Navigation – Plan du site

Jean de Roye, Chronique scandaleuse, journal d’un Parisien au temps de Louis XI, traduit et présenté par Joël Blanchard

Estelle Doudet
Référence(s) :

Jean de Roye, Chronique scandaleuse, journal d’un Parisien au temps de Louis XI, traduit et présenté par Joël Blanchard, Paris, Pocket, « Agora », 2015, 382 p.

ISBN : 978-2-266-25066-5

Texte intégral

1Si les sources historiographiques sur les règnes de Charles VII et Louis XI sont très riches, elles demeurent encore peu accessibles au lecteur non spécialiste car leurs éditions modernes datent souvent du XIXe siècle. Aussi les traductions entreprises par Joël Blanchard depuis une dizaine d’années aux éditions Pocket (traduction des Mémoires de Commynes en 2004, du Songe du Vieux Pèlerin de Philippe de Mézières en 2008, du Livre des faits et bonnes mœurs du sage roi Charles V en 2013) sont-elles éminemment utiles. Introduites par des présentations synthétiques et accompagnées de notes éclairant les principales références des textes, elles permettent de lire ou de relire aisément des œuvres plus ou moins connues.

2C’est le cas avec cette récente traduction de l’œuvre de Jean de Roye, ouvrage que l’histoire a retenu sous le titre de Chronique scandaleuse. Titre erroné, comme on le sait, réfuté par son auteur et qui a été imposé au XVIe siècle à un texte à succès. Outre deux manuscrits de la fin du XVe siècle, le livre a été diffusé par des éditions imprimées très régulièrement jusqu’au début du règne de François Ier. Il s’agit en fait, comme le suggère le sous-titre, du journal tenu par le Parisien Jean de Roye de 1460 à 1483.

3Tout en s’inspirant de l’édition donnée par Bernard de Mandrot à la Société de l’histoire de France en 1894-1896, la traduction de Joël Blanchard s’appuie essentiellement sur le manuscrit le plus ancien du texte (Paris, BnF, ms. fr. 5062), qui se termine en 1479. Il y ajoute, pour les années 1479-1483, des passages de l’autre manuscrit (Paris, BnF, ms. fr. 2889) et de l’édition de Vérard en 1500. Sont laissées de côté – pour l’instant, car le traducteur annonce leur publication prochaine – les interpolations ultérieures de Jean Le Clerc qu’offrait l’édition de Mandrot.

4Ainsi reconstitué pour correspondre au règne de Louis XI, le journal de Jean de Roye présente les caractéristiques les plus saillantes de l’écriture diariste en moyen français. Son auteur est un notable, intégré dans les milieux administratifs de la cité. Les thématiques développées par l’œuvre sont enracinées dans un cadre urbain qui leur donne sens. L’objectif majeur du journal est de participer à la constitution d’une mémoire collective et urbaine. Jean de Roye, en ce sens, s’inscrit dans le sillage des « Bourgeois de Paris » qui l’ont précédé ou suivi (Journal d’un bourgeois de Paris, de 1405 à 1449 ou Journal… sous le règne de François Ier, de 1515 à 1540). Même si l’œuvre est rapprochée du travail contemporain de Philippe de Vigneulles pour Metz par exemple, la contextualisation de l’entreprise de Jean de Roye au sein de cette forme majeure d’historiographie urbaine qu’est le journal aurait pu être davantage développée dans l’introduction.

5En revanche y sont établis de manière détaillée la personnalité de l’auteur, notaire au Châtelet et secrétaire des ducs de Bourbon, ainsi que les particularités des événements qui retiennent son attention. Parisien, Jean de Roye ancre sa relation au sein de sa ville. Les cartes de Paris qui accompagnent le volume sont de ce fait éclairantes, même si des titres auraient permis de mieux saisir d’emblée ce qu’elles figurent (lieux de culte, lieux de pouvoir, enceintes). L’économie, le prix des denrées, l’abondance ou la disette menaçant les approvisionnements, occupe une place importante dans les préoccupations du diariste. De même, les manifestations spectaculaires, entrées princières et processions, qui scandent la vie de la communauté. Homme de loi, le notaire du Châtelet est fort bien informé des affaires judiciaires. Il les connaît parfois de première main – il a participé à la vente des biens du cardinal Balue après l’arrestation de celui-ci – et est toujours sensible à leur caractère spectaculaire, décrivant par exemple, avec force détails, l’exécution de Jean Hardy, accusé d’avoir tenté d’empoisonner le roi sur l’instigation du duc de Bourgogne. Si les échos de la politique internationale n’affleurent souvent dans son texte que sous la forme de rumeurs, Jean de Roye porte un intérêt particulier aux hommes de pouvoir, le roi de France au premier chef. Ils incarnent une puissance terrestre constamment infléchie par l’action de Fortune ou par la volonté de Dieu. Le journal enregistre les signes de ces dernières : comètes au sens mal déchiffrable, vrais ou faux prodiges. Le texte s’offre donc parfois comme une « recollection des merveilleuses advenues », pour reprendre un titre contemporain de Chastelain et Molinet, laissant transparaître un goût de l’étonnant largement partagé par les historiographes urbains. Les on-dit de la rumeur travaillent l’écriture, qui tantôt les dénonce, tantôt s’en empare.

6Moins « scandaleux » que fourmillant d’anecdotes qui nourrissent encore notre compréhension du règne de Louis XI, le Journal de Jean de Roye, désormais accessible dans une traduction claire, offre un miroir fascinant de la vie publique à Paris au XVe siècle.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « Jean de Roye, Chronique scandaleuse, journal d’un Parisien au temps de Louis XI, traduit et présenté par Joël Blanchard », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 11 juillet 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://crm.revues.org/13483

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org