Navigation – Plan du site
Varia

Difficile liberté

Franc Vouloir, de la notion éthique à la figure poétique (XIIIe-XVe siècles)
Florence Bouchet
p. 287-312

Résumés

Dans les derniers siècles du Moyen Âge, l’écriture allégorique contribue à l’exploration psychique et éthique de l’individu. Cet article étudie la figure de Franc Vouloir, personnification du libre arbitre individuel, dans un ensemble de textes littéraires des XIIIe-XVe siècles. Ses linéaments philosophiques sont d’abord retracés à travers le débat scolastique qui se noue au XIIIe siècle sur la question de la liberté et de la responsabilité morale, débat dont la littérature française vul­garise les grandes lignes du XIIIe au XVe siècle, d’abord sous un angle conceptuel (Jean de Meung) puis sous la forme poétique de la personnification de Franc Vouloir, récurrente chez Eustache Deschamps ou parfois relayée dans le théâtre des moralités par Franche Volonté ou Franc Arbitre. Le choix de vie incarné par Franc Vouloir concerne également la vie sentimentale, dans le cadre du mariage ou de l’amour courtois, où il devient d’autant plus problématique qu’il s’agit de conjoindre deux libertés individuelles en un couple. Enfin, Franc Vouloir devient une figure émergente de l’intentio auctoris dans plusieurs textes du XVe siècle.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Un concept nécessaire à l’évaluation de la responsabilité éthique de l’homme
L’amour à l’épreuve de franc vouloir
Émergence de l’intention d’auteur
Conclusion

Aperçu du texte

Dans une étude fondamentale sur le « nouveau lyrisme » des XIVe et XVe siècles, Jacqueline Cerquiglini a mis en évidence que « le je se dédouble ou se fend », faisant surgir une véritable polyphonie au sein du poème. Cet avis fécond engage plus largement (hors lyrisme) l’exploration et l’expression de la subjectivité individuelle à la fin du Moyen Âge, dans son rapport à un monde en mutation. Il n’est plus seulement question de réinvestir le schéma classique de la psychomachie à l’aide de personnifications destinées à décrire la vie sentimentale (Amour, Raison, Espérance, Tristesse, etc.). La littérature, chambre d’écho de l’enseignement scolastique, convoque des figures plus « subtiles » qui analysent la vie de l’esprit : ainsi de Pensée chez Charles d’Orléans ou d’Entendement dans la production allégorique des XIVe et XVe siècles. Une autre notion cruciale dans l’examen de l’existence humaine (et en quelque sorte cousine de la précédente) a fini par s’incarner, c’est Franc Vouloir...

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Bouchet, « Difficile liberté », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 27 | 2014, 287-312.

Référence électronique

Florence Bouchet, « Difficile liberté », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/13452 ; DOI : 10.4000/crm.13452

Haut de page

Auteur

Florence Bouchet

Université de Toulouse (UTM)
Patrimoine, Littérature, Histoire (EA 4601)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org