Navigation – Plan du site
La répression de la sorcellerie aux marges du royaume de France à la fin du Moyen Âge

La répression de la sorcellerie à Fribourg en Suisse au tournant du XVIe siècle : les spécificités d’une juridiction laïque

Georg Modestin, Alexia Rey et Céline Rochat
p. 279-288

Résumés

Cet article présente trois procès pour sorcellerie diabolique instruits par les autorités de la ville de Fribourg (Suisse) à l’extrême fin du Moyen Âge. Il se veut ainsi une contribution à un domaine négligé, à savoir la répression de la sorcellerie médiévale par des instances laïques. Comparés aux procès traités par l’inquisition dominicaine, les trois cas analysés ici représentent un imaginaire sabbatique moins complet. En marge de ces affaires se dessinent en revanche des enjeux territoriaux qui reflètent la politique expansionniste de la ville de Fribourg au tournant du XVIe siècle.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette contribution collective est issue des travaux effectués au semestre d’automne 2010 dans le cadre d’un séminaire en Science des Religions à l’Université de Fribourg (Suisse) sous la direction de Georg Modestin. Ce dernier est également l’auteur de l’introduction, tandis qu’Alexia Rey et Céline Rochat ont commenté les trois cas de sorcellerie présentés ici et formulé la conclusion. La rédaction finale a été assurée par Georg Modestin.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour les débuts de la chasse aux sorcières à Fribourg voir K. Utz Tremp, « Ist Glaubenssache Frauen (...)

1La ville de Fribourg en Suisse constitue un observatoire de tout premier plan pour le passage de l’hérésie à la sorcellerie : scène de deux procès contre des hérétiques vaudois en 1399 et 1430, elle fut aussi le théâtre d’une répression très précoce de la sorcellerie diabolique. La particularité fribourgeoise réside dans l’alternance chronologique entre les procès pour hérésie et les chasses aux sorcières (et sorciers !) : le procès de 1430, dirigé comme l’avait été celui de 1399 contre un valdéisme tout à fait urbain, fut en effet précédé en 1429 par un « prélude rural » visant un certain nombre de personnes issues des Anciennes Terres, donc des sujets de la ville de Fribourg. Or, selon toutes les apparences, le délit des prévenus de 1429 se situait plutôt du côté de la magie et de la sorcellerie que du côté de l’hérésie. Ce glissement fut accompagné d’une certaine « féminisation » du délit, impliquant plus de femmes que d’hommes, tandis que l’hérésie était plus ou moins « neutre » en ce qui concerne la distribution des sexes. Cette prépondérance, mais de loin pas exclusivité féminine, se constate aussi lors de la chasse aux sorcières des années 1438-1442, postérieure au procès de 1430. La chasse du tournant des années 1440, dirigée à nouveau contre la campagne, se distingue d’un point de vue institutionnel par l’« autarcie » juridique de la ville, qui ne fit plus appel à l’inquisiteur dominicain de Lausanne pour juger les prétendues sorcières (et sorciers) comme elle l’avait encore fait en 1429 et 14301.

  • 2 Voir G. Modestin, « Der Teufel in der Landschaft. Zur Politik der Hexenverfolgungen im heutigen Kan (...)
  • 3 Ibid., p. 110-116, 119-121.

2Par la suite, la lutte contre les prétendus suppôts du diable restera entre les mains des autorités urbaines, qui menaient une lutte endémique contre la sorcellerie2. Hormis de rares exceptions – citons à titre d’exemple le cas de Christian Bastardet jugé en 1457 par « messeigneurs du consel de Fribourg » sur demande de l’abbé de Hauterive, qui était probablement le seigneur temporel du prétendu zoophile « transformé » en sorcier3 –, ces procès ne sont connus que par des enregistrements des frais de justice dans les comptes des trésoriers de Fribourg.

  • 4 Pour une mise au point concernant le travail de l’inquisition dominicaine en Suisse romande avec de (...)

3Une source susceptible de contenir plus d’informations sur les procès est constituée par les « Livres Noirs » (Thurnrodel) de Fribourg. Il s’agit de registres regroupant différents types de documents relatifs à la justice criminelle, parmi lesquels des protocoles issus des interrogatoires de suspects. Si leur série ne commence qu’en 1475 (pour se poursuivre jusqu’à la fin de l’Ancien Régime), donc à un moment où le stéréotype du sorcier et de la sorcière du type « moderne » est déjà pleinement constitué, les Livres Noirs offrent néanmoins de précieux renseignements sur le délit tel qu’il prenait forme au fil des séances du tribunal. Il faut cependant tenir compte du fait que les protocoles contenus dans les Livres Noirs résument principalement les aveux des prétendus sorciers. Tout le processus de leur élaboration y est occulté, ce qui distingue les Livres Noirs des actes des procès menés à la même époque par les tribunaux d’inquisition dans le diocèse de Lausanne4, auquel appartenait aussi Fribourg. Ces actes font état des multiples pressions auxquelles étaient soumis les prévenus avant de passer aux aveux, mais qui pourraient rester inaperçues à la lecture des seuls Livres Noirs.

