Navigation – Plan du site
Jean de Vignay : Actualités et perspectives

Tribulations hennuyères d’un manuscrit du miroir historial

À propos de trois bifeuillets conservés aux Archives départementales d’Indre-et-Loire
Ludovic Nys
p. 235-255

Résumés

Une quittance donnée en septembre 1439 à la comtesse douairière de Hainaut cite un manuscrit du Miroir historial commençant au temps de Charlemagne et s’achevant à l’époque de Philippe le Bel. Cette mention a pu être mise en relation avec trois bifeuillets aujourd’hui à Tours, qui proviennent d’un volume IV de ladite traduction française par Jean de Vignay du Speculum historiale. L’enquête, en outre, a permis de retracer l’itinéraire de ce manuscrit, de la bibliothèque du roi où il se trouvait à l’origine jusqu’à Château-Renault, en passant par les mains de Louis VII de Bavière, du cabochien Garnot de Saint-Yon, de Marguerite de Bourgogne, de Charles d’Orléans et de son demi-frère, Jean de Dunois, le célèbre compagnon d’armes de Jeanne d’Arc.

Haut de page

Notes de la rédaction

Je tiens à remercier ici, pour leurs suggestions, Mattia Cavagna (université catholique de Louvain), Laurent Brun (University of Ottawa) et Thomas Falmagne (Handschriftenzentrum der DFG, Frankfurt-am-Main).

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Identification du manuscrit
Les tribulations d’un manuscrit de la librairie du roi
Du Quesnoy à Château-Renault

Aperçu du texte

Les dernières années de Marguerite de Bourgogne, comtesse douairière de Hainaut, ne furent à l’évidence pas de celles qui étaient propres à voir déployés des fastes de cour et passer dans la foulée des commandes ou réaliser des achats de grand prix. Le château du Quesnoy où elle s’était retirée à la mort de son époux, le comte Guillaume IV/VI de Bavière († 31 mai 1417), n’était plus depuis longtemps qu’un terne et triste refuge princier. Son unique fille Jacqueline de Bavière, qui était allée entre-temps s’établir en son comté de Hollande, était elle-même décédée depuis quelques années († 8 octobre 1436). Quant à ses relations avec son neveu Philippe le Bon, héritier du comté, elles étaient très tendues, des circonstances qui ne l’auront pas encouragée à fréquenter les milieux de la cour de Bourgogne, à Bruges et à Bruxelles, et l’auront incitée au contraire à vivre en recluse sur les terres de son douaire hennuyer. Sans doute, le mobilier du château conservait-il le souvenir du bri...

Pour citer cet article

Référence papier

Ludovic Nys, « Tribulations hennuyères d’un manuscrit du miroir historial », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 27 | 2014, 235-255.

Référence électronique

Ludovic Nys, « Tribulations hennuyères d’un manuscrit du miroir historial », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/13447 ; DOI : 10.4000/crm.13447

Haut de page

Auteur

Ludovic Nys

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org