Navigation – Plan du site

Sébastien Barret et Benoît Grévin, Regalis excellentia. Les préambules des actes des rois de France au XIVe siècle (1300-1380)

Lydwine Scordia
Référence(s) :

Sébastien Barret et Benoît Grévin, Regalis excellentia. Les préambules des actes des rois de France au XIVe siècle (1300-1380), Paris, École des chartes, 2014, 909 p.

ISBN : 978-2-35723-055-2

Texte intégral

1Sébastien Barret et Benoît Grévin apportent un regard nouveau sur les préambules des rois de France au XIVe siècle et revendiquent leur participation au renouvellement de l’histoire politique. Foin de la monotonie, de l’inutilité ou de la réputation de stérilité des préambules, les deux auteurs découvrent en 909 pages des « espaces de liberté » et ils détaillent les mille et un reflets de ces « orfèvreries textuelles ». Disons d’emblée que la lecture du corpus des 548 préambules (p. 428-576), des quatre parties consacrées au genre, aux sources, aux dictamina et à la royauté en représentation, sans oublier les annexes, le répertoire lexical, les concordances et les index, est aussi passionnante que stimulante. Les auteurs dédient le volume à Olivier Guyotjeannin et Serge Lusignan – le monde intellectuel de S. Barret et B. Grévin n’est pas né avec eux, leur bibliographie multilingue en témoigne (p. 45-87). Le livre était attendu. Il vient de recevoir le 2ème Prix Gobert, décerné par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

2Les préambules sont des textes courts (quelques lignes à plus d’une page) que la notice du Vocabulaire international de la diplomatique définit comme « la partie du texte par laquelle celui-ci est justifié par des considérations juridiques, religieuses, morales ou simplement de convenance » (p. 17). Le préambule n’est ni le protocole ni bien sûr l’eschatocole, il commence le texte, mais il n’est pas toujours facile de le distinguer parmi les différents éléments de l’acte. Si le XIVe siècle voit réapparaître les préambules dans les actes royaux après un siècle d’éclipse, tous les actes royaux n’en sont pas pourvus : 7,5 % des actes de Jean II ont des préambules (p. 103), principalement des lettres d’amortissement et d’anoblissement (tableau, p. 104-105). On en trouve au début d’actes très solennels (ordonnance fixant la majorité des rois de France à 14 ans en octobre 1374) mais certaines ordonnances de réforme en sont dépourvues.

3Les rédacteurs (clercs, notaires, secrétaires du roi) mettent le roi de France en représentation. Ce milieu sait puiser aux sources intemporelles et contemporaines (dictamina papaux et impériaux du XIIIe siècle). On voit ainsi le roi de France se parer de plumes rhétoriques extérieures sinon étrangères au royaume pour justifier sa propre politique. « De la reprise à l’invention » (p. 293-314), les rédacteurs finissent par élaborer des textes spécifiques, selon un mode familier aux médiévaux (Auctor, auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale, 2001). Le choix délibéré des deux historiens de classer les 548 préambules dans l’ordre alphabétique de leur incipit, de Ad corone nostre (n° 1) à Zelo sincere devotionis (n° 548), comme le sont les bulles pontificales et impériales, révèle l’affirmation d’un pouvoir par des mots qui claquent comme un manifeste. Un historien tenace et courageux les reclassera selon l’ordre chronologique… On appréciera entre autres la série des Regalem (celsitudinem ; clementiam ; excellentiam ; magnificentiam) ou celle des Regalis (providentia ; auctoritas ; clementia ; magnificentia ; mansuetudo ; munificentia, preeminentia ; serenitas ; excellentia). La Regalis excellentia exalte la vertu et les vertus du pouvoir royal. Les auteurs l’ont choisie comme titre du volume. Ils avaient l’embarras du choix. La belle initiale historiée (K) de la couverture provient de l’acte (janvier 1372) par lequel Karolus (Charles V) avait donné un morceau de la Vraie Croix à son frère Jean de Berry. Elle est prodigieuse de force et de finesse (analysée par Ghislain Brunel, Images du pouvoir royal, 2005).