  • 5 P. J. Gyger, L’épée et la corde. Criminalité et justice à Fribourg (1475-1505), Lausanne, Universit (...)
  • 6 K. Utz Tremp, « Kriminalität und sprachliche Gerechtigkeit », Freiburger Geschichtsblätter, 78, 200 (...)

4Les trois premiers Livres Noirs, couvrant les trois décennies comprises entre 1475 et 1505, ont fait l’objet d’une étude en 1998 par Patrick J. Gyger5. L’auteur y a transcrit en annexe les pièces en franco-provençal, omettant (tout en les incluant dans son analyse) pour des raisons linguistiques les documents en moyen allemand, qui forment une légère majorité des cas. Parmi les cas présentés in extenso par Gyger, on compte trois affaires de sorcellerie, datant de 1493, 1502 et 1505. À en croire l’auteur, les pièces en allemand ne contiennent pas de cas de sorcellerie, ce qui a été confirmé par Kathrin Utz Tremp pour le premier Livre Noir (1475-1490), dont elle a publié les documents allemands6.

  • 7 Au sujet des procès menés par des tribunaux laïques en Suisse romande, voir G. Modestin, « Wenn sic (...)
  • 8 K. Utz Tremp, « Dommartin in Freiburg. Der Prozess gegen Pierre Perat von Dommartin, hingerichtet a (...)
  • 9 Voir P. J. Gyger, op. cit., p. 140, n. 161.

5Le fait que P. Gyger, qui ne s’est d’ailleurs pas intéressé spécifiquement à la sorcellerie mais à la criminalité en général, a livré les trois affaires de sorcellerie à l’état « brut », sans annotation, justifie sans doute que l’on s’y attarde, d’autant plus qu’elles constituent une source exceptionnelle. En effet, à une époque où les procès les mieux connus de Suisse romande étaient instruits par un tribunal d’inquisition sous la présidence conjointe d’un (vice-)inquisiteur et d’un vicaire épiscopal, ces trois cas sont, avec l’affaire Bastardet de 1457, les seuls aussi bien documentés qui illustrent la répression de la sorcellerie par une instance urbaine et laïque7. De ce point de vue, ces sources sont donc uniques, au moins jusqu’en 1505, la fin de la période couverte par le troisième Livre Noir. Pour ce qu’il est de la suite, un cas de 1517 tiré du quatrième Livre Noir a déjà été étudié8, mais d’autres restent encore à découvrir9.

  • 10 Voir J.-F. Poudret, « L’exercice de la justice par le Conseil de ville de Fribourg (XIVe et XVe s.) (...)

6Si la tenue de procès de sorcellerie nous paraît aujourd’hui un fait hautement insolite, ces affaires étaient tout à fait courantes aux yeux des contemporains. En témoigne le nombre réduit de conseillers détachés à leur instruction – dans nos exemples leur nombre ne dépasse jamais six –, ce qui range ces cas parmi les causes ordinaires10.

Le cas de Jeannette, veuve d’Étienne Lasne (1493)

  • 11 Toutes les citations du procès sont tirées de P. J. Gyger, op. cit., p. 310-12, n° 85.

7Le premier procès à apparaître dans les Livres Noirs est celui de Jeannette, veuve d’Étienne Lasne11. Elle est interrogée à une seule reprise le 20 août 1493 et brûlée le 22. Six conseillers et le grand sautier, qui remplace l’avoyer, sont présents lors de son audition. Parmi les conseillers on trouve Guillaume Reyff, un assesseur particulièrement assidu, qui apparaît à plusieurs reprises dans cette fonction. Jeannette avoue à ses juges que, désespérée pour avoir été battue par son mari, elle avait lancé un appel à l’aide auquel le diable a répondu. Elle lui a rendu hommage en lui baisant le postérieur et offert, en gage, « troys poilz de sa teste ». Elle aurait ensuite, pendant deux ans, fréquenté la secte diabolique, s’y rendant parfois en volant sur un bâton. Lors de ces réunions, les adeptes avaient l’habitude de danser, manger de la chair d’enfants et de s’accoupler. Elle dénonce également un de ses compères capable de rendre malade humains et animaux et dit qu’elle-même est en mesure de soigner. Elle conclut en citant sept complices, précisant que d’autres ont déjà été brûlés. La mention de complices préalablement exécutés est un indice qu’il s’agit non pas d’un cas isolé, mais que l’on a certainement affaire à une « chasse » aux sorcières.

Éléments démonologiques : un schéma classique

  • 12 Voir L’imaginaire du sabbat. Édition critique des textes les plus anciens (1430c.-1440c.), réunis p (...)
  • 13 M. Ostorero, « Commentaire des Errores gazariorum », L’imaginaire du sabbat, op. cit., p. 301-37, i (...)

