Navigation – Plan du site
Varia

De Partonopeu de Blois à Cristal et Clarie ou la réécriture implicitée d’une rencontre amoureuse

Géraldine Toniutti
p. 259-285

Résumés

Le roman de Cristal et Clarie présente une pratique d’écriture tout à fait originale dans le paysage de la littérature médiévale : au lieu d’emprunter des passages à des textes antérieurs en les réécrivant, l’auteur anonyme copie carrément plusieurs vers d’œuvres des XIIe et XIIIe siècles pour les insérer dans sa narration. Si la critique médiéviste s’est encore peu intéressée à ce phénomène isolé d’intertextualité, celui-ci se révèle très riche de sens ; il traduit non seulement les intentions parodiques de l’auteur, mais instaure également un jeu avec le texte source, qui fournit des indications sur la réception médiévale des textes. Cet article se propose d’étudier les reprises à Partonopeu de Blois, dont sont copiés l’épisode du viol de Mélior et la description de Chef d’Oire, pour montrer l’adaptation harmonieuse de ces vers à la trame narrative de Cristal et Clarie et en dégager les significations.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Partonopeu de Blois : un « roman-somme »
Adaptation harmonieuse et mode d’insertion du passage
Vers une reconfiguration parodique : l’implicitation en décalage
Fée ou dame efforchiee : de l’éros à la transgression
Chef d’Oire et la tour de Clarie : deux lieux de plaisir
Quête d’implicitations, quête du sens

Aperçu du texte

Faire du neuf avec de l’ancien, écrire
c’est inventer : l’emprunt est créateur.

« L’écriture médiévale est […] affaire de mémoire, et ses œuvres sont comme des palimpsestes qui conserveraient en partie les traces d’écrits préexistants. » Ainsi que l’exprime Annie Combes, écrire au Moyen Âge, c’est essentiellement recycler une matière antérieure pour produire une œuvre nouvelle. Dès lors, les diverses pratiques intertextuelles comme la compilation, l’interpolation, l’insertion lyrique, et, plus généralement, la réécriture, sont légion dans les textes médiévaux et n’étonnent plus les chercheurs, qui y consacrent d’ailleurs souvent leurs études. Les nombreux remplois et détournements que subit par exemple l’épreuve de l’épervier d’Erec et Enide dans les divers romans postérieurs ne sont ainsi pas perçus comme transgressifs ni ne relèvent d’une technique d’écriture particulièrement atypique, aux yeux du public médiéval aussi bien qu’à ceux des modernes.

Bien plus étonnante est la pratique ...

Pour citer cet article

Référence papier

Géraldine Toniutti, « De Partonopeu de Blois à Cristal et Clarie ou la réécriture implicitée d’une rencontre amoureuse », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 27 | 2014, 259-285.

Référence électronique

Géraldine Toniutti, « De Partonopeu de Blois à Cristal et Clarie ou la réécriture implicitée d’une rencontre amoureuse », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/13450 ; DOI : 10.4000/crm.13450

Haut de page

Auteur

Géraldine Toniutti

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org