociale dans la société gauloise des Ve et VIe siècles. L’étude de Jean-Michel Picard est dédiée à la place de l’hagiographie dans les textes juridiques du haut Moyen Âge irlandais. Le recours à l’hagiographie pour sa valeur d’autorité s’inscrit ici dans un plus ample effort normatif auquel participèrent les textes législatifs et historiques. La réitération d’interventions normatives dans les différents domaines, couvrant tant le droit matrimonial que les questions liées à la royauté, montre toutefois l’échec des mouvements réformateurs irlandais confirmant, une fois de plus, le caractère transitoire de normes qui se veulent universelles. Sylvie Joye et Paul Bertrand écrivent un article à quatre mains portant sur une sous-catégorie méconnue de l’hagiographie médiévale : les « testaments de saints », que l’on retrouve parfois intégrés dans des Vies et Passions et qui se situent au croisement entre hagiographie et diplomatique. Un tournant important est identifié au IXe siècle quand une dimension plus spirituelle, voire politique vint remplacer le caractère plus typiquement documentaire des testaments plus anciens. L’évolution de cette sous-catégorie vers une forme diplomatique confirme la valeur juridique et mémorielle de cette typologie documentaire, ce qui se reflète dans la multiplicité des supports matériels choisis pour sa mise à l’écrit. Claire Garault approfondit la nature des rapports entre hagiographie et diplomatique à la lumière du dossier breton de saint Malo dont la compilation s’étale du IXe au XIIe siècle. Les contaminations entre écriture hagiographique et vocabulaire juridique confirment le statut probatoire des Vies carolingiennes appelées à la légitimation du présent par la promotion de la mémoire du saint évêque fondateur. La Vie compilée au XIIe siècle témoigne, au contraire, de la spécialisation progressive des deux typologies de sources : les actes épiscopaux qui préservent la mémoire de l’accumulation patrimoniale de l’église bretonne et l’hagiographie qui vient renforcer le discours réformateur. Les deux phénomènes témoignent, par ailleurs, du processus d’institutionnalisation des églises épiscopales au Moyen Âge central. Kelly Gibson procède à une étude des réécritures de la Vie de saint Gall par Wetti et Walafrid Strabon, soulignant l’aptitude de l’hagiographie à la communication des normes mises en place par un programme réformateur. Les choix de vocabulaire et une présentation différente de la culture du saint et de son activité d’enseignement donnent la mesure de la rapidité de changement des normes dans une communauté proche des centres moteurs de la réforme carolingienne. Françoise Laurent étudie la fonction d’un segment narratif qui relève de la topique hagiographique, le « miracle du sacristain noyé », qui connut un grand succès au Moyen Âge, et se concentre sur son emploi dans deux sources vernaculaires du XIIe siècle, à savoir le Roman de Rou de Wace et l’Histoire des ducs de Normandie de Benoît de Sainte-Maure. Si le premier auteur utilise cette anecdote à l’intérieur d’une présentation plus complexe d’un débat d’école sur la nature du mal et du péché, le deuxième insère ce topos dans un discours de légitimation et célébration de la dynastie des rois Plantagenêts. La troisième section met, elle aussi, en évidence la grande porosité de l’hagiographie : sa valeur normative se révèle clairement renforcée tant par les possibilités de contamination entre genres que par la malléabilité des topoï et autres tropes.