8Jeannette entre dans la secte parce qu’elle est battue. Le topos démonologique selon lequel le démon s’attaque à des âmes en détresse se vérifie. Suite à l’apparition du diable, elle fait acte d’apostasie et lui rend hommage. Elle mentionne aussi le vol dans les airs. Le déroulement des réunions est lui également conforme aux stéréotypes. Il est question de danse et de cannibalisme. Le meurtre d’enfant, caractéristique importante du sabbat, est présent dans de nombreux traités dès la première moitié du XVe siècle, tels les Errores gazariorum, les textes de Hans Fründ, Jean Nider et Claude Tholosan12. Ceci « atteste de la diffusion de cette composante sordide de la secte : l’infanticide et le cannibalisme d’enfants sont entrés dans les mentalités comme un élément constitutif du sabbat »13. Dans notre exemple fribourgeois, nous constatons une variation sur ce thème puisque l’enfant dévoré est le fruit d’un avortement forcé. Ce motif rappelle la destruction de la fertilité, souvent imputée aux sorciers.

  • 14 L’imaginaire du sabbat, op. cit., p. 291.

9Les aveux suivants portent sur le caractère orgiaque des rassemblements. Les sabbats comportent des rapports sexuels, « touteffois non pas hors de nature ». Nous sommes là dans un schéma atténué en comparaison des orgies dont il est question dans certains procès menés par l’inquisition ou dans le traité des Errores gazariorum qui décrit des sorciers se livrant « à des ébats sexuels, un homme avec une femme, ou un homme avec un autre homme, et parfois un père avec sa fille, un fils avec sa mère, un frère avec sa sœur, sans le moindre respect du juste ordre naturel »14.

10Jeannette décrit ensuite les maléfices d’un complice : celui-ci nuit aux hommes et aux bêtes en les frottant avec « de la grasse ». Le motif de l’onguent est à peine développé et le lien direct entre la graisse et le diable n’est pas précisé. L’accusée quant à elle explique être capable de contrer les maléfices lancés. Pratiquait-elle le métier de guérisseuse, profession encline aux soupçons ? Probablement pas. Il semblerait plutôt que cet aveu soit pour Jeannette une manière de sauver la face : elle sait guérir et non tuer, de la même manière qu’elle s’est accouplée, mais de façon « naturelle ». Finalement, un ultime paragraphe raconte que le mari de l’accusée était un voleur. À défaut de nous donner des informations de type démonologique, toujours dans l’idée d’un certain respect du schéma classique, ce paragraphe nous donne peut-être une piste sur le pourquoi de l’arrestation de Jeannette. Avoir des fréquentations douteuses pouvait susciter les soupçons de voisins zélés dans une période de chasse endémique.

Géographie criminelle : de la Savoie à Fribourg

  • 15 Il existe aussi un village nommé Vacheresse en Gruyère en Suisse, mais pour des raisons d’unité géo (...)
  • 16 J.-Y. Mariotte (dir.), Histoire des communes savoyardes. Le Chablais, Roanne, éd. Horvath, 1980, t. (...)

11L’accusée est originaire de Vacheresse, un village situé en Haute-Savoie actuelle15. C’est dans la même région que se situe le village de Bernex, lieu des réunions sabbatiques, ainsi que les lieux d’origine de complices, La Vernaz et Larringes. Tous se trouvent dans un rayon de quelques kilomètres dans le Chablais savoyard16. Le lien entre les prétendus complices est donc aisé à comprendre. La mention, lors du procès, du « mari qu’elle az desriement ehu en ceste ville » de Fribourg laisse penser que si elle comparaît devant la justice fribourgeoise, c’est parce qu’elle réside depuis ce mariage dans sa juridiction. Le Chablais, limitrophe du Dauphiné et du Pays de Vaud, hauts lieux des chasses aux sorcières, n’y a pas échappé, comme le montre la mention de plusieurs complices déjà brûlés. Nous pouvons donc voir dans notre exemple la preuve d’une large diffusion de l’imaginaire sabbatique à l’extrême fin du XVe siècle.

Le cas de Pernette, veuve de Marmet Fallewo (1502)

  • 17 Toutes les citations du procès sont tirées de P. J. Gyger, op. cit., p. 347-49, n° 141.

12Pernette Fallewo, deuxième sorcière incriminée, est interrogée une seule fois « sans tourture et sans martire » le 21 juin 150217. Elle subit la peine par le feu sept jours plus tard. Dans ce procès, il n’y a que trois conseillers présents dont Nicolas Lombard et Guillaume Gruyère, tous deux des notaires qui ont participé à la rédaction des Livres Noirs. Au sujet de Pernette, nous ne savons que ce qui nous est dit dans l’interrogatoire. Elle est veuve, a dix enfants et peu de fortune. Un jour, elle rencontre un « gentilz homme » qui lui demande la cause de sa tristesse. Apprenant qu’il se nomme « l’ennemys », elle ne veut plus traiter avec lui. Finalement, elle y consent de sa bouche, « mais son ceur ny estoit pas ». Il lui donne de l’argent pour payer ses dettes, mais ce dernier se transforme en feuilles de sauge. L’« ennemys » appelé Barat renouvelle cependant si bien ses promesses de merveilles que Pernette consent à pactiser avec lui et va même jusqu’à lui offrir une poule par année en hommage. Elle raconte ensuite qu’elle a fait de la grêle et l’a projetée depuis les airs en certains lieux, puis elle ajoute qu’elle a aussi répandu de la poudre pour tuer les bêtes. Elle dénonce enfin une dizaine de personnes qu’elle a rencontrées à la secte sans préciser le lieu de la réunion ni ce qui s’y passait.

