Navigation – Plan du site
Le modèle dans la science médiévale

L’image d’Aristote et la construction des modèles intellectuels au XIIIe siècle

Oleg Voskoboynikov
p. 73-95

Résumés

Une question quodlibétique anonyme, discutée vers 1310 en Italie et consacrée au destin posthume d’Aristote, lui nie tout espoir de repos éternel, tout en proposant des arguments pro et contra. Péremptoire en apparence, la solution du problème débouche sur d’autres voies de l’histoire des idées et des mentalités de l’âge scolastique. Au XIIIe siècle, la figure du Philosophe, plus que ses doctrines, suscite l’intérêt et stimule l’imagination d’un public lettré qui dépasse les classes universitaires. En élargissant le dossier par des textes de différentes natures et provenances, je présente les procédés utilisés à l’époque pour construire un modèle de savant et de science par métonymie. « Règle de toute vérité », « presque chrétien » pour les uns, « le pire des métaphysiciens », orgueilleux mécréant pour les autres, Aristote est l’un de ces modèles ambigus, comme toute figure-clé d’une culture en plein essor, un modèle qui se prêtait à de multiples interprétations, malgré les doctrines imposées, la censure ou les habitudes intellectuelles.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Un quodlibet sur le salut d’Aristote : position du problème
Condamnation du philosophe ou de la philosophie ?
Aristote et Salomon : une sagesse ambiguë
Sagesse ou curiosité oisive ?
La curiosité d’Alexandre et d’Aristote
Aristoteles latinus : un corpus hétérogène
Aristote et la Trinité
Vers un genre nouveau : l’histoire de la philosophie par Jean de Galles
Conclusion

Aperçu du texte

À la mémoire d’Alain-Philippe Segonds

Un quodlibet sur le salut d’Aristote : position du problème

Tu vas dire : n’est-ce pas trop rigoureux de condamner un homme si célèbre, si doué de dons naturels et de vertus ? Condamner quelqu’un dont le Commentateur (sur le troisième livre De l’âme) dit : « Je crois qu’il fut une règle, un homme exemplaire dans lequel la nature voulut montrer le plus haut degré de perfection que l’on puisse atteindre naturellement » ? Il faut répondre : et alors cela ne fait rien, les anges dans le ciel connaissaient bien mieux la nature, mais leur orgueil les fit précipiter. Autant qu’il découvrît, par la grâce gratuite ou par ses dons naturels, cela n’aide pas : là où la vérité ne s’ouvre que par révélation il s’en tint obstinément à ce que lui suggérait sa raison orgueilleuse. Il aurait dû songer que dans les questions que la foi traite de manière opposée, et surtout dans ce qui est inaccessible aux sens, rien n’interdit au « faux » d’être plus vraisemblable q...

Pour citer cet article

Référence papier

Oleg Voskoboynikov, « L’image d’Aristote et la construction des modèles intellectuels au XIIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 27 | 2014, 73-95.

Référence électronique

Oleg Voskoboynikov, « L’image d’Aristote et la construction des modèles intellectuels au XIIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/13435

Haut de page

Auteur

Oleg Voskoboynikov

École des hautes études en sciences économiques, Moscou

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org