8La quatrième et dernière partie du volume est réunie sous le titre « L’hagiographie, laboratoire normatif ». Dans le premier article de cette section, Charles Mériaux suit le développement d’un modèle hagiographique qu’il qualifie de « sacerdotal » et se concentre sur l’analyse des Vitae dédiées aux prêtres ruraux. De Grégoire de Tours à la Réforme grégorienne, cette sous-catégorie hagiographique offre une image parfois en contradiction avec d’autres sources. L’auteur suggère que l’émergence de ce modèle de sainteté pourrait être ramenée à l’époque mérovingienne et coïncider avec une activité législative de plus en plus importante de la part de l’épiscopat, qui avait pour cible la normalisation de la vie et du statut des prêtres ruraux. Sébastien Fray circonscrit son analyse à deux chapitres de la Vita Gerardi écrite par Odon vers 960 qui offrent un bel exemple de norme rejetée par l’hagiographe et de proposition d’un nouveau modèle de comportement. Odon développe un argument dissuasif visant le port des armes et la légitimation du recours à la vengeance armée, deux forts marqueurs d’identité de l’aristocratie laïque, et propose en la personne de Géraud une norme éthique différente, mais proche des conceptions du groupe social auquel elle est adressée. Anne Wagner donne un large aperçu des modèles épiscopaux promus à Mayence, principal siège de l’Empire, entre Xe et XIe siècle. Le rôle joué par l’hagiographie dans la création des normes de vie et dans l’accentuation des écarts par rapport à ces normes est illustré par les nombreux exemples offerts par les sources historiographiques (Annales, Chroniques) et hagiographiques. Le conflit entre deux normes contradictoires est analysé par Nikoletta Giantsi à la lumière d’un petit corpus de Vies de mulieres religiosae et boeginae écrites au XIIIe siècle. L’idéal de travail est ici opposé à la mendicité comme norme de vie dans un effort d’intégration et de légitimation du rôle des femmes religieuses dans la société de leur temps. Empruntant des modèles bibliques, tels que Marthe ou Marie, les hagiographes établirent une norme adaptée à un style de vie et à un contexte social urbain qui auraient pu inciter des comportements déviants. Nancy Vine Durling procède à une analyse approfondie de la Vie de Lehire dans sa version française écrite vers la fin du XIIIe siècle. La comparaison avec le texte latin et l’étude du contexte codicologique dans lequel cette Vie a été préservée permettent de cerner le public visé (la noblesse tournaisienne) et de dévoiler les stratégies de l’hagiographe-traducteur, à savoir l’élaboration et la célébration d’une identité régionale ancrée dans la mémoire du saint évêque. Véronique Souche-Hazebrouck examine le remploi et remaniement du texte du prologue de la Vita tripartita de Gertrude de Nivelles dans le prologue du légendier compilé par Jean Gielemans à la fin du XVe siècle, l’Agyologus Brabantinorum. La Vie de la sainte mérovingienne est utilisée ici comme auctoritas pour encadrer et légitimer le discours hagiographique du compilateur, sa fonction normalisatrice étant de vieillir la novitas. Le dernier article du volume signé par Nicolas Trotin est dédié à l’étude d’un recueil de sermons compilé au XVIe siècle par le Dominicain Guillaume Pépin. L’analyse est focalisée sur les mutations au niveau des règles normatives de l’hagiographie pendant cette période de transition que fut la Renaissance : une perception différente du miracle, la promotion du modèle de sainteté dominicain, la redéfinition du culte des trois Marie et la sacralisation du roi sont ainsi données en exemples du développement du genre hagiographique appelé ici à offrir une didactique morale nourrie d’exempla et un instrument politique légitimant la construction monarchique. La quatrième conclusion préliminaire résume les points significatifs de cette section et met en évidence le rôle de l’hagiographie en tant que canal de diffusion des normes extérieures, chantier de l’élaboration de normes nouvelles et répertoire d’auctoritates appelées à les légitimer.

9Le volume est clos par une double conclusion. Les premières réflexions sont offertes par Alain Dierkens qui souligne d’abord la valeur normative de l’hagiographie qui s’exprime à travers la définition d’un modèle de sainteté à imiter ou reproduire. Par l’évocation des communications présentées lors du colloque lyonnais en 2010, l’historien belge rappelle les rapports réciproques entre genres différents et les trois éléments qui ont déterminé le texte tel qu’il nous est connu, à savoir la communication, le public et la réception. Suggérant deux nouvelles pistes de recherche, il rappelle les coïncidences entre genres qu’on a tendance à considérer comme intrinsèquement différents, les cartulaires et les Gesta par exemple, et insiste sur le jeu complexe de relations entre texte hagiographique et dossier dans lequel il s’insère. Les tous derniers mots conclusifs sont réservés aux deux éditeurs du volume, Marie-Céline Isaïa et Thomas Granier, qui à leur tour insistent, à l’aide du dossier de Saint Amand, sur la porosité de l’hagiographie capable d’intégrer ou de polariser des documents exogènes. Canal de diffusion de normes de comportement, le texte hagiographique déploie d’abord sa force dans le domaine de l’éthique. Il se montre aussi particulièrement approprié à l’élaboration et communication de normes communautaires en activant la mémoire d’un passé idéalisé. Une dernière réflexion est consacrée à la relation très étroite entre hagiographie et historiographie, ce qui est révélé par la nécessité partagée par les deux genres d’établir un lien avec une vérité incontestable qui repose, à son tour, sur une authenticité démontrable, condition ultime pour toute acceptation ou imposition de la norme. Par sa capacité d’adaptation aux différents contextes historiques, l’hagiographie, qui a été longtemps considérée comme un genre réfractaire au changement, apparaît comme l’un des « laboratoires médiévaux les plus féconds, celui où s’essaient mille solutions de régulation sociale » (p. 497).