Éléments démonologiques : les maléfices avant tout

  • 18 Au sujet de cette chasse, voir G. Modestin, Le diable chez l’évêque. Chasse aux sorciers dans le di (...)
  • 19 P. J. Gyger, op. cit., p. 136.

13Sans compter les étapes préalables, le procès de Pernette se compose seulement d’un interrogatoire dans lequel elle passe aux aveux sans torture. L’imaginaire du sabbat est donc présent dans la culture populaire : le diable apporte la richesse, il est trompeur et permet à ses adeptes de voler dans les airs et de faire des maléfices nuisant à la société. Si beaucoup d’aspects démonologiques sont traités dans cet interrogatoire, certains ne le sont pas de manière approfondie. En effet, le pacte avec le diable, si essentiel pour les inquisiteurs durant la chasse des années 1460 dans les possessions des évêques de Lausanne se situant dans la campagne fribourgeoise actuelle18, n’est pas expressément évoqué : Pernette ne renie pas explicitement Dieu, mais se soumet au diable en consentant à lui offrir une poule annuellement. De plus, si elle dénonce des complices, on n’apprend rien de concret au sujet de la secte elle-même : pas de lieu ni de nom précis, aucune réunion « typique » n’est racontée. Nous remarquons que l’accent n’est pas mis sur la démonologie mais sur les maléfices : ce sont les dommages aux biens matériels qui importent aux juges. D’ailleurs, aucune précision ne semble avoir été demandée à Pernette concernant sa rencontre avec le diable ou encore sur la secte dont elle fait partie, et ceux qu’elles dénoncent comme complices n’apparaissent même pas en tant que prévenus par la suite19. Il n’y a pas, à ce que l’on peut en juger, une volonté de mener une chasse sans merci aux sorciers dénoncés. Par contre, une attention particulière est prêtée à la grêle : nous apprenons où Pernette et le diable l’ont projetée et quand. Il en va de même avec la poudre, sauf que sa composition n’intéresse pas les juges.

14Dans ce procès, l’accent est donc mis avant tout sur les effets des maléfices puisqu’ils nuisent à la société. La justice est garante du bon ordre et de la paix : Pernette est donc coupable d’avoir provoqué la grêle et d’avoir tué du bétail dans plusieurs villages.

Géographie criminelle : de Genève aux alentours de Domdidier

  • 20 Lieu non identifié.

15Cet extrait du Livre Noir indique que Pernette Fallewo est de Ville-la-Grand, un village près de Genève en Haute-Savoie, mais elle commet ses méfaits dans la région de la Broye en Suisse, aux alentours de Domdidier. Nous ne savons pas où elle a été appréhendée, mais il est peu probable qu’elle ait été arrêtée du côté de la Haute-Savoie. Ainsi, étant donné qu’elle a rencontré le diable vers Genève huit ans auparavant, qu’elle a jeté de la poudre à Givisiez deux ans après et qu’elle a commis ses autres méfaits juste avant son procès dans la région de Dompierre et de Domdidier – à une quinzaine de kilomètres seulement de Givisiez –, il est probable que Pernette demeure en terre fribourgeoise depuis six ans déjà au moment du procès. Ainsi, le lieu indiqué, Ville-la-Grand, serait en réalité son lieu d’origine. Le lieu d’habitation des complices confirme cette hypothèse, puisque tous résident à Payerne, Massonnens, Lucens, « Sourveignye vers Roumond »20 ou à Tours (hameau de la commune de Montagny-les-Monts). Cette géographie criminelle dessine une aire d’action réduite où les deux lieux les plus éloignés – Givisiez et Lucens – ne sont séparés que d’une trentaine de kilomètres.

  • 21 « Domdidier », Dictionnaire historique de la Suisse, Hauterive, Éditions Gilles Attinger, 2002 (inc (...)
  • 22 « Givisiez », ibid., t. 5, p. 594 (G. Andrey). Au sujet de la famille d’Affry, voir aussi A. Dafflo (...)
  • 23 Ch. Ammann-Doubliez (éd.), Les sources du droit du canton de Fribourg. Première section : Le droit (...)

