Navigation – Plan du site
Jean de Vignay : Actualités et perspectives

Traduire le discours sur Dieu dans l’encyclopédie médiévale

Le récit de la Création dans le Miroir historial de Jean de Vignay
Nathalie Bragantini-Maillard
p. 151-175

Résumés

Partant du postulat que le traducteur, en œuvrant pour l’édification encyclopédique et morale du lecteur, œuvre aussi pour son propre salut, nous nous proposons d’observer les modalités de traduction choisies par Jean de Vignay dans le Miroir historial pour transposer en français le discours sur Dieu dans le récit de la Création donné par le Speculum historiale de Vincent de Beauvais. L’examen, fondé sur des approches linguistique, stylistique et pragmatique, montre que, tout en présentant des faiblesses notables dans la connaissance de certains points théologiques et dans la maîtrise du latin, la traduction de Jean de Vignay repose sur des choix qui témoignent d’une intention manifeste d’accentuer la portée persuasive du discours sur le divin et d’infléchir la morale sous-jacente vers une austérité sensible. Le traducteur tient ici un rôle de pédagogue et fait œuvre d’écrivain tout autant que d’intermédiaire linguistique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Les défaillances du discours sur le divin
Erreurs par ignorance
Erreurs de lecture
Une orientation personnelle du discours sur le divin
Stratégies informatives
Stratégies stylistiques
Stratégies lexicales
Conclusion

Aperçu du texte

Dans la chaîne de diffusion du savoir au Moyen Âge, le traducteur joue, à partir du XIIIe siècle, un rôle crucial à titre d’intermédiaire entre l’auctoritas latine et le lecteur/auditeur laïc. Mais translater le savoir, notamment le savoir encyclopédique, c’est également être l’auteur d’un discours qui, à travers la description de la nature et le récit de l’histoire de l’homme, parle de Dieu, c’est en somme répandre la parole divine. En assurant le transfert de la langue des litterati, le latin, à la langue vernaculaire, en l’occurrence le français, le translateur assure une circulation de la parole divine à un double niveau : du monde céleste au monde terrestre d’une part, et du monde clérical au monde laïc, de l’autre.

La tâche du traducteur médiéval n’était donc pas anodine : en œuvrant pour l’édification encyclopédique et morale, celui-ci œuvrait pour son propre salut, et ce sentiment devait être d’autant plus fort quand le texte narrait précisément l’action de Dieu à l’origine d...

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Bragantini-Maillard, « Traduire le discours sur Dieu dans l’encyclopédie médiévale », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 27 | 2014, 151-175.

Référence électronique

Nathalie Bragantini-Maillard, « Traduire le discours sur Dieu dans l’encyclopédie médiévale », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/13443 ; DOI : 10.4000/crm.13443

Haut de page

Auteur

Nathalie Bragantini-Maillard

Université Paris Est –Créteil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org