Navigation – Plan du site

L’Abusé en cour, le Curial, traduction en français moderne par Roger Dubuis

Estelle Doudet
Référence(s) :

L’Abusé en cour, le Curial, traduction en français moderne par Roger Dubuis, Paris, Honoré Champion (« Traductions des classiques du Moyen Âge », 95), 2014, 150 p.

ISBN 978-2-7453-2592-1

Texte intégral

1L’Abuzé en court, texte rédigé probablement entre 1450 et 1475, et le Curial, traduction française du De vita curiali d’Alain Chartier réalisée vers 1475, sont d’importants témoignages des critiques adressées à la vie de cour qui se multiplient en moyen français. Toutes deux inspirées par Alain Chartier, ces œuvres soulignent l’influence décisive qu’a exercée cet écrivain sur les productions de son temps, influence de mieux en mieux connue aujourd’hui grâce aux travaux menés entre autres par Emma Cayley et Florence Bouchet, sur les pas de James Laidlaw. En outre, L’Abuzé et le Curial, diffusés chacun par une quinzaine de manuscrits et autant d’imprimés pendant les premières décennies du XVIe siècle, ont connu un succès considérable, invitation à élargir les enquêtes sur les formes variées que prend la littérature morale entre 1470 et 1530.

2À ce double titre, les deux textes méritent la nouvelle accessibilité que leur offre la traduction de Roger Dubuis. Cette dernière vient compléter l’édition critique que le médiéviste avait donnée de L’Abuzé il y a une quarantaine d’années (L’Abuzé en court, édition critique par Roger Dubuis, Genève, Droz, « Textes littéraires français » n° 199, 1973). Elle donne au Curial une visibilité bienvenue après une longue éclipse – la première édition par Ferdinand Heuckenkamp du texte en moyen français datant de 1899.

3Malgré quelques détails discutables (pourquoi modifier en « mon ami », p. 84 de la traduction de L’Abusé, l’expression originale « mon compagnon », reprise par la suite en anaphore ?) ou des erreurs de mise en page (des commentaires insérés en plein texte, p. 112, seraient mieux placés en note), la modernisation des deux textes est éminemment utile. On ne peut que se féliciter qu’elle permette désormais aux lecteurs, étudiants ou public plus large, de découvrir ces textes caractéristiques d’une époque d’épanouissement des écritures moralistes en français.

4Il est regrettable, en revanche, que l’introduction et les notes accompagnant les textes reprennent sans changement, comme l’indique d’ailleurs Roger Dubuis (p. 17), les commentaires sur L’Abuzé donné dans l’édition de 1973. Le regard critique porté sur les textes du XVe siècle a profondément évolué ces dernières décennies. Une réévaluation considérable a été faite de formes d’écriture comme le prosimètre, dont L’Abusé en cour offre une illustration, des enjeux sémantiques de la métrique « virtuose », condamnée ici par Roger Dubuis comme une futilité versificatoire, ou du fonctionnement complexe de l’allégorie lorsqu’elle oscille entre récit narratif et « théâtralisation » dialoguée. Les travaux de Paul Zumthor, François Cornilliat, Claude Thiry et Adrian Armstrong sur la Grande Rhétorique, les études sur l’allégorie en moyen français inspirées par Armand Strubel, le recueil La Prosimètre à la Renaissance paru aux Presses de l’ENS en 2005, entre bien d’autres, ne sont pas pris en compte. Cela rend irrémédiablement datés, et pour tout dire inutilisables, une introduction et des notes rédigées à la manière d’Henri Guy (L’École des Rhétoriqueurs, 1910). C’est dommage, car si Le Curial et L’Abuzé sont bien, comme le dit Roger Dubuis, « dans l’air d[e leur] temps », ils offrent de ce fait un éclairage non négligeable sur le fonctionnement d’une littérature d’idées où se conjuguent avec inventivité les moyens du narratif, de la poésie, du théâtre et sur laquelle il reste, heureusement, beaucoup à dire.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « L’Abusé en cour, le Curial, traduction en français moderne par Roger Dubuis  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 09 juillet 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/13475

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org