16Dompierre et Domdidier, lieux où a été jetée la grêle, sont deux localités achetées à la Savoie par Fribourg en 1478 et rattachées au baillage de Montagny à cette même date21. Quant à Givisiez, lieu où des bêtes ont péri, il passe, au XVe siècle, à une des familles les plus illustres de Fribourg, les d’Affry22. Cette géographie criminelle explique que c’est à Fribourg que Pernette est jugée, puisque ses méfaits sont commis en terres fribourgeoises. Et même si Pernette Fallewo avait été résidente de Ville-la-Grand, donc une étrangère, elle aurait été soumise à la juridiction fribourgeoise. Dès 1375, la communauté de Fribourg détient en effet le droit de juridiction sur des étrangers arrêtés sur son territoire, qui ont commis – « où que ce soit » (in qualicumque loco) – des homicides contre des Fribourgeois23, droit sans doute étendu par la suite à d’autres délits.

Le cas de Pierre Bolengé (1505)

  • 24 Toutes les citations du procès sont tirées de P. J. Gyger, op. cit., p. 356-57, n° 148.
  • 25 P. J. Gyger, op. cit., p. 356.

17Pierre Bolengé subit trois interrogatoires étalés sur plus de deux semaines, période bien plus longue que celle des deux procès préalablement étudiés24. Notons que le compte-rendu du procès n’est pas complet : la sentence n’est pas inscrite et le texte entier est biffé. Bien que les comptes du semestre en cours indiquent qu’un hérétique est mort sur le bûcher25, il demeure toutefois un doute quant à l’issue du procès. Parmi les conseillers présents au moins une fois lors des trois auditions on rencontre, sans grande surprise, Guillaume Reyff et Nicolas Lombard.

18Lors de la première audition, l’accusé explique que sa femme lui a proposé de devenir riche et de pouvoir se sustenter en tout lieu gratuitement sans être reconnu, et ce en mangeant deux pierres posées dans un nid de corbeau. Pierre refuse, mais explique toutefois avoir renié Dieu par la suite. Il ajoute mal vivre son geste et s’en être confessé. Puis il raconte avoir mangé de la chair d’enfant et baisé le diable sous forme de chat « sur l’ance, decouste la cuez ». Le démon demande à Pierre de lui rendre hommage par l’offrande d’un denier. Pierre poursuit son chemin et mange à nouveau de la chair humaine, « une espole de femme ». Les derniers aveux reprennent le motif de l’apostasie : son maître lui demande de renier « Dieu [son] createur, la Rossa – par laquelle ilz entendoit la Vierge Marie –, le Saint Baptesme et la court celestialle de Paradis. »

Éléments démonologiques : du merveilleux au plus classique

  • 26 Voir H. Bächtold-Stäubli (éd.), Handwörterbuch des deutschen Aberglaubens, Berlin-New York, Walter (...)

19Il est remarquable de constater dans cette pièce le nombre réduit d’allusions au diable ou aux démons. En effet, lors de la première séance, le 12 août 1505, il n’y en a même pas. Nous y retrouvons toutefois la phase de séduction, effectuée non par le diable mais par la femme de Pierre. Elle lui promet la richesse, topos connu des traités démonologiques. Dans les aveux, il n’est pas directement question d’une secte, mais nous pouvons toutefois comprendre que « ceulx de la Roche » sont un groupe de sorciers. Pierre explique, de manière surprenante, que sa femme a voulu lui faire manger des pierres posées dans un nid de corbeau. Dans le folklore germanique, les œufs de corbeaux, figurés ici par les pierres, auraient des pouvoirs tels que rendre invisible ou amener la richesse26. L’accusé appose ici à la séduction diabolique, image véhiculée par la démonologie savante, des croyances populaires.

20Le deuxième interrogatoire a lieu le 27 août, quinze jours après le premier, et la nature des aveux va s’en trouver changée. Du folklore, nous passons à la sorcellerie. Cette évolution a probablement été suggérée à l’accusé par la force durant ce laps de temps. Il explique ainsi avoir renié Dieu, acte primordial non seulement dans la littérature démonologique mais aussi dans les procès menés par l’inquisition. Il avoue ensuite avoir mangé de la chair d’enfant, élément central également du schéma démonologique classique. Au cours de la même audition, il reconnaît avoir également mangé de la chair de femme, sorte d’anthropophagie moins courante dans les procès. Après ce repas vient le moment du « pacte avec le diable ». Avec le baiser infâme et l’apparition du diable sous forme de chat, nous retournons vers la tradition des manuels savants. Cette tendance se confirme lorsque le maître demande un denier à l’accusé à titre d’hommage.

  • 27 S. Simon, « Si je le veux, il mourra ! » Maléfices et sorcellerie dans la campagne genevoise (1497- (...)
  • 28 L. Pfister, L’enfer sur terre. Sorcellerie à Dommartin (1498), Lausanne, Université de Lausanne, 19 (...)
  • 29 J. Hansen (éd.), Quellen und Untersuchungen zur Geschichte des Hexenwahns und der Hexenverfolgung i (...)