4Les préambules du XIVe siècle fécondent ici une recherche qui combine étude formelle et analyse politique. Car pour S. Barret et B. Grévin, qui invitent leurs collègues à se préoccuper davantage de la rhétorique du milieu des rédacteurs royaux, l’une ne va pas sans l’autre. Leur démonstration convainc et l’on se passionne à leur suite pour les admonitio, paronomase, polyptote, transgressio, perversio, trajectio, chiasmes, anaphore, conversio, complexio, exclamatio, allégories, transumptio… et pour le cursus (p. 156-162), qu’ils manient avec une dextérité qu’on leur envierait si l’on était envieux. La large palette rhétorique des rédacteurs de la chancellerie (p. 119-145), avec ses effets sonores et ses rythmes leur fait poser la question de la lecture à haute voix de ces textes (p. 418).

5Les 548 préambules, beaucoup plus en réalité car nombre d’entre eux sont réemployés quasi tel quel, jusqu’à une dizaine de fois (1366, n° 189a-k, rattachement de la collégiale de Léré et d’autres églises berrichonnes à la prévôté de Saint-Pierre-le-Moûtier), forment le cœur de l’ouvrage. Il arrive après l’introduction, la présentation des sources, la bibliographie et quatre parties.

6La première partie traite de la genèse des préambules (définition, rédacteurs, composition). On suit ainsi les rédacteurs au travail. On en distingue même certains qui, au-delà de leur nom, apporte une sensibilité particulière à certaines thématiques (Guillaume de Fouvanz dans les lettres de rémission, p. 135-137). On a conservé quelques rares préambules en double rédaction en latin et en français, sans qu’il soit vraiment possible d’expliquer pourquoi, d’autant que parfois la traduction ne reprend pas exactement tout le modèle latin ; effort de diffusion ? de clarté ? perte des versions françaises ? (p. 169-174).

7La deuxième partie aborde les sources des préambules (traditions de chancellerie et sources diplomatiques, auctoritates). La troisième traite de l’exploitation des grands recueils de dictamina (Pierre de la Vigne, Thomas de Capoue, Richard de Poli). Enfin la quatrième partie analyse la royauté en représentation (serviteurs, piété, justice, miséricorde, le roi en action). On y relève le beau thème du « roi attentif » (p. 384-386).

8Le corpus des 548 préambules est suivi par l’analyse de 31 préambules réutilisant des lettres des recueils de dictamina. Suivent un riche répertoire lexical des termes latins et français (p. 625-828) ; une concordance des sources dépouillées et du corpus des 548 préambules (p. 829-832), un quadruple index des citations (bibliques, patristiques, juridiques, auteurs classiques) et un index général qui rassemble très clairement lieux, matières et noms (p. 839-902).

9Ces derniers instruments permettront une utilisation ponctuelle de Regalis excellentia, mais rien ne vaut la lecture continue, in extenso, du volume. C’est cette lecture au fil des pages qui persuadera le lecteur de la richesse des préambules. Car bien plus que la répétition de thématiques et de formulations, ce sont les différences qui lui apparaîtront, les inflexions, les évolutions et les nuances.

10L’ampleur du sujet (des milliers de lettres expédiées par an par la chancellerie) et l’ampleur de la démarche offrent aux chercheurs une somme et une source, et pour l’auteur de ce compte rendu l’occasion de remercier les auteurs de lui offrir un corpus pour étudier « l’amour du roi ».

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydwine Scordia, « Sébastien Barret et Benoît Grévin, Regalis excellentia. Les préambules des actes des rois de France au XIVe siècle (1300-1380) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 11 juillet 2015, consulté le 15 août 2017. URL : http://crm.revues.org/13481

Haut de page

Auteur

Lydwine Scordia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org