  • 3 Les fonctions des saints dans le monde occidental (IIIe-XIIIe siècles), Actes du colloque de Rome ( (...)

10En conclusion, le grand mérite de ce volume est de présenter une vue d’ensemble sur les multiples possibilités de participation de la littérature hagiographique à la réglementation de la vie d’individus et de groupes dans des cadres plus ou moins institutionnalisés pendant le Moyen Âge et la première modernité. Un propos clair et une excellente coordination de la riche matière offerte par les nombreux contributeurs se reflètent dans l’homogénéité du volume, dans lequel les spécificités de chaque contexte historique et de chaque dossier de textes ne sont toutefois pas noyées. Dans le sillage d’une tradition d’études inaugurée par les actes du colloque pionnier tenu à Rome en 19883, le retour de l’hagiographie à la recherche historique continue d’élargir le nombre des spécialistes appelés à se confronter avec ce genre littéraire. La rencontre d’intérêts et d’approches divers déploie dans ce volume tout son potentiel : l’ouverture du spectre des possibilités d’accès au texte, la définition claire de questions nouvelles, l’enrichissement et la plus grande profondeur d’analyse qui en résulte et, aussi, la mise en relation de données tirées de sources appartenant à des catégories typologiques distinctes, qui sont pour la plupart une construction moderne, profiteront aussi bien aux spécialistes de l’hagiographie qu’à ceux des domaines qui ne s’étaient jusque-là pas intéressés à ces sources. Une fois de plus, le dialogue international et l’approche interdisciplinaire se révèlent la formule clé pour la production de nouveaux résultats, pour la remise en discussion de frontières entre genres et domaines d’études de plus en plus floues et, facteur non négligeable dans un univers académique de plus en plus déterminé par la quête de fonds, pour la définition de pistes de recherche inédites.

Notes

1 Le rapport entre histoire et hagiographie, dont la distinction n’est pas le fait des auteurs et compilateurs du Moyen Âge, demeure le plus travaillé, voir par exemple le volume récent Des saints et des rois. L’hagiographie au service de l’histoire, éd. F. Laurent, L. Mathey-Maille et M. Szkilnik, Paris, 2014 (Colloques, congrès et conférences sur le Moyen Âge 16). Les contaminations entre la matière hagiographique et d’autres types de sources sont aussi l’objet d’un intérêt croissant comme en témoignent les articles réunis dans le numéro thématique Hagiographie et prédication, Mélanges de Science religieuse, 67/3, 2010, ou les études dans Miracles d’un autre genre. Récritures médiévales en dehors de l’hagiographie, éd. O. Biaggini et D. Milland-Bove, Madrid, 2012.

2 Il suffit de penser à l’apport fondamental de concepts clés tels que ceux d’identité, de mémoire, de conflit et de compétition.

3 Les fonctions des saints dans le monde occidental (IIIe-XIIIe siècles), Actes du colloque de Rome (27-29 octobre 1988), Rome, 1991 (Collection de l’École française de Rome, 149).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giorgia Vocino, « Normes et hagiographie dans l’Occident latin (VIe-XVIe siècle), éd. Marie-Céline Isaïa et Thomas Granier », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 11 juillet 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/13484

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org