21Lors de la dernière audition, le premier septembre, Pierre Bolengé dit avoir renoncé à Dieu, à la Vierge, au Saint Baptême et à la cour céleste du paradis. Cet aveu d’apostasie se rapproche des schémas de la sorcellerie démoniaque. Les aveux de l’accusé sont pourtant incomplets. En effet, aucune mention n’est faite des réunions sabbatiques, de leur déroulement, des orgies, des onguents et des maléfices qui en découlent. Quant au terme vulgaire de « Rossa » pour désigner la Vierge, on le retrouve dans des actes de procès tenus tant en 1497 dans la campagne genevoise27 qu’en 1498 à Dommartin, village situé au nord de Lausanne28. L’exemple du traité anonyme connu sous le titre « La Vauderye de Lyonois » montre que le terme avait même filtré, sous sa forme latine (ruffa), dans le discours démonologique savant29.

Géographie criminelle : la campagne « fribourgeoise »

  • 30 Pour les données concernant les villages mentionnés ci-dessus, nous renvoyons aux entrées respectiv (...)

22Le premier lieu qui nous est livré est l’origine du prévenu, le « Pyamont » (Piémont). La justice fribourgeoise juge donc à nouveau un étranger. Lors de sa première audition, Pierre fait mention de « ceulx de la Roche ». Le lien qui unit cette seigneurie, possession des évêques de Lausanne, avec Fribourg, est le traité de combourgeoisie entre les habitants de La Roche et la ville de Fribourg, auquel l’évêque de Lausanne donne son accord en 147530. La mention de la Roche peut aussi s’expliquer par le fait que le village, frappé au cours de la chasse des années 1458-1461, véhicule ce type d’imaginaire.

  • 31 N. Morard, « La formation du canton de Fribourg : contrainte et liberté », La formation territorial (...)

23Lors de sa deuxième audition, le prévenu mentionne tout d’abord le lieu de son festin : Vuippens, village sous la suzeraineté de la Savoie, dont les habitants passent un traité de combourgeoisie avec la ville de Fribourg en 1479. Au début du XVIe siècle, la Savoie perd de son influence politique ; ainsi, le fait d’arrêter un criminel ayant agi à Vuippens pourrait être pour Fribourg un moyen de s’imposer dans la région. Il en va de même de la localité dont vient l’enfant dévoré, Sorens. Bolengé explique ensuite se trouver à « Morlen », probablement Morlon, situé à mi-chemin entre Vuippens et Gruyères. Morlon fait partie depuis 1475 du bailliage d’Éverdes et se trouve donc directement sous la juridiction fribourgeoise. Depuis 1474, un autre traité de combourgeoisie rapproche Fribourg et une partie du comté de Gruyères, lieu d’un repas cannibale. S’ajoutent à ce lien des dettes contractées par les comtes de Gruyère auprès de la ville. On peut y déceler la politique de crédit menée par Fribourg pour s’emparer peu à peu des territoires voisins31.

24La géographie criminelle du procès contre Pierre Bolengé se superpose donc aux visées expansionnistes de la ville de Fribourg, comme si, en faisant la « police » dans les seigneuries convoitées, Fribourg voulait anticiper sur des acquisitions futures.

En guise de conclusion

25Une des grandes particularités des procès que nous venons d’analyser est leur tenue devant un tribunal laïc. Néanmoins, d’un point de vue démonologique, il n’y a pas d’opposition nette entre ce qui est présenté dans les procès fribourgeois et les affaires instruites par un tribunal d’inquisition. En effet, dans nos trois cas, nous avons finalement retrouvé de nombreux éléments calqués sur les traités savants, dont les « ingrédients » se transmettent ensuite par divers canaux. Nous avons retrouvé dans nos sources le pacte avec le diable, les maléfices, le cannibalisme. Toutefois, ces éléments ne se trouvent pas tous réunis dans un seul procès. Si l’on compare ces trois affaires aux procès qui se sont déroulés une quarantaine d’années plus tôt sur les terres actuellement fribourgeoises de l’évêque de Lausanne, force est de constater que les inquisiteurs arrivent à des réponses bien plus précises.

26Les points communs des trois procès des premiers Livres Noirs sont la séduction par le diable dans des moments de faiblesse, le pacte et l’hommage « matérialisé » par un tribut, que ce soient trois poils, une poule par an ou un denier. D’autres motifs, par contre, ne sont pas évoqués chez tous les accusés. Le cannibalisme, le baiser infâme et l’apostasie apparaissent à deux reprises, dans les procès de Jeannette Lasne et de Pierre Bolengé. La grêle et la mort du bétail causée par une poudre ne sont par contre présentes que dans le procès de Pernette Fallewo. Les procès de l’inquisition, en revanche, tendent vers une représentation totale du sabbat. Ainsi, les éléments constitutifs de l’imaginaire du sabbat restent les mêmes, mais sont moins importants aux yeux de la cour de justice fribourgeoise.

