Navigation – Plan du site
Le modèle dans la science médiévale

Innovation et science scolastique de la nature (v. 1260 – milieu du XIVe siècle)

L’exemple de l’attraction magnétique
Nicolas Weill-Parot
p. 59-71

Résumés

La scolastique scientifique fut à l’origine de nombre d’innovations qui peuvent souvent se comprendre comme un jeu subtil avec les modèles, comme on peut le voir avec la question de l’attraction magnétique dans les commentaires sur la Physique d’Aristote. Le cadre péripatéticien pouvait imposer sa logique avec tant de rigueur qu’il conduisait à des réinventions de solutions déjà trouvées préalablement comme semble l’indiquer la reformulation par les commentateurs latins de la Physique de l’idée de l’altération de proche en proche de l’air intermédiaire, situé entre l’aimant et le fer, par l’aimant. Parfois aussi la conscience de la cohérence conceptuelle d’une autorité comme Averroès pouvait conduire à lui attribuer un argument qui provenait d’une tradition ultérieure : ainsi, l’exemple du poids maximum du morceau de fer susceptible d’être déplacé par un aimant donné. Mais le modèle n’imposait pas un cadre coercitif, l’innovation et l’écart y avaient toute leur place comme le montrent les différences entre la tradition des commentateurs anglais sur la Physique et celle des commentateurs parisiens : questions différentes et ruptures témoignent de la vivacité et de la fécondité de la réflexion scolastique où le modèle est sans doute plus un stimulant qu’un carcan.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

La force du cadre de référence : une réinvention d’une solution
La conscience de l’existence d’un modèle de référence et ses excès
Les différences de perspective entre l’Angleterre et Paris
Analyse des écarts et des confirmations de modèle

Aperçu du texte

Dans un article important paru il y a plus de vingt ans, Guy Beaujouan avait proposé de situer vers 1260 le moment où « la pensée scientifique occidentale » aurait pris conscience de son aptitude à l’innovation. Dans ce travail, le grand historien des sciences articulait en fait deux constats : d’un côté, la question de la prise de conscience d’une telle aptitude à innover (une question donc subjective), de l’autre, la recherche d’indices d’innovations scientifiques bien attestées dans cette même période. La liste éloquente des inventions qu’il fournissait à l’appui de sa démonstration faisait la part belle aux innovations scientifiques dotées d’un caractère expérimental, assez rare au Moyen Âge, comme la statique de Jordanus Nemorarius, le De animalibus d’Albert le Grand et ses observations naturelles ou l’Epistola de magnete de Pierre de Maricourt qui propose un véritable dispositif expérimental pour rendre compte des propriétés directives de l’aimant. Ces inventions avaient aussi...

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Weill-Parot, « Innovation et science scolastique de la nature (v. 1260 – milieu du XIVe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 27 | 2014, 59-71.

Référence électronique

Nicolas Weill-Parot, « Innovation et science scolastique de la nature (v. 1260 – milieu du XIVe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://crm.revues.org/13433 ; DOI : 10.4000/crm.13433

Haut de page

Auteur

Nicolas Weill-Parot

Université Paris Est – Créteil
CRHEC – EA 4392

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org