27En ce qui concerne la géographie criminelle des procès, c’est surtout la campagne qui est visée par la répression, de préférence des territoires intéressants pour la ville de Fribourg, avide d’expansion mais également désireuse de renforcer son autorité sur des terres fraîchement acquises. En outre, nous avons constaté que probablement tous les accusés sont des étrangers, et deux d’entre eux sont des veuves. Ce sont dans les trois cas des gens en marge de la société. Ils ont tous trois dénoncé leurs complices, dont certains avaient déjà été exécutés, ce qui montre bien le caractère large de la chasse à cette époque. Toutefois, les autorités semblent ne pas tenir compte de ces accusations. Par ailleurs, les trois procès sont assez éloignés dans le temps et sans lien les uns avec les autres. De ce fait, pour les autorités fribourgeoises, le tournant du XVIe siècle n’est pas marqué par une chasse à tout va.

Notes

1 Pour les débuts de la chasse aux sorcières à Fribourg voir K. Utz Tremp, « Ist Glaubenssache Frauensache ? Zu den Anfängen der Hexenverfolgungen in Freiburg (um 1440) », Freiburger Geschichtsblätter, 72, 1995, p. 9-50 ; Ead., Von der Häresie zur Hexerei. « Wirkliche » und imaginäre Sekten im Spätmittelalter, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 2008 (MGH Schriften, 59), p. 465-70, 502-34; Ead., « De l’hérésie à la sorcellerie : le ‹laboratoire› de Fribourg (Suisse) », Bollettino della Società di Studi Valdesi, 126, décembre 2009 (n° 205), p. 3-17.

2 Voir G. Modestin, « Der Teufel in der Landschaft. Zur Politik der Hexenverfolgungen im heutigen Kanton Freiburg von 1440 bis 1470 », Freiburger Geschichtsblätter, 76, 1999, p. 81-122.

3 Ibid., p. 110-116, 119-121.

4 Pour une mise au point concernant le travail de l’inquisition dominicaine en Suisse romande avec des renvois à la riche littérature sur le sujet, voir Inquisition et sorcellerie en Suisse romande. Le registre Ac 29 des Archives cantonales vaudoises (1438-1528). Textes réunis par M. Ostorero et K. Utz Tremp en collaboration avec G. Modestin, Lausanne, Université de Lausanne, 2007 (Cahiers lausannois d’histoire médiévale [désormais CLHM], 41). Pour un aperçu de l’histoire des recherches menées à l’Université de Lausanne en matière de sorcellerie, voir K. Utz Tremp, « Witches’ Brooms and Magic Ointments. Twenty Years of Witchcraft Research at the University of Lausanne (1989-2009) », Magic, Ritual, and Witchcraft, 5/2, 2010, p. 173-187.

5 P. J. Gyger, L’épée et la corde. Criminalité et justice à Fribourg (1475-1505), Lausanne, Université de Lausanne, 1998 (CLHM, 22).

6 K. Utz Tremp, « Kriminalität und sprachliche Gerechtigkeit », Freiburger Geschichtsblätter, 78, 2001, p. 237-269.

7 Au sujet des procès menés par des tribunaux laïques en Suisse romande, voir G. Modestin, « Wenn sich der Grundherr als Glaubensrichter gebärdet. Zu den weltlichen Hexereiverfahren in der nachmaligen Westschweiz (15.-16. Jahrhundert) », présentation faite dans le cadre du colloque international Grenzüberschreitungen – Magieglaube und Hexenverfolgung als Kulturtransfer (18 au 21 mai 2010) organisé par G. Gersmann, J. M. Schmidt et K. Moeller à l’Institut historique allemand à Paris, à paraître dans les actes du colloque.

8 K. Utz Tremp, « Dommartin in Freiburg. Der Prozess gegen Pierre Perat von Dommartin, hingerichtet als Hexer 1517 in Freiburg », Mémoires de cours. Études offertes à Agostino Parvicini Bagliani par ses collègues et élèves de l’Université de Lausanne, réunies par B. Andenmatten, C. Chène, M. Ostorero et E. Pibiri, Lausanne, Université de Lausanne, 2008 (CLHM, 48), p. 463-482.

9 Voir P. J. Gyger, op. cit., p. 140, n. 161.

10 Voir J.-F. Poudret, « L’exercice de la justice par le Conseil de ville de Fribourg (XIVe et XVe s.), en particulier la procédure des ‹cas attraits› », Revue de droit suisse, 129, 2010/I, p. 629-645.

11 Toutes les citations du procès sont tirées de P. J. Gyger, op. cit., p. 310-12, n° 85.

12 Voir L’imaginaire du sabbat. Édition critique des textes les plus anciens (1430c.-1440c.), réunis par M. Ostorero, A. Paravicini Bagliani, K. Utz Tremp en collaboration avec C. Chène, Lausanne, Université de Lausanne, 1999 (CLHM, 26).

13 M. Ostorero, « Commentaire des Errores gazariorum », L’imaginaire du sabbat, op. cit., p. 301-37, ici p. 320.

14 L’imaginaire du sabbat, op. cit., p. 291.

15 Il existe aussi un village nommé Vacheresse en Gruyère en Suisse, mais pour des raisons d’unité géographique, cette piste n’a pas été retenue.

16 J.-Y. Mariotte (dir.), Histoire des communes savoyardes. Le Chablais, Roanne, éd. Horvath, 1980, t. 1.

17 Toutes les citations du procès sont tirées de P. J. Gyger, op. cit., p. 347-49, n° 141.

18 Au sujet de cette chasse, voir G. Modestin, Le diable chez l’évêque. Chasse aux sorciers dans le diocèse de Lausanne (vers 1460), Lausanne, Université de Lausanne, 1999 (CLHM, 25).

19 P. J. Gyger, op. cit., p. 136.

20 Lieu non identifié.

21 « Domdidier », Dictionnaire historique de la Suisse, Hauterive, Éditions Gilles Attinger, 2002 (incomplet), ici t. 4, p. 95 (M. Rolle).

22 « Givisiez », ibid., t. 5, p. 594 (G. Andrey). Au sujet de la famille d’Affry, voir aussi A. Dafflon, Les d’Affry ou les fruits de l’alliance française, Fribourg, Archives de l’État, 2010 (Connaissez-vous, 4).

23 Ch. Ammann-Doubliez (éd.), Les sources du droit du canton de Fribourg. Première section : Le droit des villes. Tome 6 : La ‹Première collection des lois› de Fribourg en Nuithonie, Bâle, Schwabe, 2009 (Les Sources du droit suisse, IXe partie : Le sources du droit du canton de Fribourg), p. 62-63, n° 73.

24 Toutes les citations du procès sont tirées de P. J. Gyger, op. cit., p. 356-57, n° 148.

25 P. J. Gyger, op. cit., p. 356.

26 Voir H. Bächtold-Stäubli (éd.), Handwörterbuch des deutschen Aberglaubens, Berlin-New York, Walter de Gruyter, 2000, t. 7, p. 454.

27 S. Simon, « Si je le veux, il mourra ! » Maléfices et sorcellerie dans la campagne genevoise (1497-1530), Lausanne, Université de Lausanne, 2007 (CLHM, 42), p. 160.

28 L. Pfister, L’enfer sur terre. Sorcellerie à Dommartin (1498), Lausanne, Université de Lausanne, 1997 (CLHM, 20), p. 210, 224, 244, 266.

29 J. Hansen (éd.), Quellen und Untersuchungen zur Geschichte des Hexenwahns und der Hexenverfolgung im Mittelalter, Hildesheim, Georg Olms Verlagsbuchhandlung, 1963 (réédition anastatique de la 1ère éd. 1901), p. 190, § 10. Au sujet de ce traité, voir F. Mercier, « La vauderie de Lyon a-t-elle eu lieu ? Un essai de recontextualisation (Lyon, vers 1430-1440 ?) », M. Ostorero, G. Modestin et K. Utz Tremp (éd.), Chasses aux sorcières et démonologie. Entre discours et pratiques (XIVe-XVIIe siècles), Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo, 2010 (Micrologus’ Library, 36), p. 27-44, et M. Ostorero, Le diable au sabbat. Littérature démonologique et sorcellerie (1440-1460), Florence, Sismel-Ed. del Galluzzo, 2011 (Micrologus’ Library, 38), p. 68-76.

30 Pour les données concernant les villages mentionnés ci-dessus, nous renvoyons aux entrées respectives du Dictionnaire historique et biographiques de la Suisse, Neuchâtel, Administration du Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, 7 t. avec une table systématique, 1921-1934, et du Dictionnaire historique de la Suisse, op. cit. Au sujet du statut politique de La Roche, voir en outre G. Modestin, « Des Bischofs letzte Tage. Georg von Saluzzo und die Hexenverfolgung im Fürstbistum Lausanne (1458-1461) », R. Voltmer (éd.), Hexenverfolgung und Herrschaftspraxis, Trèves, Paulinus Verlag, 2005 (Trierer Hexenprozesse, Quellen und Darstellungen, 7), p. 51-72, en part. 60-63.

31 N. Morard, « La formation du canton de Fribourg : contrainte et liberté », La formation territoriale des cantons romands. Fribourg, Vaud, Valais, Neuchâtel, Genève, Lausanne, Société d’histoire de la Suisse romande, 1989 (Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire de la Suisse romande, 3e série, t. XVII), p. 1-15, en part. 6-7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georg Modestin, Alexia Rey et Céline Rochat, « La répression de la sorcellerie à Fribourg en Suisse au tournant du XVIe siècle : les spécificités d’une juridiction laïque », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 22 | 2011, 279-288.

Référence électronique

Georg Modestin, Alexia Rey et Céline Rochat, « La répression de la sorcellerie à Fribourg en Suisse au tournant du XVIe siècle : les spécificités d’une juridiction laïque », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 22 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/13460 ; DOI : 10.4000/crm.13460

Haut de page

Auteurs

Georg Modestin

Université de Fribourg (Suisse)

Alexia Rey

Université de Fribourg (Suisse)

Céline Rochat

Université de Fribourg (Suisse)

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org